Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Kincaid

Bird Box, Josh Malerman

24 Février 2015, 09:32am

Publié par Kincaid

Titre : Bird Box

Auteur : Josh Malerman

Edition : Calmann-Lévy

Genre : Horreur/Science-fiction

Nb de pages : 372p

Malorie élève ses enfants de la seule façon possible : barricadés chez eux. Dehors, il y a un danger terrible, sans nom. S’ils s’aventurent à l’extérieur, ce sera les yeux bandés pour rester en vie. S’ils ôtent leurs bandeaux, ils se donneront la mort avec une violence inouïe. Malorie a deux solutions : rester cachée avec ses enfants, isolée, ou bien entamer un terrifiant périple jusqu’au fleuve dans une tentative désespérée, presque vaine, pour rejoindre une hypothétique colonie de survivants. La maison est calme. Les portes sont verrouillées, les rideaux sont tirés, les matelas cloués aux fenêtres. Les enfants dorment dans la chambre de l’autre côté du couloir. Mais bientôt, elle devra les réveiller et leur bander les yeux. Aujourd’hui, ils doivent quitter la maison et jouer le tout pour le tout.

Mon avis :

 

Un livre que j'ai vu circulé un certain nombres de fois sur la blogo et j'ai décidé de me lancer à sa découverte. Et wahou ! Quel livre ! Une fois que l'on commence, c'est impossible de lâcher le livre avant la dernière page tant on veut savoir le fin mot de l'histoire.

 

Je dois vous avouer que les premières pages m'ont laissé un goût doux amer, c'était tellement étrange que j'ai hésité à continuer ma lecture. Mais une fois les premières pages passées, on commence à comprendre ce qui s'est réellement passé et à partir de là, c'est impossible de ne pas succomber à l'atmosphère étouffante et surnaturelle qui entoure le récit. On est, à chaque page, sur le qui-vive, incertain tant qu'à l'avenir de Mallory et de ses enfants.

 

Le récit alterne entre les flash back qui nous explique comment Mallory est arrivée dans cette maison avec les enfants et leur parcours sur la rivière pour une destination qui nous sera révèlée à la fin. On n'a pas les réponses à toutes nos questions mais le vrai point fort du roman est l'atmosphère hostile que l'auteur arrive à créer : on évolue dans un monde confiné où l'horreur nous entoure sans que jamais on ne la voit véritablement ce qui contribue à entretenir le mystère.

 

Je ne parle pas volontairement de l'histoire car c'est un livre qu'il faut absolument découvrir !

 

Note : 

 

Quelques mots sur l'auteur : Josh Mallerman

Originaire de Detroit et habitant désormais à Royal Oaks dans le Michigan, Josh Malerman est le chanteur et le parolier du groupe de rock The High Strung. 

"Bird Box" est son premier roman. 

Voir les commentaires

Le roi disait que j'étais diable, Clara Dupont-Monod

17 Février 2015, 08:25am

Publié par Kincaid

Titre : Le roi disait que j'étais diable

Auteur : Clara Dupont-Monod

Edition : Grasset

Genre : Roman historique

Nb de pages : 237p

Depuis le XIIe siècle, Aliénor d'Aquitaine a sa légende. On l'a décrite libre, sorcière, conquérante : "le roi disait que j'étais diable", selon la formule de l'évêque de Tournai...
Clara Dupont-Monod reprend cette figure mythique et invente ses premières années comme reine de France, au côté de Louis VII.
Leurs voix alternent pour dessiner le portrait poignant d'une Aliénor ambitieuse, fragile, et le roman d'un amour impossible.
Des noces royales à la deuxième Croisade, du chant des troubadours au fracas des armes, émerge un Moyen Âge lumineux, qui prépare sa mue.

Mon avis :

 

Il y a des livres que je considère comme de véritables OVNI littéraires et "Le roi disait que j'étais diable" en est un, totalement et irrémédiablement. Un méga gros coup de cœur !

 

C'est typiquement le genre de livres qu'on aime ou qu'on aime pas sans demi-mesure. Mais moi, je suis tombée amoureuse du style d'écriture poétique et recherchée de l'auteur dès les premières pages. Un style que je n'avais plus retrouvé depuis "Morsure" d'Hélène Bonafous-Murat et c'est avec plaisir que j'ai découvert ce roman.

 

Un roman historique qui nous offre un point de vue particulier sur une reine d'exception : Aliénor d'Aquitaine. On la découvre dans ces jeunes années durant son mariage avec Louis VII et jusqu'à sa rencontre avec Henri Plantagenêt. Des chapitres courts qui voient s'alterner les pensées de deux narrateurs différents : Aliénor et Louis, les deux protagonistes de l'histoire. Deux personnes complètement différentes qui ne pouvaient que donner un mariage stérile et ennuyeux : Louis est un homme pieux et calme tandis qu'Aliénor est une femme forte et déterminée, avide de batailles qui marqueront son nom dans l'histoire.

 

Le point fort du roman est le style d'écriture de l'auteur qui nous fait connaître les pensées et les personnalités d' Aliénor et de Louis, deux personnages dont l'histoire est remplie de magie et de superstitions.

 

Note : 

 

 

Quelques mots sur l'auteur : Clara Dupont-Monod

 

 

Clara Dupont-Monod possède une formation littéraire. Elle a fait khâgne au lycée Fénelon et a obtenu une licence de lettres modernes à la Sorbonne où elle découvre le vieux français, matière dans laquelle elle décroche une maîtrise. Elle débute sa carrière de journaliste au magazine Cosmopolitan puis entre comme grand reporter à Marianne à seulement 24 ans.

Par ailleurs, elle intervient régulièrement à la radio dans l'émission On refait le monde diffusée sur RTL et présentée par Nicolas Poincaré.

Elle anime depuis septembre 2014 une chronique littéraire dans l'émission d'actualité Si tu écoutes, j'annule tout sur France Inter.

Elle écrit Eova Luciole, publié en 1998. Ses ouvrages mettent en scène des personnages maltraités autant par leurs contemporains que par la postérité. 

Son roman, "La passion selon Juette" (B. Grasset, Paris, 2007), décrit le combat d'une femme du XIIe siècle qui refuse les diktats d'un monde où les femmes n'ont pas leur mot à dire face à une église toute-puissante. 

Ce roman a obtenu le prix Laurent Bonelli qui était décerné pour la première fois et fut retenu dans la dernière liste du Prix Goncourt 2007.

En 2011, elle publie "Nestor rend les armes", un texte sur un homme obèse. Ce roman est retenu sur la première liste du prix Fémina 2011.

Dans son nouveau roman, "Le roi disait que j'étais diable", Clara Dupont-Monod raconte l'union de la sulfureuse souveraine et du pieux Louis VII. 

 

 

Voir les commentaires

Lundi 16 février 2015

16 Février 2015, 09:48am

Publié par Kincaid

 

Ce que j'ai lu la semaine dernière :

 

Ce que je lis :

Ce que je compte lire ensuite :

Bonne semaine à tous !

Voir les commentaires

Charles VII, Alexandre Dumas

15 Février 2015, 09:27am

Publié par Kincaid

Titre : Charles VII

Auteur : Alexandre Dumas

Genre : théâtre

Mon avis :

Une pièce de théâtre signée Alexandre Dumas que j'ai adoré^^

Vous l'ignorez peut-être mais depuis le lycée, je voue un amour inconditionnel aux pièces écrites en alexandrin : Racine reste évidemment mon auteur préféré mais quel plaisir de me replonger dans des textes aussi bien travaillé, je me suis notée des passages entiers sur mon petit calepin pour m'en souvenir (certaines tournures sont magnifiques^^). Bien sûr, il faut aimer les alexandrins, sinon ce serait vraiment indigeste !

En ce qui concerne l'histoire, je me suis également régalée ! On retrouve une touche d'Orient (que Dumas semble apprécier^^) avec la présence d'un esclave arabe Yaqoub qui a été sauvé par le comte. Il est dénigré par les autres autres habitants du château qui ne voit en lui qu'un sauvage inculte. Sauf Bérengère, la femme du comte... Mise à part ce côté réflexion sur les différentes religions, j'ai adoré le triangle amoureux entre les trois protagonistes qui n'est pas sans rappeler Andromaque de Racine (ma pièce préférée), du coup, j'ai lu tout ça très vite et je me suis régalée. Surtout que la fin reprenait mon passage préféré. Charles VII, le roi, est peu présent en comparaison : l'auteur apporte une critique non voilée de la velléité des rois et du peu d'intérêt qu'ils portent dans l'intérêt du royaume par rapport à leur intérêt personnel.

En bref, plusieurs thèmes sont abordés dans cette pièce : beaucoup de réflexion politique, religieuse et morale qui rendent la pièce unique et très intéressante à découvrir !

 

Note : 5/5

Voir les commentaires

80 Notes de nuit, Vina Jackson

12 Février 2015, 08:02am

Publié par Kincaid

Titre : 80 notes de nuit

saga : 80 notes

Auteur : Vina Jackson

Edition : Milady romance

Nb de pages : 448p

Hantée par la mort inexpliquée de ses parents, Aurelia cherche la vérité sur ses origines. Elle a dix-huit ans lorsqu’elle rencontre un homme qui va changer sa vie à jamais. Lorsque ce dernier disparaît sans même lui donner son nom, elle va tout faire pour le retrouver. La jeune femme part aux États-Unis où elle découvre l’existence d’un mystérieux bal, extravagante célébration des sens, qui a lieu depuis des siècles et voyage de pays en pays. Aurelia lève peu à peu le voile sur la véritable nature de cette cérémonie, son propre passé et les motivations de cet homme insaisissable.

Mon avis :

 

Si vous vous souvenez, j'ai eu beaucoup de mal au commencement de la série mais au fil des tomes, j'ai de plus en plus apprécié les histoires et je dois dire que ce dernier tome est encore meilleur que les précédents. 

On découvre un nouveau personnage féminin, Aurélia, qui est très différente de ce à quoi on est habitué : elle est tout ce qu'il y a de plus normal mais peu à peu on assiste à un véritable voyage initiatique érotique. Ce qui change par rapport aux autres tomes, c'est que l'histoire n'est pas vraiment centré sur un couple précis mais plutôt sur l'initiation d'Aurélia avec (roulement de tambours) un univers magique qui m'a énormément surpris au départ.

En effet, avec les romances érotiques, on est habitué à des histoires terre à terre alors que là, on assiste à des réunions érotiques qui prennent une dimension magique qui m'ont un peu rappelé Kushiel de Jacqueline Carey. Par contre, attention, ce n'est pas un livre à mettre entre toutes les mains, car à partir d'un certain moment les scènes de sexe défilent à une vitesse folle et parfois ça en devient assez lassant.

Cependant, l'écriture de Vina Jackson est toujours aussi fluide et agréable à lire. Les pages défilent à une vitesse folle. Je suis presque triste de voir se clôturer cette saga, surtout que cette fois on a revu quasiment aucun des personnages des tomes précédents donc pour moi ça ne ressemeblait pas vraiment à une fin.

 

Note : 4/5

Voir les commentaires

Blackmoore, Julianne Donaldson

11 Février 2015, 08:29am

Publié par Kincaid

Titre : Blackmoore

Auteur : Julianne Donaldson

Edition : Milady

Genre : Romance historique

Nb de pages :286p

Jeune femme déterminée, Kate Worthington souhaite ne jamais se marier.
Afin d'échapper à une famille qu'elle abhorre, elle projette de partir pour les Indes. Malheureusement, sa mère a d'autres projets pour elle et l'oblige à conclure un marché : elle sera libre de s'y rendre si elle parvient à refuser trois demandes en mariage. Kate se rend alors au manoir de Blackmoore et retrouve son cher ami d'enfance, Henry Delafield. Au coeur des landes sauvages, Kate doit faire face à la vérité qui a maintenu son coeur captif.
Cette demande en mariage la libérera-t-elle vraiment ?

Mon avis :

Après un énorme coup de coeur pour le premier livre de l'auteur "Edenbrooke", j'avais hâte de voir ce que l'auteur allait nous réserver pour cette nouvelle histoire.

Kate est une héroïne que j'ai adoré dès le départ : elle est rêveuse, déterminée, très imaginative et courageuse. Difficile de lui résister ! On comprend dès le départ qu'elle est malheureuse dans sa famille entre une mère exhubérante et frivole et une petite soeur égoïste. Elle s'enferme dans ses rêves de partir pour les Indes, sa musique... et Henry. Elle fait tant d'effort pour se montrer indifférente à son égard que ça en est parfois risible : on se rend vite compte qu'elle est amoureuse de lui et que les sentiments sont réciproques mais que les conditions sociales des deux parties ne permettent pas d'envisager un avenir heureux pour nos deux protagonistes.

Une histoire romantique et délicate servie par une écriture poétique que j'ai adoré ! Le livre est court et se lit tellement rapide. Une pause romance bien méritée que j'ai dégusté du début à la fin : l'histoire d'amour entre les deuxpersonnages est abordé si finement qu'on a pas l'impression que ce soit au centre de l'histoire.

La fin m' a énormément surpris, j'ai même failli versé ma petite larme (on se refait pas^^)

 

Note : 5/5

Voir les commentaires

L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea, Romain Puertolas

10 Février 2015, 09:15am

Publié par Kincaid

Titre : L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea

Auteur : Romain Puertolas

Edition : La Dilettante

Genre : Roman contemporain

Nb de pages : 252p

IKEA. Ou comment un banal et innocent mot de quatre lettres, prononcé à mi-voix dans un taxi à Roissy Charles de Gaulle, peut vite devenir le début d’une rocambolesque et hilarante aventure. De la crise européenne au régime post-Kadhafiste libyen, un voyage inattendu, riche en quiproquos et rebondissements, ballotera, dans une armoire, un arnaqueur professionnel sur le chemin de la rédemption et de l’amour.

Mon avis :

 

Un livre que je voulais absolument découvrir tant le titre m'intriguait ! Un fakir qui décide de faire un voyage en France pour acheter un lit à clou dans un magasin Ikea. Mais ajouter à cela, le fait que le fakir compte payer avec un faux billet imprimé d'un seul côté, seul argent qu'il possède mais il peut compter sur son don extraordinaire pour l'arnaque en tout genre afin de s'en sortir : le billet élastique, les lunettes cassées pour le repas gratuit… autant d'astuces qui m'ont fait hurler de rire !!

 

Le début du roman commence sur les chapeaux de roues : d'arnaques en voyages inattendus, ce fakir nous offre un voyage initiatique atypique qui va l'amener à changer de point de vue sur le monde et vouloir que sa vie prenne un autre tournant.

 

Un roman décalé rempli d'humour (parfois à la limite du grotesque !) et de situations incongrues qui réussit le pari de divertir le lecteur tout au long du récit : alors bien sûr on aime ou on n'aime pas. Pour ma part, j'ai adoré ! L'auteur maintient un style d'écriture simple qui permet d'avoir un récit bien rythmé. Les situations cocasses sont parfois un peu kitch, je vous l'accorde, mais si on se laisse prendre au jeu, on part pour une bonne tranche de rigolade et parfois c'est tout ce qu'il faut pour égayer une journée !

 

Note : 5/5

 

 

Quelques mots sur l'auteur : Romain Puértolas

 

Romain Puértolas est né à Montpellier, en 1975. 

Enfant, il souhaite devenir coiffeur-trompettiste, mais le destin en décide autrement. Ballotté entre la France, l’Espagne et l’Angleterre, il est tour à tour DJ turntabliste, compositeur-interprète, professeur de langues, traducteur-interprète, steward, magicien, avant de tenter sa chance comme découpeur de femmes dans un cirque autrichien. Rapidement débouté à cause de ses mains moites, il décide de s’adonner à l’écriture compulsive. Auteur de quatre cent cinquante romans en un an, soit 1,2328767123 roman par jour, il peut enfin ranger ses propres livres dans sa bibliothèque Ikea. Malheureusement, dépossédé de 442,65 de ses romans par des extraterrestres doués d’une intelligence et d’un goût très sûrs, Romain Puértolas se retrouve avec une bibliothèque en cageot de pêches bancale et désespérément vide. Il embrasse à présent une carrière de lieutenant de police en France et n’a plus qu’une seule chose en tête : retrouver ceux qui ont fait le coup.
Romain Puértolas dit de lui qu'il écrit rarement devant un écran d'ordinateur, mais plus souvent debout dans un RER, sous la douche, dans une file d'attente, sur des mouchoirs en papier, sur ses chaussettes ; car il serait atteint d'une maladie dont il ne connaît pas le nom. Habité par l'inspiration, et son poisson rouge albinos, ces livres sont riches de ces moments antiécrivains, comme il aime à le rappeler.

"L'extraordinaire voyage du... " sera prochainement adapté au cinéma. 

 

Voir les commentaires

lundi 9 février 2015

8 Février 2015, 19:55pm

Publié par Kincaid

Ce que j'ai lu les deux dernières semaines :

 

Ce que je lis :

Ce que je compte lire ensuite :

Voir les commentaires

Ally Mcbeal S1, S2, S3

3 Février 2015, 08:55am

Publié par Kincaid

Ally McBeal

Ally McBeal est une série télévisée américaine en 112 épisodes de 44 minutes, créée par David E. Kelley et diffusée entre le 8 septembre 1997 et le 20 mai 2002 sur le réseau FOX et au Canada sur le réseau CTV.

Première diffusion : 1997

Saisons : 5

 

Mon avis sur la saison 1 :

Cela fait un moment que j'avais envie de regarder cette série dans son intégralité parce qu'à part avoir vu quelques épisodes par-ci par là, j'avoue que je ne l'a suivait pas avec assiduité. Que dire ? dès les premiers épisodes, on se rend compte qu'Ally est complètement folle, déjantée et presque antipathique : j'ai bien dit "presque" parce qu'au final, on n'arrive pas à s'empêcher de regarder et on suit avec plaisir ses élucubrations de célibataire.

Dans cette première saison, l'histoire tourne autour du triangle amoureux que forme Ally, Billy (son amour de jeunesse) et Georgie (la femme de Billie) : entre quiproquo, affaire loufoque et délires en tout genre, on ne s'arrête pas une seule seconde. J'avais peur de décrocher et de me lasser après les premiers épisodes parce que je n'accrochais pas plus que ça avec calista Flockhart et pourtant, je me suis surprise en continuant et même en appréciant ces visions déjantées et son côté narcissique.

J'ai particulièrement apprécié le personnage de John, j'espère qu'il continuera à me plaire dans les autres saisons et qu'il sera un peu plus présent.

Mon avis sur la saison 2 :

De nouvelles têtes font leur apparition dans le cabinet d'avocats où travaille Ally : la très blonde Nell et la très asiatique Ling (interprêté par Lucy Liu). Fini le triangle amoureux de la saison précédente, on arrive à avoir des épisodes plein d'humour, de chansons et de fou rire. Le personnage de Ling fait contrepoids par rapport à celui d'Ally puisqu'elle devient le personnage narcissique et asocial de la série mais qu'est ce qu'elle le joue bien : difficile de ne pas succomber au grondement de panthère de Lucy Liu. L'apparition de Barry White a été une petite révolution et j'ai gardé l'air de musique dans ma tête un sacré bout de temps. et en plus c'était l'anniversaire de John et ça y est dans cette saison, il est vraiment plus présent et on en apprend plus sur ses TOC : un vrai petit garçon qui joue les as du barreau : j'adore !

 

Mon avis sur la saison 3 :

Je crois que c'est la saison que j'ai le moins aimé pour le moment : on passe d'une série pleine d'humour à une série dramatique avec je ne sais combien de mort et de situations tristes. Je dois vous avouer que certains épisodes m'ont filé le bourdon et je n'avais pas très envie de continuer. La mort de Billy m'a semblé une juste fin, je ne voyais pas ce que l'on aurait pu faire de ce personnage dans l'avenir mais c'est arrivé si vite que je me suis demandée si les scénaristes ne s'étaient pas retrouvés en manque d'inspiration sur ce coup là !

 

 

Voir les commentaires