Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Kincaid

10 bonnes raisons d'être célibataire, Lindsey Kelk

29 Mars 2014, 07:13am

Publié par Kincaid

Couverture 10 bonnes raisons d'être célibataire

Edition Milady romance

350 pages

 

Résumé :

Un de perdu, dix de retrouvés !

Depuis que Simon m’a larguée, rien ne va plus. Moi, Rachel Summers, je suis de nouveau célibataire – ce qui ne m’était pas arrivé depuis belle lurette. La déprime, quoi. Heureusement, après une bonne cuite, Emelie et Matthew, mes deux meilleurs amis, ont concocté pour moi une liste sur-mesure : celle qui me fera découvrir les joies du célibat.

Sur les murs de mon appartement, j’ai écrit : « Simon est un connard ». C’est un bon début. Il me reste quinze jours pour changer de look, partir à l’étranger, me faire tatouer, enfreindre la loi et dégoter l’homme de ma vie. Alors, pari tenu ?

 

 

Mon avis :

Un roman frais, léger et divertissant qui a embelli mon dimanche à la plage ! Je ne savais pas trop quoi lire et je me suis dit que ça faisait longtemps que je n'avais pas lu une petite romance et mon regard s'est tout de suite porté sur ce livre : j'ai eu la main heureuse même si ce roman est très différent de ce à quoi je m'attendais de prime abord.

 

Une rupture, trois amis, une liste

 

Rachel Summers reçoit un coup de massue sur la tête quand son petit ami Simon décide de la larguer du jour au lendemain : fini la vie à deux, les projets et les crédits qu'ils avaient pris. Seul hic, la jeune femme ne s'y attendait pas et voyait déjà sa vie toute tracée auprès de son chéri. La voilà donc célibataire et effondrée, elle qui de sa vie n'avait jamais connu le célibat mais elle peut compter sur le soutien indéfectible de Matthew et Emelie, ses meilleurs amis, qui sont bien décidé à lui montrer les joies d'une vie de célibataire.

 

Comme je vous le disais, je m'attendais à une gentille petite romance et sur ce point là, je me suis bien trompée car même si elle est présente, ce n'est pas le point central abordé par l'auteur. L'ensemble du roman se concentre sur la reconstruction de Rachel et sur sa prise d'indépendance, qui disons-le tout de suite, est purement jubilatoire.

 

Après une journée post-rupture bien arrosée, nos trois amis concoctent une liste de dix choses à faire pendant son célibat pour montrer à Rachel tout ce qu'elle a manqué : des idées folles, parfois saugrenues, dont l'héroïne va s'affranchir pas après pas pour accéder à une nouvelle Rachel forte, indépendante et sûre d'elle.

 

Lyndsey Kelk, l'auteur, a bien dû s'amuser durant l'écriture du roman et ça se ressent dans son écriture : plusieurs scènes m'ont tiré des sourires à m'en faire mal aux zygomatiques. Je n'ai eu aucun mal à m'identifier à Rachel dont je me suis dès le début senti très proche, c'est un personnage d'une gentillesse sans faille, parfois un peu naïve qui va opérer un virage à 180 degré dans sa vie pour tout recommencer.

 

Un roman a l'humour toujours présent, qui ne voit la romance n'éclore qu'à la fin : ce qui est dommage, j'aurais aimé continué l'histoire de Rachel pendant encore quelques temps pour voir comment aller évoluer sa nouvelle relation et si elle avait conservé les préceptes acquis durant son célibat.

 

Note :


Cpiplo 

 

Quelques mots sur l'auteur : Lyndsey Kelk

Lindsey Kelk 

Lindsey Kelk est auteur de chick lit, blogueuse et éditrice de livres pour enfants.

 

Elle a déjà écrit trois best-sellers : I Heart New York (2009), I Heart Hollywood (2010) et I Heart Paris (2010).

 

Elle vit actuellement à Park Slope, Brooklyn. 

 

site:

 

http://lindseykelk.wordpress.com/ 

Voir les commentaires

Le joueur d'échecs, Stefan Zweig

25 Mars 2014, 08:24am

Publié par Kincaid

Couverture Le Joueur d'échecs

Edition Livre de Poche

94 pages

Résumé :

"Prisonnier des nazis, Monsieur B., en dérobant un manuel d'échecs, a pu, à travers ce qui est devenu littéralement une folle passion, découvrir le moyen d'échapper à ses bourreaux. Libéré, il se retrouve plus tard sur un bateau où il est amené à disputer une ultime partie contre le champion Czentovic. Une partie à la fois envoûtante et dérisoire... Quand ce texte paraît à Stockholm en 1943, Stefan Zweig, désespéré par la montée et les victoires du nazisme, s'est donné la mort l'année précédente au Brésil, en compagnie de sa femme. La catastrophe des années quarante lui apparaissait comme la négation de tout son travail d'homme et d'écrivain. Le joueur d'échecs est une confession à peine déguisée de cette désespérance."

 

Mon avis :

Après avoir découvert Stefan Zweig avec "24 heures de la vie d'une femme", j'avais hâte de lire un autre roman de cet auteur autrichien : juste pour voir si je succomberai une autre fois à son style d'écriture ! Et bien, pari réussi !

 

Plaisir et damnation autour des échecs

 

Stefan Zweig a une écriture qui ne me laisse pas indifférente. A chaque fois, je ne peux m'empêcher de faire une comparaison entre Maupassant et lui : des histoires prenantes, une écriture fluide et les pages défilent sans qu'on s'en rende compte.

 

Dans "le joueur d'échecs", tout commence par la découverte par le narrateur de Czentovic, un jeune homme un peu stupide mais qui s'est avéré être un génie des échecs et qui se retrouve sur le même bateau que le narrateur qui veut à tout prix faire sa connaissance. Mais le champion est d'un caractère asocial, rien ne l'intéresse hormis les échecs, à condition qu'il soit rémunéré pour y jouer, car après tout c'est son métier. Après moult négociations, le champion accepte une partie qu'il était sur le point de remporter jusqu'au moment où un homme de la foule murmure à son adversaire les tactiques pour l'évincer, laissant le champion anéanti.

 

Qui est cet homme? Comment peut-il être aussi doué et vouloir rester dans l'ombre ? C'est ce que l'on découvre dans la deuxième partie du roman. J'ai été étonnée de retrouver dans cette histoire, le thème de l'addiction aux jeux, déjà présent dans "24 heures de la vie d'une femme", un thème cher à l'auteur ? En soufrait-il lui-même ? Un mal récurrent à son époque ? Difficile à dire ! J'aimerais beaucoup lire un autre de ses romans pour voir si c'est un thème récurrent.

 

Un court roman qui nous plonge dans l'univers palpitant des échecs sans nous abrutir dans la description de techniques qu'un novice (tel que moi ^_^) ne comprendrait pas. L'histoire ne se départit pas de son caractère alléchant et on savoure le récit de ce narrateur anonyme.

 

Note :


CRC 

http://imageshack.us/a/img96/1695/classiquebadge.png

 

Quelques mots sur l'auteur : Stefan Zweig

 

Né(e) à : Vienne, Autriche , le 28/11/1881 

Mort(e) à : Pétrolis, Brésil , le 23/02/1942 

Romancier, nouvelliste, dramaturge, Stefan Zweig est notamment l'auteur de Brûlant Secret (1911), Jérémie (1917), La Peur (1920), Amok et Lettre à une inconnue (1922), Volpone (1927), une biographie de Marie-Antoinette (1932), Vingt-quatre heures de la vie d'une femme (1934), La Pitié dangereuse (1938) et Le joueur d'échecs publié en 1943 de façon posthume .

 

Né à Vienne, d'un père juif riche tisserand et d'une mère issue d'une famille de banquiers italiens, il étudie la philosophie et l'histoire de la littérature, l'aisance financière de la bourgeoisie israélite lui permettant de suivre ses goûts.

Sa famille est croyante mais modérée.

 

Avant la première guerre mondiale il voyage beaucoup en Europe, à la découverte des littératures étrangères. Il sera notamment le traducteur en allemand de Verhaeren. 

Il se rend ensuite puis en Inde et aux États-Unis. Il s'engage dans l'armée autrichienne en 1914 mais reste un pacifiste convaincu. Durant la guerre il s'unit avec d'autres intellectuels, dont Romain Rolland dans un pacifisme actif. A la fin de la guerre, il prône l'unification de l'Europe face à la montée du nazisme en Allemagne.

 

Hormis Romain Rolland, il compte parmi ses amis, Sigmund Freud, Emile Verhaëren.

 

Sa vie est bouleversée par l'arrivée d'Hitler au pouvoir. Dès les premières persécutions, il quitte l'Autriche pour l'Angleterre (Bath puis Londres. Il sera naturalisé en 1940.

 

 

En 1941, il part pour le Brésil et s'installe à Rio. Effondré par l'anéantissement de ses rêves pacifistes et humanistes d'union des peuples il se donne la morten s'empoisonnant au Vérona en compagnie de son épouse. 

Voir les commentaires

Le dernier hiver, Jean-Luc Marcastel

23 Mars 2014, 21:16pm

Publié par Kincaid

 

2 035, 31º C en-dessous de 0. Depuis des années, le Crépuscule baigne Aurillac dans un ciel de sang. L'Hiver s'est installé, un hiver éternel qui dévore les terres et fige l'océan dans la banquise. La Malesève, cette armée de pins monstrueux, a mis à genoux la civilisation. Alors, devant la fin d'un monde, que reste-t-il d'autre que l'amour ? L'amour qui va pousser Johan à braver le froid et les pins pour retrouver sa bien-aimée, l'amour qui va pousser son frère, Théo, à lui ouvrir la voie, l'amour toujours qui incitera Khalid et la jolie Fanie à tout laisser derrière eux pour les suivre. L'amour est-il assez fort pour triompher de la Malesève et de ce qu'elle a fait des hommes ?

 

Mon avis :

Cela fait un moment que le livre trainait dans ma PAL et j'ai profité d'un bon dimanche de repos pour me lancer. Le début du roman m'a captivé, toute l'histoire apocalyptique avec l'apparition de la Malesève m'a enchanté. Je me suis retrouvée face à un monde totalement nouveau plein de danger et de nouvelles règles. Pour le reste, j'ai eu un peu de mal à m'attacher aux personnages : les descriptions m'ont semblé un peu alambiqué et parfois carrément bizarre : Johan qui est à la limite de la schizophrénie, Théo qui suit son frère dans des plans tordus sans poser la moindre question alors qu'il est l'aîné. Si certains passages sont énormément travaillé au niveau de l'écriture (très poétique) je dois dire qu l'histoire m'a laissé globalement de marbre, un peu trop glauque et macabre par endroit pour un roman jeunesse : c'est dur de voir un peu de lumière et d'espoir quand il n'y a que ténèbre et mort au fil des pages.

 

De même le happy end final me semble un peu impromptu quand on voit tout ce qu'on a traversé pour en arriver là : l'histoire d'amour manque cruellement d'étincelle et de passion pour être le moteur général du roman ce qui est dommage sinon ça aurait été parfait !!!

 

Note : 

 

 

Voir les commentaires

Pour l'amour d'une lady, Mary Jo Putney

19 Mars 2014, 01:01am

Publié par Kincaid

Couverture La Confrérie des Lords, tome 2 : Pour l'amour d'une Lady

 

Devenu héritier du comte de Daventry, Alexander Randall doit trouver une épouse de bonne lignée pour s'assurer une descendance. Mais la seule qui hante ses pensées est Julia Bancroft, sage-femme installée dans un paisible village, dont les troublants secrets la contraignent à accepter la protection du jeune homme.
Bien qu'une union avec ce bel et énigmatique militaire lui offre la sécurité, elle craint de ne plus jamais pouvoir faire confiance à un homme. Mais la passion qui réchauffe peu à peu son cœur brisé pourrait vite la faire changer d'avis sur le mariage...

 

Mon avis :

Je tiens à remercier Aurélia et les éditions Milady Romance pour la découverte de ce roman.

En voilà une série que j'attendais avec impatience ce mois-ci, je m'étais même achetée le premier tome "Pour l'amour d'un naufragé", mais au final, ce n'était pas vraiment nécessaire pour la lecture de ce second tome puisque la mise en place des personnages est à nouveau évoquée par l'auteur.

Dans ce tome, on en apprend un peu plus sur Randall, le personnage que je trouvais le plus antipathique dans le premier tome et bien sûr Julia, l'amie fidèle qui cache un lourd secret dont on va enfin connaître la teneur. Si j'avais aimé le premier tome, j'ai encore plus aimé celui-ci. Leur couple me semblait un peu incongru au début mais après je me suis laissée attendrir par ce couple hors du commun. Julia, a su tout particulièrement m'attendrir, elle a vécu des choses vraiment horrible pourtant elle garde foi en l'âme humaine et en la bonté que chaque homme porte en lui. Randall est un soldat plus terre à terre, disons le carrément bourru pourtant ces deux-là ont su m'émouvoir comme jamais auparavant !

Un excellent second tome !!!

 

Note : 6b45701f

 

logo-ladies

Voir les commentaires

La dernière lettre de son amant, Jojo Moyes

18 Mars 2014, 08:41am

Publié par Kincaid

Couverture La dernière lettre de son amant

Deux époques, deux destins de femmes.
Jennifer vit dans une cage dorée sur la Riviera pendant les années 1960. Depuis son accident de voiture, elle a perdu la mémoire... jusqu'au jour où cette femme mariée redécouvre les lettres de son amant.
Quarante ans plus tard, Ellie retrouve cette correspondance amoureuse. Au fil de son enquête, la jeune femme va reconsidérer sa conception de l'amour et surtout son histoire avec un homme marié. La dernière lettre changera leur vie à jamais.

 

Mon avis :

Je tiens à remercier Aurélia et les éditions Milady pour la lecture de ce roman.

Après avoir lu l'excellent roman "Avant toi" du même auteur, j'avais hâte de lire  ce nouveau roman et je dois dire que je n'ai pas été déçue, ce fut un véritable coup de coeur.

Avvant de commencer, j'étais à la fois fébrile et terrifiée tant j'étais excitée pour découvrir ce roman mais j'avais aussi un peu peur d'être déçue....Le début de ma lecture a été un peu perturbée, j'avais du mal à enchainer les changements d'époques qui arrive sans qu'on s'y attende et sans que rien ne nous soit expliqué mais au finla j'ai pris le pas et je me suis laissée porter par cette douce écriture.

Tout d'abord on découvre Ellie, journaliste de notre époque qui se voit confier le travail de faire une comparaison entre les courriers du coeur des années 60 et celle de notre époque jusqu'au moment où elle découvre une lettre d'amour qui va chambouler sa vie. Ellie et Jennyfer, deux femmes que tout opposent et qu' l'on va découvrir petit à petit. L'histoire de Jen est touchante et plus d'une fois j'ai eu les larmes aux yeux plus d'une fois, néanmoins ce ne fut pas aussi intense que pour "Avant toi". Un très bon roman mais qui souffre de quelques longueurs par moment, il faut donc s'accrocher pour apprécier pleinement ce roman.

 

Note :6b45701f

Voir les commentaires

J'adore New-York, Lindsey Kelk

16 Mars 2014, 20:23pm

Publié par Kincaid

Couverture J'adore New York

 

Pendant le mariage de sa meilleure amie, Angela surprend son fiancé dans les bras d’une autre. Munie d’une robe de demoiselle d’honneur, d’une paire de Louboutin et de son passeport, elle saute dans un avion à destination de New York. Sur place elle se lie d’amitié avec Jenny, l’adorable réceptionniste de l’hôtel où elle atterrit, s’offre le relooking du siècle, décroche un job de rêve. Sa nouvelle vie n’a pas fini de la surprendre : la voilà bientôt courtisée par un banquier et une rock star…

 

Mon avis :

Je tiens à remercier Aurélia et les éditions Milady Romance pour la découverte de ce roman !

 

Pour avoir lu "10 bonnes raisons d'être célibataire" du même auteur, j'avais hâte de découvrir ce nouveau roman. J'ai retrouvé avec plaisir l'écriture fluide et légère de Lindey Kelk dans une romance chick lit rafraîchissante et plaisante mais je dois voue avouer que je n'ai pas été aussi emballée que pour "10 bonnes raisons d'être célibataire".

"J'adore New York" est le premier opus d'une nouvelle trilogie : on découvre Angela qui prend un tournant radical dans sa vie suite à la découverte des tromperies de son petit ami. La voilà partie à la conquête de New York où elle va faire des rencontres qui vont changer sa vie et faire du shopping bien évidemment, comme toutes bonnes chick lit qui se respecte.

J'ai bien aimé découvrir New York en même temps qu'Angela : ses parties de shopping en folie m'ont rappelé de bons souvenirs. Angela est un personnage dont on se sent tout de suite proche : les rencontres qu'elle va faire vont lui faire découvrir la vie d'une manière qu'elle n'avait jamais envisagé.

Un bon roman avec lequel j'ai passé un bon moment de lecture mais qui ne révolutionne pas le genre !

 

 

Note :

logo-ladies

Voir les commentaires

L'envol, Ellana T2, Pierre Bottero

15 Mars 2014, 07:53am

Publié par Kincaid

Couverture Le Pacte des Marchombres, tome 2 : Ellana : L'Envol

 

Résumé :

" Ses longs cheveux noirs tombant en rideau devant son visage, son attitude, position de combat ou figure de danse, l'énergie qui se dégageait d'elle... La fille n'était plus une fille. C'était un oiseau. Prêt à l'envol. "

 

 

Mon avis :

A chaque fois que j'ouvre un livre de Pierre Bottero, c'est presque un moment religieux : pas étonnant que j'économise chacun des livres pour le savourer plus logtemps !

 

Jeune fille en fleur

Sur la voie Marchombre

Souffle de liberté

 

Le talent de cet auteur est complètement fou : le lecteur est embarqué vers des aventures incroyables et ressent avec une acuité accrue toute l'indépendance et la soif de liberté d'Ellana, l'héroïne apprentie Marchombre.

 

Le premier tome se refermait sur la greffe d'Ellana au Mont Rentaï, dans celui-ci, la jeune fille a bien grandi et poursuit son exploration de la voie des Marchombres grâce à son maître Jilano avec qui elle tisse un lien unique sur la base du respect. Mais entre amour et complot, loyauté et trahison, Ellana devra faire des choix difficiles en accord avec ce qu'elle est et ce qu'elle ressent.

 

"L'envol" est un titre judicieux car Ellana est comme un petit oiseau qui va quitter le nid pour la première fois : il se passe tellement de choses dans ce tome qui nous explique comment Ellana va faire la connaissance d'Ewilan et de ses compagnons. Déjà, les premières pierres de l'intrigue du prochain tome ont été semées et j'ai hâte d'en savoir plus.

 

L'écriture poétique de Pierre Bottero m'a une fois de plus envoûté : j'adore les Haïkus (petit poême japonais de trois vers et 17 syllabes), dont il jalonne le récit. Un vrai ode à la liberté accentuait à chaque page grâce à ses petits poèmes par lesquels les Marchombres expriment leur sentiment.Ellana est un personnage féminin incroyablement fort et indépendant mais qui garde sous ses dehors de dur à cuire, une humanité à fleur de peau : difficile d'y résister et impossible de ne pas tomber sous le charme de la jeune femme.

 

Si vous ne connaissez pas Pierre Bottero, c'est une grave erreur car vous passez à côté de livres inoubliables !

 

 

Note :6b45701f


http://imageshack.us/a/img4/4334/jeunessebadge.png

 

Quelques mots sur l'auteur : Pierre Bottero

Marié et père de deux filles, Pierre Bottero a exercé pendant longtemps, la profession d'instituteur avant de se consacrer entièrement à l'écriture. 

 

Il a publié ses premiers textes chez Flammarion, dont Amies à vie, son premier livre, avant d'éditer chez Rageot la saga d'Ewilan, une double trilogie d'heroic fantasy, genre qu'il affectionnait particulièrement. 

 

D'autres projets d'écriture ont vu le jour, principalement chez Rageot. Bottero, lorsqu'il n'était pas en tournée aux quatre coins de la France pour des animations ou des salons, passait l'essentiel de son temps à écrire.

 

Pierre Bottero a remporté le prix Ados Rennes/Ille-et-Vilaine 2008 pour le premier tome de L'autre, le souffle de la hyène, paru chez Rageot. Ce prix est décerné chaque année par les collégiens du département d'Ille-et-Vilaine qui doivent voter parmi dix livres en compétition.

 

Le 4 décembre 2008, Pierre Bottero se voit décerner le prix du Paille en queue, à l'occasion du troisième salon du livre de jeunesse de l'océan Indien au Port à la Réunion.

 

 

Pierre Bottero est mort à l'âge de 45 ans d'un accident de moto le dimanche 8 novembre 2009, aux alentours de sept heures du soir. Il aurait perdu le contrôle de son véhicule dans un virage sur le CD15 entre Lambesc et Rognes.

Voir les commentaires