Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Kincaid

Lundi 15 Avril 2013

15 Avril 2013, 20:17pm

Publié par Kincaid

cest-lundi

 

 

Ce que j'ai lu les deux dernières semaines :

  

 

Cliquez sur la couverture pour accéder aux articles !

 

Ce que je lis :

 

Ce que je vais lire ensuite :

  

Voir les commentaires

Le chuchoteur, Donato Carrisi

15 Avril 2013, 19:43pm

Publié par Kincaid

Couverture Le Chuchoteur

 

Résumé :

Cinq petites filles ont disparu. 

Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière. 

Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.

 

Depuis qu'ils enquêtent sur les rapts des fillettes, le criminologue Goran Gavila et son équipe d'agents spéciaux ont l'impression d?être manipulés. Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents. La découverte d'un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d'appeler en renfort Mila Vasquez, experte dans les affaires d'enlèvement. Dans le huis clos d'un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le vrai coupable est ailleurs. 

Quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure?

 

Un époustouflant thriller littéraire,

inspiré de faits réels.

 

 

Mon avis :

Lecture commune du 15 Avril 2013 avec Petite fleur, Kynicky, Nyx, Pampoune, ImagIn, Fille-de-lecture, Helran

                    Depuis que je me suis mise aux thrillers, je ne m'arrête plus : bon faut dire que je n'ai pas encore été déçue une seule fois avec ces petits bijoux de la littérature dont "le chuchoteur" ne faut pas exception. Je ne peux qu'être d'accord avec le résumé qui nous promet un "époustouflant thriller littéraire" !

 

                 Le récit est bien construit : l'intérêt du lecteur est maintenu jusqu'à la dernière page grâce à un suspense bien dosé et des retournements de situation qui balaient toutes les hypothèses que le lecteur pourra émettre au cours de sa lecture. Certaines scènes sont d'une cruauté absolue mais dès le départ avec la découverte du cimetière aux bras, on se doute bien que le reste sera selon le même ton et je ne m'en plains pas. Je me suis régalée : je l'ai dévorée en quelques heures, impossible de lâcher le livre, je voulais absolument savoir ce qui allait se passer.

 

                  Néanmoins, j'ai été un peu déçue par certains personnages : Mila, notamment, je n'ai pas réussi à me sentir proche d'elle malgré le fait que ce soit un des personnages les plus présents et aussi Goran, je suis tombée sur le cul, je ne m'attendais pas du tout à une telle histoire personnelle.

 

                   Comme tout bon thriller,  je ne dévoilerai rien de l'histoire pour ne pas gâcher la découverte à de futurs lecteurs : je dirais seulement que malgré un style d'écriture relativement simple, l'auteur frappe vite et fort et ne laisse rien au hasard dans sa piste aux tueurs en série.

 

Note : 

 

http://imageshack.us/a/img6/7897/thrillerbadge.png

 

http://www.passionlitteraire.be/images/Challenges/2013.jpg

 

 

 

Quelques mots sur l'auteur : Donato Carrisi

Donato Carrisi

Donato Carrisi est l’auteur d’une thèse sur Luigi Chiatti, le « monstre de Foligno », un tueur en série italien.

 

Juriste de formation, spécialisé en criminologie et sciences du comportement, il délaisse la pratique du droit en 1999 pour se tourner vers l’écriture de scénarios. 

 

Le Chuchoteur, son premier roman, vendu à plus de 200 000 exemplaires en Italie, paru en France, est en cours de traduction dans douze pays et a déjà remporté quatre prix littéraires. 

Voir les commentaires

L'écume des jours, Boris Vian

15 Avril 2013, 18:57pm

Publié par Kincaid

Couverture L'Écume des jours

 

 

Résumé :

                    L'Ecume des jours : ce titre léger et lumineux annonce une histoire d'amour drôle ou grinçante et inoubliable, composée par un écrivain de vingt-six ans.

                    C'est un conte de l'époque du jazz et de la science-fiction, à la fois comique et poignant, heureux et tragique, merveilleux et fantastique, féerique et déchirant. Dans cette ouvre d'une modernité insolente, l'une des plus célèbres du Xxe siècle et livre-culte depuis plus de trente ans, Duke Ellington croise le dessin animé, Sartre devient une marionnette burlesque, le cauchemar va jusqu'au bout du désespoir.

                    Mais seules deux choses demeurent éternelles et triomphantes : le bonheur ineffable de l'amour absolu et la musique des noirs américains...

 

 

 

Mon avis :

Lecture commune du 15 Avril 2013 avec Amanite, Aude13, Aaliz

 

                   Je n'avais jamais lu de livres de Boris Vian avant celui-ci mais maintenant je comprends mieux pourquoi cet auteur a suscité tant d'intérêt dans le monde littéraire : je ne m'attendais pas du tout à cela !


               Ayant vu la bande annonce du film avec Audrey Tautou, je m'attendais plus ou moins à une histoire d'amour à l'eau de rose mais certainement pas à la mise en place d'un monde imaginaire aussi invraisemblable : dès le début, j'ai commencé à avoir des doutes sur ma lectures, Colin a besoin d'un coupe ongle pour se raboter les paupières ??? j'ai relu deux fois pour être sure de ne pas avoir mal interprété ce que je voyais mais la suite continue sur le même chemin.

 

                J'ai été décontenancée, surprise, éblouie par l'imaginaire de Boris Vian qui ne manque pas de caricaturer quelques grandes figures de l'époque (Jean-Sol Partre ^^ ) et ses personnages principaux pour montrer toutes l'absurdité de leur quotidien et la vacuité de leur vie.

 

                 J'ai beaucoup apprécié Colin dans sa recherche désespérée de l'amour entre patinage et jalousie pour ses amis. Heureusement, il réussit à trouver l'amour avec Chloé mais là encore l'auteur ne déroge pas à la règles des histoires d'amours qui finissent mal et j'ai été triste pour Chloé (un nénuphar dans le poumon ce n'est pas commun !!).

 

                 Une lecture très poétique et déroutante qu'il faut absolument lire au moins une fois dans sa vie !

 

Note :

2996558679 2 7 T4z2MaCD

CRC

 

Quelques mots sur l'auteur : Boris Vian

 

Boris Vian est né d'un père rentier et d'une mère musicienne (harpe et piano). Il est le second de quatre enfant; A douze ans, on lui découvre une insuffisance aortique.

 

Il intègre l'École centrale en 1939 et devient ingénieur en 1942. 

Cependant, passionné de musique, en particulier de jazz, il passe le plus clair de son temps dans les clubs de Saint-Germain-des-Prés. Il s'y fait connaître comme trompettiste et rédige des articles dans plusieurs journaux de jazz dont Jazz Hot. Par ailleurs, il écrit plusieurs centaines de chansons.

 

Vian est influencé par le mouvement existentialiste, auquel il contribue dans sa "Chronique du menteur", au sein de la revue de Sartre les Temps modernes.

 

Son premier roman célèbre (sous l'hétéronyme de Vernon Sullivan) est J'irai cracher sur vos tombes, écrit en 1946. Le roman est très controversé, notamment parce qu'il est retrouvé sur les lieux d'un crime passionnel. Boris Vian est condamné en 1950 pour outrage aux bonnes mœurs. S'ensuivent des romans tout aussi noirs et sarcastiques : Les morts ont tous la même peau, Et on tuera tous les affreux et Elles se rendent pas compte.

 

Si les œuvres à succès, signées Vernon Sullivan, ont permis à Vian de vivre, elles ont aussi occulté les romans signés de son vrai nom, œuvres plus importantes à ses yeux. D'après lui, seuls ces derniers avaient une véritable valeur littéraire.

 

1951 et 1952 seront des années sombres pour Boris Vian. Il vient de quitter son épouse Michelle Léglise, dont il a eu deux enfants, Patrick en 1942 et Carole en 1948. En 1954, il se remarie avec Ursula Kübler.

 

Boris Vian meurt d'une crise cardiaque quelques minutes après le début du film, J'irai cracher sur vos tombes, inspiré de son roman, au cinéma Le Marbœuf. 

 

Son œuvre connut un immense succès public posthume dans les années 1960 et 1970, notamment pendant les événements de mai 1968. 

 

 

 

Le film sort le 24 Avril 2013 :


Voir les commentaires

Repas éternel, Gudule

14 Avril 2013, 02:58am

Publié par Kincaid

Couverture Repas éternel

 

Résumé :

Oyez, bonnes gens, le club des petites filles mortes ouvre ses portes. Au menu: sang frais, frissons, peurs bleues et nuits blanches à gogo. Avis aux amateurs ! Car ces gamines, elles en ont, de belles et terribles choses à vous raconter... Des contes modernes, effrayants et bouleversants, où elles se vengent des adultes avec une cruelle innocence. Avec un humour qui arrache le sourire et un style incisif unique en son genre, teinté de poésie et d'émotion. Bienvenue dans l'horreur des contes de fées qui ont mal tourné, au pays des enfances brisées dont les rescapées sont d'autant plus attachantes qu'elles peuvent devenir très, très méchantes...

 

Mon avis :

      Âmes sensibles s'abstenir !

                 J'ai découvert Gudule avec "La petite fille aux araignées" que j'avais énormément aimé (mon avis ici) et j'ai été extrêmement surprise de voir que "Repas éternel" était dans un style totalement différent.

Le début est assez difficile à comprendre : on suit plusieurs personnages évoluant dans des cadres différents : on pense que le monde dans lequel ils vivent est proche du nôtre jusqu'à ce que de petits indices nous indiquent le contraire et dirigent le lecteur vers l'effroyable vérité.

 

                Dans un monde apocalyptique où l'homme a épuisé toutes les réserves naturelles de la Terre, que lui reste-t-il pour se nourrir… à part ses congénères ?

 

                L'auteur arrive en à peine une centaine de pages, à créer un climat d'horreur grandissant autour du cannibalisme mais le lecteur ne s'en aperçoit pas tout de suite ce qui rend l'horreur d'autant plus grande quand on découvre le fin mot de l'histoire.

 

               C'est un roman fascinant avec des scènes chocs qui marquent le lecteur : personnellement, je ne regarderai plus les œufs à la coque de la même manière : avis aux amateurs de romans d'horreur !

 

 

 

Note :6b45701f

 

      http://www.passionlitteraire.be/images/Challenges/2013.jpg

 

Quelques mots sur l'auteur : Gudule

 Gudule

Anne Duguël, pseudonyme de Anne Liger-Belair, connue sous le nom de Gudule, est un écrivain belge francophone. 

 

C'est près de la capitale belge qu'elle vit jusqu'à l'âge de 19 ans, plus précisément à Ixelles. Déjà toute petite Anne se passionne pour la lecture et l'écriture. Plus tard, vers 12 ans, elle apprend à connaître des poètes célèbres tels que Victor Hugo, Rimbaud et des tas d'autres. Ceci a sans doute provoqué chez elle une sorte d'épanouissement car entre 1950 et 1965, elle rédige plus de 400 poèmes ainsi qu'une bonne dizaine de romans, dont, en 1957, le premier, "Le couvent maudit", en référence à son établissement scolaire.

 

Après avoir fait ses études dans l'art décoratif et crée des costumes durant un séjour au Liban, elle rentre en France, se consacre à la presse ("Ça Magazine" et "Le jour") et participe a des émissions de radio. 

 

Ce n'est qu'en 1987 que sera enfin présenté au public son premier ouvrage, "Prince charmant, poil aux dents". Depuis, elle écrit des romans pour la jeunesse mais est également auteur de scénarios pour la bande dessinée.

 

A la ville, elle est l'épouse du dessinateur Paul Karali (Carali), lui-même frère du dessinateur culte Édouard Karali (Édika).

 

Carali et Gudule sont les parents d'Olivier Ka et Mélaka, tous deux également auteurs de bandes-dessinées. 

 

Voir les commentaires

La petite fille aux araignées, Gudule

13 Avril 2013, 09:10am

Publié par Kincaid

Couverture La petite fille aux araignées

 

Résumé :

            Miquette refuse de communiquer avec autrui, mais elle parle dans sa tête, se raconte... Elle raconte pourquoi elle élève des araignées, les nourrit de mouches qu'elle attrape en compagnie de Gogol, son « pote » mongolien, à l'hôpital où elle a fini par échouer... Elle raconte comment, un jour, sa mère a commencé à vieillir à toute allure pendant que sa tante rajeunissait. Elle raconte comment la première se retrouve finalement dans la tombe où devrait reposer la seconde... Comment son chien Titus, qu'on lui a enlevé, avait compris bien des choses, tout chien qu'il est... Elle nous confie le secret du contenu de cette poupée dont elle ne s'est jamais séparée... L'histoire de Miquette n'est-elle que la fabulation d'une petite fille traumatisée, ou a-t-elle pénétré dans un territoire où la magie vaudou se moque bien de la psychanalyse ?

 

Mon avis :

                                 Depuis le temps que j'entends parler de cette mystérieuse auteur, je me suis enfin lancée dans la lecture d'un de ses romans.  J'ai donc porté mon choix sur "La petite fille aux araignées" : une histoire qui m'a conquise, je l'ai dévoré en une petite heure.

 

                  "La petite fille aux araignées" nous raconte l'histoire de Miquette, petite fille placée en institution à la suite de la mort de sa mère et de sa grande tante. La petite fille va, petit à petit, nous raconter son histoire d'avant le drame et sa vie depuis, qui consiste essentiellement à l'élevage d'araignées.

 

                    C'est un roman vraiment très émouvant qui nous montre d'une part une petite fille tout à fait normal puis comment un drame en vient à modifier sa personnalité. L'intrigue est rondement menée, le récit bien rythmé, le suspense entretenu : le lecteur reçoit peu à peu les réponses à ses questions et on comprend les machinations de la Grande tante et de l'acupuncteur. Je n'ai pas compris comment la mère pouvait  être aveugle à ce point sur les changements qui s'effectuaient en elle au fur et à mesure de ses séances.

 

                    L'auteur aborde avec beaucoup de tact et de délicatesse, un sujet délicat pour les jeunes enfants : le deuil ! Difficile pour un adulte de comprendre ce qui se passe dans la tête d'un enfant, ce qui explique la bêtise du thérapeute : comment imaginer une telle histoire ?

 

                    Au final, j'ai été triste pour Miquette : après tout ce qu'elle a traversé, tout ce quelle a entrepris pour ramener sa mère et ne pas arriver au bout de son projet… Je n'ai pas trouvé cette histoire si épouvantable que ça, certes, il y a des araignées, des cadavres et une ambiance glauque mais j'ai trouvé que la présence de la fillette apportée une certaine touche d'innocence vue que l'histoire nous est racontée selon son point de vue.

 

                    Une très bonne histoire qui m'a permis de découvrir l'univers lugubre de Gudule et vous savez quoi, ça y est je suis fan ! Je pense d'ailleurs lire une autre de ses histoires très bientôt !

 

Note :

      http://nsa34.casimages.com/img/2013/03/01/mini_130301045122616775.jpg

Quelques mots sur l'auteur : Gudule

 Gudule

Anne Duguël, pseudonyme de Anne Liger-Belair, connue sous le nom de Gudule, est un écrivain belge francophone. 

 

C'est près de la capitale belge qu'elle vit jusqu'à l'âge de 19 ans, plus précisément à Ixelles. Déjà toute petite Anne se passionne pour la lecture et l'écriture. Plus tard, vers 12 ans, elle apprend à connaître des poètes célèbres tels que Victor Hugo, Rimbaud et des tas d'autres. Ceci a sans doute provoqué chez elle une sorte d'épanouissement car entre 1950 et 1965, elle rédige plus de 400 poèmes ainsi qu'une bonne dizaine de romans, dont, en 1957, le premier, "Le couvent maudit", en référence à son établissement scolaire.

 

Après avoir fait ses études dans l'art décoratif et crée des costumes durant un séjour au Liban, elle rentre en France, se consacre à la presse ("Ça Magazine" et "Le jour") et participe a des émissions de radio. 

 

Ce n'est qu'en 1987 que sera enfin présenté au public son premier ouvrage, "Prince charmant, poil aux dents". Depuis, elle écrit des romans pour la jeunesse mais est également auteur de scénarios pour la bande dessinée.

 

A la ville, elle est l'épouse du dessinateur Paul Karali (Carali), lui-même frère du dessinateur culte Édouard Karali (Édika).

 

Carali et Gudule sont les parents d'Olivier Ka et Mélaka, tous deux également auteurs de bandes-dessinées. 

 

Voir les commentaires

Roméo et Juliette, Shakespeare

12 Avril 2013, 02:08am

Publié par Kincaid

 

Résumé :

 

                                A Vérone, où les Montaigue et les Capulet se vouent une haine ancestrale, Roméo, fils de Montaigu, est amoureux de Rosaline, tandis que Capulet s’apprête à donner une grande fête pour permettre à Juliette, sa fille, de rencontrer le comte Pâris qui l’a demandée en mariage. Parce qu’il croit que Rosaline s’y trouvera, Roméo se rend au bal – et pour Juliette éprouve un coup de foudre aussitôt réciproque. Sous le balcon de la jeune fille, il lui déclare le soir même son amour puis, le lendemain, prie frère Laurent de les marier et de réconcilier leurs familles ennemies. Mais voici que, sur une place de Vérone, Tybalt, cousin de Juliette, provoque Roméo qui refuse de se battre. Mercutio, son ami, dégaine à sa place, mais lorsque Roméo voit Mercutio mortellement frappé par Tybalt, il décide de le venger : Tybalt tombe à son tour, et ce qui était une comédie vire à la tragédie.
Si, dans cette pièce que Shakespeare compose vers 1595, les amants de Vérone sont ainsi promis au tragique, c’est que le destin leur est hostile. Star-crossed lovers, Roméo et Juliette sont seulement nés sous une mauvaise étoile : ils ne sont victimes ni d’une faute ni de leur amour, mais d’une suite de circonstances malheureuses qui mettront à mort cet amour – et feront de leur histoire, pour plusieurs siècles, un mythe.

 

Mon avis :

 

                                Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas lu du Shakespeare et j'avais oublié à quel point son écriture est poétique, bon évidemment "Roméo et Juliette" s'y prête parfaitement : l’intrigue principale n’est plus à résumer, tout le monde connaît l'histoire des deux amants de Vérone.
                        Roméo Montaigue, un jeune noble venant d'essuyer une peine de coeur se retrouve à une soirée organisée par une famille ennemie de la sienne, les Capulet. Lors de cette soirée, ses yeux se posent sur Juliette dont il tombe éperdument amoureux, mais hélàs la belle est une fille Capulet, dès lors comment les deux tourtereaux peuvent s'aimer alors que leur deux familles se vouent une haine si farouche ?

                        Cette trame de l'histoire est connue de tous, mais j'avoue que l'écriture de Shakespeare lui donne une autre dimension. De plus, il y a beaucoup de scènes que je ne connaissais pas comme celles mettant en scène les domestiques ou certaines trames de l'intrigue principale : maintenant je sais pourquoi Roméo et Juliette en sont arrivés à une fin si funeste. Comme quoi un classique peut aussi cacher un soupçon de suspense.
                         Le début de la pièce est assez ennuyante mais elle permet de bien cerner l'inimitié entre les deux familles et une fois l'intrigue en place, la lecture devient plus intéressante !

                         Au niveau des personnages, Roméo m'a beaucoup énervé : il est l'exagération incarnée, toutes les émotions qu'il ressent semble décuplée à tel point que s'en en est presque grotesque, Juliette est, de ce point de vue, bien plus modérée !!

                         Une lecture que j'ai beaucoup apprécié et que je recommande à tout le monde !!

 

Note :

http://imageshack.us/a/img96/1695/classiquebadge.png2996558679 2 7 T4z2MaCD

Voir les commentaires

John Doe, Tess Gerritsen

11 Avril 2013, 11:36am

Publié par Kincaid

      

 

 

Résumé :

Maura is longing to ditch a ritzy cocktail party, along with her four-inch heels, when a handsome, charming stranger appears. But somewhere between sipping a fresh glass of champagne and waking up the next day on her sofa lies a black hole of forgotten time. As Boston’s medical examiner, Maura regularly teams up with police detective Jane Rizzoli on homicide investigations, and Jane’s latest case makes Maura’s blood run cold. A brutally murdered man has been found in a city park with Maura’s address tucked in his pocket. Maura IDs the victim as the charmer she met at the party. Her alarm turns to terror when she learns the murdered man was a predator with victims of his own. Fearing she may be guilty of a lethal crime she can’t recall, Maura races to recover the missing hours that hold the truth—and that hide a shocking secret.

 

Mon avis :

             J'ai commencé à regarder la série TV "Rizzoli et Isles : autopsie d'un meurtre" et là ça n'a pas raté, je suis devenue complètement accroc alors évidemment, je ne pouvais pas passer à côté des romans de Tess Gerritsen à l'origine de la série !

                J'avais déjà lu une nouvelle de cette auteur : "Freaks" qui m'avait énormément plu et qui reprenait les personnages de Jane Rizzoli et Maura Isles, c'est donc sans hésitation que je me suis plongée dans "John Doe". La plupart des livres que je possède de cette auteur sont en anglais mais ça ne me dérange pas car le style d'écriture de l'auteur, de même que le vocabulaire qu'elle emploie sont relativement simple à comprendre pour le lecteur novice que je suis. De plus, la façon qu'elle a de raconter les histoires est très visuelle : j'ai presque l'impression de regarder un épisode en lisant ses romans ^^

 

                Dans la nouvelle "John Doe, Maura va avoir de très gros problèmes, vu qu'elle est le suspect principal dans une affaire de meurtres et qu'elle ne se souvient de rien concernant la période du meurtre. Heureusement, Jane n'est pas prête à laisser son amie dans la galère avant d'avoir découvert le fin mot de l'histoire : histoire qui va l'amener à faire le lien entre plusieurs histoires de viols non résolues.

 

                C'est clair, concis, bien écrit, avec une intrigue maîtrisée du début à la fin : rien n'est laissé dans l'ombre, toutes les questions du lecteur trouvent une réponse ! De plus, j'ai lu ce livre en Vo ce qui est très bon pour parfaire mon niveau d'anglais. D'ailleurs, je pense sérieusement commencer à m'attaquer aux romans de Tess Gerritsen tant j'aime le style d'écriture de l'auteur : "Girl missing" me fait de l'œil, je pense commencer par celui-ci !

 

Note :6b45701f

 

L'auteur : Tess Gerritsen

 

Élevée à San Diego (Californie), Tess Gerritsen fait ses études à l'Université Stanford et reçoit son diplôme de médecin à l'Université de Californie à San Francisco. Alors qu'elle vit et exerce la médecine à Hawaii, Tess Gerritsen envoie une nouvelle à un concours littéraire organisé par le Honolulu Magazine. Son histoire gagne le premier prix et elle quitte aussitôt son activité de médecin. Ses premiers livres sont des suspenses romantiques, mais elle est encensée par la critique pour son premier thriller médical "Donneur sain"

 

Les livres de Tess Gerritsen que j'ai lu :

Voir les commentaires

Jeux de glace, Agatha Christie

10 Avril 2013, 00:19am

Publié par Kincaid

Couverture Jeux de glace

 

 

Résumé :

Le sort de Carrie-Louise inspire de vagues inquiétudes à son entourage.

A sa sœur Ruth, d'abord, et à son fils. Et aussi à son troisième mari, Lewis Serrocold. En effet, Carrie-Louise a une fille et en a adopté une autre, et a été mariée trois fois avec des hommes eux-mêmes divorcés - ce qui fait toute une tribu de beaux-fils, de belles-filles et de petits-enfants... Tout ce beau monde vit dans un institut pour jeunes délinquants. Une maison de fous, dit l'infirmière qui soigne Carrie-Louise avec dévouement.

Car Carrie-Louise souffre d'une étrange maladie qui présente quelques analogies avec un empoisonnement à l'arsenic. Le drame finira par éclater. Mais la victime n'est pas celle qu'on pense...

 

Mon avis :

 

            Voilà un petit moment que j'ai laissé de côté la reine des policiers et je compte bien y remédire ! Qu'est ce qui m'a fait sortir de ma torpeur ? Et bien, je ne sais pas si vous avez vu la nouvelle série que diffuse France 2 le vendredi soir mais perso elle m'a beaucoup intéressé : "Les petits meurtres d'Agatha Christie" ont éveillé ma curiosité et une fois n'est pas coutume, j'ai voulu lire le livre avant de voir l'adaption.

 

            Petit fait à noter : c'est le premier où je vois Miss Marple : plus habitué à mon fidèle Hercule Poirot, j'ai été un peu déstabilisée par la présence de la miss et après lecture du roman, je le dis tout de suite : mémé peut aller se rhabiller !

 

            L'intrigue principale bien qu'intéressante souffre de certaines incohérences et la multitude de protagonistes présentées à vite fait de perdre le lecteur : on se retrouve non pas à chercher le meurtrier mais à savoir qui est qui et quels sont leurs liens de parenté ! 

 

            Je n'ai pas trouvé Miss Marple très active, bien que donnant quelques conseils avisés aux policiers, je m'attendais vraiment à une réplique de Jessica Fletcher en action et bien là, j'ai été déçue : ele est plus spectatrice qu'actrice ! Ajouté à cela beaucoup de longueur et une intrigue qui s'essouffle et vous vous retrouvez face à "Jeux de glace". Un premier Marple sommes toutes assez décevant mais il en faut plus pour me détourner d'Agatha Christie !

 

Note :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques mots sur l'auteur : Agatha Christie

 

 

Ce n'est pas parce qu'un problème n'a pas été résolu qu'il est impossible à résoudre.

                                  Créatrice du fameux détective belge Hercule Poirot, de la surannée Miss Marple et du duo infernal Tuppence et Berresford, Agatha Christie est encore considérée comme la reine du crime. Elevée dans un milieu bourgeois, la jeune Agatha se trouve vite orpheline de père, développant son aptitude à l'écriture sous le regard bienveillant d'une mère. Infirmière lors de la Deuxième Guerre mondiale, elle apprend l'usage des drogues, ce qui lui sert plus tard lorsqu'à la suite d'un pari avec sa soeur, elle publie son premier roman en 1920 'La Mystérieuse affaire de Styles', où apparaît Hercule Poirot. Miss Jane Marple fait, quant à elle, son apparition dans 'L' Affaire Prothéro' en 1930, dénouant les énigmes le temps d'un tricot, bien calée dans son fauteuil, très Old England, tasse de thé à la main. 

                                    Elle pose les bases du roman policier, obéissant à un système toujours identique mais constamment renouvelé par la variété des histoires et surtout sa manière de capter le lecteur, l'obligeant à essayer de découvrir le coupable avant qu'il ne soit dévoilé. Ainsi, la folie, la soif de vengeance, la cupidité sont les causes récurrentes du meurtre, dénoncées habilement par Agatha Christie. Désormais honorable Lady pleine d'humour, elle s'éteint en 1976. Ses ventes phénoménales n'ont pour seuls rivaux que Shakespeare ou la Bible.

 

 

 

Voir les commentaires

L.C Sapristi Mais tu n'as jamais lu ce livre ???

7 Avril 2013, 14:35pm

Publié par Kincaid

         LC_sapristi_mais_tu_n_as_jamais_lu_ce_livre

 

 

            LC Sapristi Mais tu n'as jamais lu ce livre est un rendez-vous organisé par Métaphore sur son blog : elle propose des lectures communes sur des livres classiques/coup de coeur... qu'il faut absolument avoir lu au moins une fois dans sa vie !

J'ai décidé de m'inscrire pour la session Avril-Mai pour lire :

9782070404025FS

Retrouvez toutes les règles de la LC ici

Pourquoi ce livre ?

             Je ne connais absolument pas mais pour ceux qui ont lu "La liste de mes envie" de Grégoire Delacourt, vous devez vous souvenir que l'héroïne Jocelyne ne jurait que par ce livre ce qui a éveillé ma curiosité et autre point non négligeable, il fait partie de la liste de lecture pour le challenge Romans cultes (ici).

Voir les commentaires

Lettres anonymes, R.L. Stine

7 Avril 2013, 08:00am

Publié par Kincaid

      Couverture Lettres Anonymes

 

 

Résumé :

      Josie McClain a tous les garçons qu'elle veut. Seulement comme elle en change souvent, il y en a qui ne sont pas contents. Forcément ! Et l'autre jour, elle a reçu une carte postale bizarre. De ton cœur, enfin, j'ouvrirai la porte. A la Saint-Valentin, Josie sera morte. C'est ce qui était écrit. Ca ne l'a pas fait rire. Pourtant quand on a des tas d'admirateurs, il faut s'attendre à tout... Depuis, elle en a reçu une autre. Elle préfère croire à une blague. Parce que la Saint-Valentin, c'est dans quelques jours...


Mon avis :

                           Je me replonge toujours avec plaisir dans les livres de R.L.Stine et celui-ci ne fait pas exception ! Je me souvenais grosso modo de l'histoire et pourtant j'ai douté plus d'une fois de l'identité du tueur.

                            Comme toujours, l'auteur arrive en peu de temps à créer un décor, des personnages et une histoire qui entraîne le lecteur dans le roman : ici tout commence avec une ballade à cheval qui tourne aux cauchemards puisque Rachel tombe sur la tête et va en garder des séquelles à vie puisqu'elle est désormais dépendante car elle agit comme une petite fille. Sa soeur jumelle Josie continue à vivre sa vie comme si de rien n'était et laisse complètement sa soeur alors qu'Erica, la cadette, se retrouve à jouer les baby sitter en permanence quitte à laisser sa vie de côté.

                            Je ne me suis pas du tout attachée au personnage de Josie que j'ai trouvé vraiment trop égoïste. En revanche, je me suis sentie très proche d'Erica qui dévoue sa vie à sa soeur qui ne se rend plus compte de ce qui se passe autour d'elle.

                            L'histoire est vraiment bien racontée : angoissante juste ce qu'il faut pour maintenir le suspense et laisser une trace dans l'esprit du lecteur. Plus encore, en raison du contexte, puisque l'histoire se déroule le jour de la Saint Valentin : jour des amoureux qui va se transformer en mortelle saint valentin !

                            Mais une fois encore, le lecteur aura beau se creuser la cervelle et échaffauder les théories les plus farfelues, le tueur ne se dévoilera que lorsque l'auteur l'aura décidé !

                            Une très bonne lecture qui m'a fait passer un très bon moment !

 

Note :

      http://www.passionlitteraire.be/images/Challenges/2013.jpg

 

 

 

 

Quelques mots sur l'auteur :

 

Robert Lawrence Stine, aussi connu sous le nom de R. L. Stine, est un écrivain américain. Il est l'auteur de nombreuses histoires d'horreur « grand public », notamment à travers la collection Chair de Poule.

 

Diplômé de l'université de l'Ohio en 1965, il part pour New York en 1967 dans l'espoir de devenir écrivain. Dans un premier temps, il écrit plusieurs livres humoristiques pour enfants, sous le nom de Jovial Bob Stine et crée le magazine humoristique pour la jeunesse Bananas dont il sera le rédacteur en chef durant dix ans.

 

En 1968, il rencontre sa femme, Jane Waldhorn, avec qui il aura un fils, Matt, en 1980. Il change alors de voie et décide d'écrire des livres d'épouvante pour les enfants. Son succès est énorme. Il écrit sa première histoire d'horreur pour adolescents, Blind Date, en 1986. Bien d'autres suivent ensuite. 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 > >>