Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Kincaid

Jeux de fauves, T17 Anita Blake, L.K. Hamilton

30 Avril 2015, 08:42am

Publié par Kincaid

Titre : Jeux de fauves

Saga : Anita Blake T17

Auteur : L. K. Hamilton

Edition : Milady

Genre : Bit-lit

Nb de pages : 724p

C’est le cadeau répugnant d’un vampire tueur en série qui m’a incitée à m’intéresser à Las Vegas. Mais la situation est pire que je ne le pensais : plusieurs officiers de police et un exécuteur ont été assassinés. Épaulée par trois marshals, dont l’impitoyable Edward, je dois mener l’enquête. Heureusement qu’il est là pour couvrir mes arrières, car tout porte à croire que c’est un tigregarou qui a fait le coup. Or, ces derniers sont très puissants dans la Cité du péché, ce qui signifie que je risque bien de prendre quelqu’un de haut placé à rebrousse-poil…

Mon avis :

 

Grosse déception encore une fois pour cette enquête d'Anita Blake !

Pourtant le début semblait plus que prometteur avec le retour de Vittorio qui cherche à attirer notre tueuse de vampire à Las vegas grâce à la tête coupée de l'éxecuteur local. Pourtant, l'intrigue peine à se mettre en place : on passe presque 200 pages en dialogues avec les enquêteurs de Las vegas qui cherchent à savoir qui a la plus grosse et si Anita est digne de confiance au vu de sa réputation. 

 

Je vous avoue que je me suis forcée à le lire jusqu'au bout parce que j'ai eu plus d'une fois envie de tout planter tant c'était long et barbant ! Heureusement que j'ai lu le livre dans le cadre du week-end à 1000, sinon je l'aurais refermé aussi sec.

 

J'attendais désespérèment l'arrivée de Vittorio pour un duel de choc avec Anita, une bonne baston contre les vampires comme les premiers tomes de la série eh ben non, j'ai dû passer par je ne sais combien de protocoles et quiproquos politiques avec Bibiana, la maîtresse des tigres de Las Vagas et compagne de Max, plus un petit retour de la mère de toutes ténèbres qui vient faire peur à tout le monde en passant. En bref, un peu de tout et du grand n'importe quoi pour une intrigue qui se retrouve avec tellement de personnages qu'on ne sait plus où donner de la tête.

 

Et tout ça pour quoi ? eh ben pour voir l'intrigue du départ résolue en un petit chapitre de rien du tout !

 

Malgré un tome décevant, je ne peux pas arrêter cette série qui me berce depuis plus de dix ans maintenant mais les déceptions commencent à être de plus en plus nombreuses et j'espère que l'auteur ne va pas faire prendre la même tournure à Anita Blake qu'à son autre série Merry Gentry que j'avais arrêté au bout du quatrième tome.

 

Note : 1/5

 

Quelques mots sur l'auteur : Laurell K.Hamilton

Laurell Kaye Hamilton est une romancière américaine de fantasy mêlé à de l'horreur.

Elle est principalement connue pour ses deux séries, « Anita Blake,» et « Merry Gentry ».
« Anita Blake » compte actuellement 22 volumes dont 19 déjà traduits. Elle a été débutée en 1993. 
La série de « Merry Gentry », ou « Meredith Gentry », compte 8 volumes. Il semblerait qu'un 9ème tome soit prévu par l'auteur. Cette série a été démarrée en 2000.

Les 2 séries se déroulent dans une Amérique contemporaine où la magie et les créatures fantastiques sont connues des humains. L'univers d'Anita Blake est composé de garous (loups, rats, panthères etc.) et de vampires essayant de s'intégrer à notre société. Celui de Merry Gentry est tourné vers les elfes (sidhes) et leurs histoires tortueuses, ainsi que l'obligation qu'a Merry de monter sur le trône (chez les sidhes) et de donner naissance à un bébé.

Les deux séries sont relativement proches dans leur thématique car elles baignent toutes deux dans une ambiance de sensualité et de fantastique qui est la marque de fabrique de Laurell K. Hamilton.

Passionnée d'écriture depuis son enfance, Laurell Hamilton a découvert la dark fantasy avec les livres de Robert E. Howard. Parmi ses influences, elle cite Edgar Allan Poe, H.P. Lovecraft, Andre Norton, Stephen King et Anne Rice. Elle a publié son premier roman à 29 ans. 

Voir les commentaires

Comment tuer son boss 2 #LeFilmDeLaSemaine

29 Avril 2015, 09:00am

Publié par Kincaid

Comment tuer son boss 2

Date de sortie  (1h48min
Réalisé par
Avec  plus
Genre Comédie
Nationalité Américain

Mon avis :

Dire que je l'attendais avec impatience serait un doux euphémisme ! Le premier opus est un de mes films doudous que je regarde dès que j'ai un coup de blues parce que la bande son et l'humour décapant des personnages arrivent toujours à me redonner le sourire.

Qu'en est-il de ce second opus ? Il faut parfois éviter de faire des suites ! En effet, je n'ai pas été convaincue par cette suite rocambolesque. Déjà, on ne retrouve pas les personnages là où on les avait laissé mais plusieurs années après. Ils décident de monter leur propre boîte et de devenir ainsi leurs propres patrons : pourquoi pas ? Les chamailleries entre les personnages restent bons enfants et l'intrigue générale est cousu de fil de blanc mais qu'importe, jusqu'à la fin, j'y ai cru !

Un casting choc où on retouve certains des boss du premier film dont Jennifer Aniston, l'accro du sexe, qui n'en a pas fin avec son ex employé. Et les nouveaux dont Christopher Waltz qui va se frotter à ce trio de choc pour le meilleur et pour le pire. Le monde des affaires est impitoyables et nos comparses vont l'apprendre à leurs dépends. Pour sauver leur entreprise de la faillite, une seule solution, kidnapper le fils du bog boss qui les a ruiné. Tout aurait pu se dérouler sans encombre mais c'est sans compter l'étourderie de nos personnages. 

Une intrigue gentillette qui ne m'a pas plus emballé que ça. Le film reste une déception par rapport au premier opus, j'en attendais plus !

 

Note : 3/5

Voir les commentaires

L'instant présent, Guillaume Musso

28 Avril 2015, 14:17pm

Publié par Kincaid

Titre : L'instant présent

Auteur : Guillaume Musso

Editions : XO

Genre : romains contemporains

Nb de pages : 374 pages

Lisa et Arthur n'ont rendez-vous qu'une fois par an.
Il passe sa vie à la chercher...
...??elle passe la sienne à l'attendre.

Lisa rêve de devenir comédienne. Pour payer ses études d'art dramatique, elle travaille dans un bar de Manhattan. Un soir, elle fait la connaissance d'Arthur Costello, un jeune médecin urgentiste. Leur complicité est immédiate. Pour le séduire, Lisa est prête à tout. Dans une ville-labyrinthe qui n'offre aucun répit, elle prend tous les risques. Mais Arthur n'est pas un homme comme les autres. Bientôt, il révèle à Lisa la terrible vérité qui lui interdit de l'aimer :

" Ce qui m'arrive est inimaginable, et pourtant bien réel... "

Dans un New York plus imprévisible que jamais, Arthur et Lisa vont lier leur destin pour déjouer les pièges que leur impose le plus impitoyable des ennemis : le temps.

Mon avis :

 

Comme tous les ans, je suis de près les sorties littéraires de nos deux story-teller français : Guillaume Musso et Marc Levy. J'ai lu "Elle et lui" de ce dernier, il me manquait donc le dernier Musso. J'ai profité d'une lecture commune sur LIvraddict pour le découvrir.

 

Je ne sais toujours pas pourquoi j'ai du mal à accrocher avec ses auteurs qui connaissent pourtant un succès florissant. Si l'histoire est plaisante et le style d'écriture très addictif, j'ai beaucoup de mal à apprécier les personnages souvent noyé dans des pages de dialogues qui n'apportent pas grand chose au récit et "L'instant présent" ne fait pas exception.

 

Dès le départ, l'auteur nous plonge dans un récit rocambolesque au sujet d'un phare des "24 vents" qui fait voyager dans le temps quiconque traverse la porte de la cave. J'aime beaucoup les voyages dans le temps mais là, j'ai souvent eu l'impression d'être baladé de cadre en cadre sans vraiment savoir où ça allait mener. La fin est plusq ue surprenante par rapport au reste du récit mais avec Musso, on devait s'y attendre !

 

Autres points que je n'ai pas apprécié mais ça c'est un fait récurrent dans les livres de Musso, c'est la pauvreté du personnage principal féminin, ce qui explique sans doute que j'ai du mal à m'attacher au personnage. Ici, on rencontre Lisa, jeune étudiante en art dramatique qui essaie de percer dans le monde du spectacle et travaille en attendant comme serveuse dans un bar (un peu cliché tout ça, non?) : j'ai été la seule à avoir l'impression d'avoir à faire à une bimbo écervelée !?!

 

Malgré un avis en demi-teinte, j'ai tout de même apprécié cette lecture ! Le seul problème c'est que j'ai l'impression d'avoir toujours affaire à la même trame d'histoire donc au final, c'est plaisant à lire mais on est loin d'un coup de coeur !

 

Note : 3/5

Lecture commune du 28 Avril 2015 avec Erinael, ParlonsLecture, Lectures du dimanche, Alixme, Palin, Fleurdecerisier, LesMotsdeGwen, Stefsav

 

Quelques mots sur l'auteur : Guillaume Musso

Guillaume Musso commence à écrire alors qu’il est étudiant. À l’âge de 19 ans, fasciné par les États-Unis, il séjourne quelques mois à New York où il travaille comme vendeur de crèmes glacées2.
En rentrant des États-Unis, il passe une licence de sciences économiques à l'Université de Nice, poursuit ses études à Montpellier et passe le CAPES de sciences économiques et sociales. De 1999 à 2003, il est professeur de sciences économiques et sociales au lycée Erckmann-Chatrian de Phalsbourg et formateur à l’IUFM de Lorraine. En septembre 2003, il intègre le Centre international de Valbonne où il enseignera au lycée les sciences économiques et Sociales pendant cinq ans.
En mai 2001 paraît son premier roman, Skidamarink, un thriller en forme de jeu de piste débutant par le vol de La Joconde au musée du Louvre.
Après un grave accident de voiture3, Guillaume Musso imagine en 2004 l’histoire d’un enfant revenu de la mort : Et après... ; le roman se vend à plus de deux millions d’exemplaires et est traduit dans une vingtaine de langues. Le film Et après tiré du roman sort sur les écrans le 14 janvier 20094, sous la direction de Gilles Bourdos, avec John Malkovich, Romain Duris et Evangeline Lilly. Puis viennent Sauve-moi (2005), Seras-tu là (2006), Parce que je t’aime (2007) et Je reviens te chercher (2008), Que serais-je sans toi ? (2009), La Fille de papier (2010)5, L'Appel de l'ange (2011), 7 ans après... (2012), Demain (2013) et Central Park (2014) . Avec 1 710 500 exemplaires vendus en 20126, Guillaume Musso est pour la troisième année consécutive le romancier français le plus vendu. Ses livres sont traduits dans 36 langues et les ventes totales de ses romans dépassent les 18 millions d’exemplaires.

En octobre 2009, succédant à Philippe Claudel, Daniel Picouly, François Morel, Daniel Pennac et Éric-Emmanuel Schmitt, il est l’auteur de la « dictée d’ELA », donnant le coup d’envoi de la campagne annuelle « Mets tes baskets et bats la maladie » pour lutter contre les leucodystrophies7.
En 2012, il est nommé chevalier de l'ordre des arts et lettres.
Il est le frère de Valentin Musso, auteur de romans policiers.

 

Voir les commentaires

Lundi 27 Avril 2015

27 Avril 2015, 07:24am

Publié par Kincaid

 

Vous l'attendiez, le voilà ! Mon C'est Lundi que lisez-vous?

Ce que j'ai lu la semaine dernière :

Je me suis mise à jour sur mes lectures communes. Le dernier Musso "L'instant présent " m'a fait passer un agréable moment de lecture.

Ce que je suis en train de lire :

Ma lecture commune avec Melle Aurel : une autobiographie que j'avais très envie de découvrir depuis la sortie du film^^

 

Ce que je compte lire ensuite :

Un peu de kilt, de thriller et du Amélie Nothomb of course ^^

Et vous, que lisez-vous ?

 

Bonne semaine livresque ^^

 

Voir les commentaires

Le royaume, Emmanuel Carrère

25 Avril 2015, 16:40pm

Publié par Kincaid

Titre :Le Royaume

Auteur : Emmanuel Carrère

Edition : POL

Genre : Romans contemporains

Nb de pages : 640p

Le Royaume raconte l’histoire des débuts de la chrétienté, vers la fin du Ier siècle après Jésus Christ. Il raconte comment deux hommes, essentiellement, Paul et Luc, ont transformé une petite secte juive refermée autour de son prédicateur crucifié sous l’empereur Tibère et qu’elle affirmait être le messie, en une religion qui en trois siècles a miné l’Empire romain puis conquis le monde et concerne aujourd’hui encore le quart de l’humanité.
Cette histoire, portée par Emmanuel Carrère, devient une fresque où se recrée le monde méditerranéen d’alors, agité de soubresauts...

Mon avis :

Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas lu un livre d'Emmanuel Carrère et "Le Royaume" a connu un tel engouement du public que je ne pouvais pas passer à côté. J'avais hâte de me faire ma propre opinion sur ce roman.

Je ne vous cacherais pas que le début fut un peu laborieux, l'auteur parle beaucoup de lui sans qu'on sache vraiment où il voulait nous emmener et j'avoue que cette impression m'a tenu tout au long du roman. D'ailleurs, peut-on vraiment parler de romans ? On passe de l'autobiographie à la fiction toutes les deux pages et j'ai bien souvent eu l'impression d'avoir affaire à un roman mal travaillé, presque un brouillon, et que l'auteur nous livrait tout ce qu'il lui passait par la tête sans vraiment réfléchir à un plan d'organisation pour nous présenter cela de façon cohérente.

Pourtant, le style d'écriture réussit le pari improbable de capturer l'attention du lecteur. Même si, j'ai eu un peu de mal avec cette lecture,  retrouver l'écriture de cet auteur m'a ravi et malgré de (très) nombreuses longueurs, j'ai quand même réussi à finir le livre.

Comme vous le savez sans doute, "Le Royaume" parle des débuts du christiannisme autour de deux hommes : Paul, le juif grec,et Luc, le médecin macédonien, auteurs des évangiles originels qui sont à l'origine d'une des plus grandes religions qu'est connu ce monde. Dès qu'on a commencé à rentrer dans "l'histoire", j'ai pris un immense plaisir à découvrir tout le travail de documentation qu'a fourni Emmanuel Carrère au travers d'anecdotes croustillantes et de faits historiques que je ne connaissais absolument pas. Cependant, cette période n'est pas forcément riche en information d'un point de vue historique et plus d'une fois, j'ai senti à quel point l'auteur comblait les vides par de la fiction de sa propre invention, ce qui m'a un peu déçu. Surtout qu'il n'est pas rare de trouver de très long paragraphe retraçant sa façon de penser ou ses critiques vis à vis de tels ou tels éléments.

 Au final, les points négatifs s'accumulent et même si j'ai aimé découvrir le roman, j'en garde un souvenir mitigé, principalement dû au fait que je m'attendais plus à un roman historique qu'à un melting pot désorganisé tel que nous le livre Emmanuel Carrère.

 

Note : 3/5

 

Lecture commune du 25 Avril 2015 avec...

 

Quelques mots sur l'auteur : Emmanuel Carrère

Emmanuel Carrère est un écrivain, scénariste et réalisateur français.

Ancien élève de Janson-de-Sailly et de Sciences Po, descendant d'une lignée de princes russes où l'on a même compté un éphémère roi d'Albanie, il est le fils de Louis Édouard Carrère et de la soviétologue et académicienne Hélène Carrère d'Encausse, et le frère de Nathalie Carrère et de Marina Carrère d'Encausse.

Emmanuel Carrère est l'auteur de plusieurs scénarios, d'une biographie de Philip K. Dick et de nombreux romans dont "La moustache", "La classe de neige", et "L'Adversaire", les deux derniers ayant été adaptés pour le cinéma respectivement par Claude Miller et Nicole Garcia et sélectionnés en compétition officielle au Festival de Cannes. Son roman, "Limonov", paru en 2011, a reçu le prix Renaudot.

"Retour à Koltelnitch" (2004) est son premier film en tant que réalisateur. Son dernier film, "La moustache", avec Vincent Lindon et Emmanuelle Devos, est sorti en 2005.

"Le Royaume" raconte l’histoire des débuts de la chrétienté, vers la fin du Ier siècle après Jésus Christ et obtient le prix littéraire du Monde en 2014. 

Voir les commentaires

Prince Captif,L'esclave T1, C.S Pacat

23 Avril 2015, 08:52am

Publié par Kincaid

Titre : L'esclave

Saga : Prince Captif Tome 1

Auteur : C.S Pacat

Edition : Milady

Nb de pages : 288p

Damen est un héros pour son peuple et le légitime héritier du trône d'Akielos. Mais lorsque son demi-frère s empare du pouvoir, Damen est capturé, dépouillé de son identité et offert comme esclave au prince d'un royaume ennemi.
Beau, manipulateur et létal, son nouveau maître, le prince Laurent, incarne ce qui se fait de pire à la cour de Vere. Mais dans la toile mortelle de la politique Vérétienne, les apparences sont trompeuses, et lorsque Damen se retrouve pris dans un jeu de pouvoir pour le trône, il doit s'allier à Laurent afin de survivre et sauver son royaume.
Sans jamais oublier une règle vitale : cacher sa véritable identité à tout prix. Car l'homme dont il a besoin est celui qui a le plus de raisons de le haïr...

Mon avis :

 

Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions Milady romance pour la merveilleuse publicité qu'ils ont organisé autour de cette nouvelle série. J'ai tout d'abord reçu par courrier, la clé pour aller délivrer le" Prince captif" à l'occasion du Salon du livre de Paris. N'étant pas de la région, je n'ai pas pu profiter de l'occasion et j'en étais cruellement déçue.

 

Quelle surprise de le découvrir dans ma BAL sous une aussi belle présentation : tout prisonnier de lien de cuir noir et cuivre !

 

Vous l'avez compris, je donne une excellente note à la présentation et à la couverture épurée mais néanmoins très tentatrice du roman. Qu'en est-il de l'histoire? Car c'est quand même le plus important ! Si je vous dis que je l'ai lu en seulement quelques heures, ça vous donne un bon indice quand même.

 

On découvre Damianos, prince héritier du royaume qui se voit du jour où lendemain passer de prince à esclave sous le complot machiavélique de son frère et de son amante. Une partie somme toute assez courte, qui ne permet pas vraiment de bien appréhender toute la complexité de l'univers crée par C.S Pacat. Un roman qui offre une sensualité à fleur de peau qui m' a énormément fait penser à la saga Kushiel de Jacqueline Carrey mais cette fois avec un homme dans le rôle principal. Du coup, certaines scènes m'ont fait pensé à Spartacus, La série TV !

 

J'ai eu un peu de mal avec certains passages de l'histoire qui manquaient un peu de cohérence mais certaines scènes sont vraiment sublimes et très bien décrites. La relation atypique entre Damen et Laurent a de quoi surprendre au début mais on se rend petit à petit que le caractère égoïste et enfantin de Laurent cache en réalité un but politique savamment travaillé. 

 

En général, les romans M/M ne font pas partis de mon registre de lecture habituel mais ici, même si les relations homosexuelles semblent être monnaies courantes, elles sont survolées et on ne sombre pas dans le vulgaire ou dans le pornographique.

Un roman très addictif à l'écriture fluide et sensuel : j'attends la suite avec impatience !

 

Note : 4/5

Voir les commentaires

A un fil, Rainbow Rowell

21 Avril 2015, 08:08am

Publié par Kincaid

Titre : A un fil

Auteur : Rainbow Rowell

Genre : Romance contemporaine

Edition : Romance contemporaine

Nb de pages : 413p

 

Georgie McCool sait que son mariage bât de l'aile, et que c'est le cas depuis un long moment. Elle aime toujours son mari, Neal, et Neal l'aime encore, énormément - mais ça paraîtrait presque hors sujet désormais.

Peut-être que ça a toujours été hors sujet.

Deux jours avant de partir passer Noël dans la famille de Neal à Omaha, Georgie lui annonce qu'elle ne partira pas. Elle écrit pour la télévision, et elle doit travailler sur sa série ; elle doit rester à Los Angeles. Elle sait que ça agacera Neal - Neal est toujours agacé par ce que fait Georgie - mais elle ne s'attendait pas à ce qu'il prenne leurs filles sous le bras et parte sans elle.

Quand son mari et leurs filles partent pour l'aéroport, Georgie se demande si elle a finalement dépassé les bornes. Si elle a tout gâché.

Cette nuit, Georgie découvre un moyen de communiquer avec le Neal du passé. Ce n'est pas vraiment comme du voyage dans le temps, mais elle a l'impression d'avoir l'opportunité de sauver leur mariage avant qu'il n'ait commencé.

Est-ce que c'est ce qu'elle est supposée faire ?

Ou est-ce que Georgie et Neal seraient plus heureux si leur mariage n'était jamais arrivé ?

Mon avis :

Après l'excellent "Fangirl" avec lequel j'avais rencontré cette auteur fabuleuse qu'est Rainbow Rowell, j'avais hâte de voir ce qu'elle nous réservait avec ce nouveau roman. Si Fangirl était une véritable ode à l'imagination et à l'espoir, "A un fil" est plus nuancé et sombre que son prédécesseur, pourtant dès les premières pages, j'ai été enchantée de retrouver l'écriture fabuleuse de Rainbow Rowell qui a un talent inné pour décrire des personnages atypiques et nous les faire apprécier d'emblée.

 

Un roman plus sombre car plus adulte que les précédents. On se retrouve face au couple que forme Georgie et Neal : ils approchent de la quarantaine, ont deux petites filles et le travail d'Georgie prend une place dans sa vie que Neal a de plus en plus de mal à supporter. Le jour où Georgie se retrouve seule à la maison, elle commence à s'interroger sur son couple et a peur que les non dits de Neal ne mène leur couple à la rupture. Une grande remise en question de la part d'Alice apparait mais n'est-il pas déjà trop tard ?

 

Je me suis totalement identifiée à Georgie, véritable bourreau de travail qui a tendance à tout sacrifier pour sa vie professionnelle mais pas seulement à cause de cet aspect là. C'est un personnage qui semble pudique mais qui pourtant sait ce qu'elle veut de la vie. La fin est telle que je l'avais imaginé (et espéré !), je n'ai donc pas été surprise mais je n'ai pas été déçue pour autant car l'auteur a le don pour me transporter dans des histoires délicieuses et même si celle-ci était plus triste que les autres (on est face à un couple au bord de la rupture !), ça n'enlève pas son charme à l'histoire et je me suis régalée.

 

Note : 4/5

 

Quelques mots sur l'auteur : Rainbow Rowell

Rainbow Rowell travaille en tant que rédactrice au journal Omaha World-Herald, basé à Omaha dans le Nebraska, où elle vit avec son mari et ses deux enfants. 

Elle est diplômée en journalisme à l’Université de Nebraska-Lincoln en 1995.

Attachement (Attachments, 2012) est son premier roman.

son blog:
http://rainbowrowell.com/blog/ 

 

Voir les commentaires

Lundi 20 Avril 2015

20 Avril 2015, 07:50am

Publié par Kincaid

 

Ce que j'ai lu la semaine dernière :

 

Ce que je lis :

Ce que je compte lire ensuite :

 

Voir les commentaires

S'abandonner, Maya Banks

17 Avril 2015, 08:50am

Publié par Kincaid

Titre : S'abandonner

Saga : A corps perdus T2

Auteur : Maya Banks

Edition : Milady romance

Genre : romans d'amour

Nb de pages : 380p

Après le succès de À fleur de peau, découvrez la nouvelle série de Maya Banks. Jamais l?invitation au voyage érotique n?a été si délicieusement indécente... Kylie se sent irrépressiblement attirée par son patron... mais Jensen l?effraie au plus haut point : c'est un homme autoritaire aux tendances dominatrices. Fragilisée par un passé douloureux, la jeune femme se sent incapable de lui accorder sa confiance. Jensen sait qu?il devra s'armer de patience pour la séduire. Mais ce qu'il souhaite avant tout, c?est lui prouver que la domination n'est pas forcément synonyme de douleur et de discipline. Si Kylie rend les armes et accepte de se livrer émotionnellement, le lien qui se tissera entre eux devrait lui permettre d?aller de l?avant. Jensen ne reculera devant rien pour l?en convaincre.

Mon avis :

Après un premier tome assez moyen, j'ai décidé de donner une autre chance à cette série en lisant le tome 2 car Maya banks est un auteur que j'aime beaucoup habituellement. Hélàs, ce deuxième tome se révèle aussi pauvre que le premier . 

On découvre Kylie, une jeune femme qui a du mal à côtoyer la gente masculine à cause d'un passé très douloureux et Jensen qui, par son approche tendre et douce essaie de faire baisser les barrières de la jeune femme et de lui prouver qu'il est digne de confiance. 

Que c'est long! On passe la majeure partie du roman à suivre le chassé-croisé amoureux des personnages. A ce niveau là, inutile de qualifier ce roman d"érotique" car il n'y a pas de quoi fouetter un chat et comparé à d'autres romans du même genre, il est vraiment très soft.

En bref, je n'ai pas été convaincue par les personnages et l'histoire était pas mal mais noyée dans de trop nombreuses longueurs qui gâchent un peu la lecture.

 

Je tiens à remercier Aurélia et les éditions Milady Romance pour cette lecture !

 

Note : 3/5

 

Quelques mots sur l'auteur : Maya Banks

Maya Banks est auteur des romances.

Elle vit au Texas avec son mari et leurs trois enfants.

site:
http://mayabanks.com/ 

Voir les commentaires

Que ta volonté soit faite, Maxime Chattam

15 Avril 2015, 05:49am

Publié par Kincaid

Titre :Que ta volonté soit faite

Auteur : maxime Chattam

Edition : Albin Michel

Genre : Thriller

Nb de pages : 386p

Pour son vingtième roman, Maxime Chattam s’amuse à dresser le portrait d’une petite ville du Midwest américain des années 60 jusqu’au début des années 80, avec pour fil rouge l’évolution de Jon Petersen, un pervers psychopathe, de son enfance jusqu’au point culminant de sa sinistre carrière criminelle. Un roman noir à l’écriture et à l’atmosphère uniques dans la carrière de l’auteur, où tout converge vers un final aussi étonnant qu’imprévisible.
Que ta volonté soit faite est non seulement un voyage à Carson Mills, mais aussi dans ce qui constitue l’essence même du roman policier, la vérité et le crime. On songe bien sûr à Stephen King (une bourgade à la Norman Rockwell où tout le monde connait tout le monde, un vieux shérif obstiné, le poids de la religion, les secrets de famille…) et parfois aussi à Jim Thompson

Mon avis :

 

Inutile de vous dire que chaque année, j'attends fébrilement la sortie d'un nouveau Chattam ^^ Et promis, cette année, je ne parlerai plus de l'excellent, du sublissime "La conjuration primitive" (enfin si, un peu!!) car ce nouveau roman se démarque des précédents. On ne retrouve plus Ludivine, la gendarmette et son combat contre les forces du mal mais l'histoire sordide d'un psychopathe dans l'Amérique profonde.

Dès les premières pages, on se laisse engloutir par l'atmosphère oppressante que l'auteur réussi à créer  grâce à un premier chapitre choc qui montre tout le vice et la dureté du personnage principal Jon Petersen, qui se trouve être le personnage le plus étrange et déplaisant que Maxime Chattam a crée jusqu'à présent.

Toute l'horreur des crimes décrits est d'autant plus marquant qu'il a mettre en parallèle avec l'apparente normalité de cette petite ville de province qu'est Carson Mills ( à chaque fois, je pense au Chester Mills d'Under The Dome, allez savoir pourquoi^^). Vu la façon dont l'auteur nous le présnete, on ne peut que détester Jon et rien de ce qu'il fait jusqu'au bout du roman ne peut nous permettre de lui accorder notre pardon : c'est un monstre, point final !

Le point fort du roman : l'écriture ! Je l'ai lu en quelques heures à peine tant l'écriture de Chattam est addictive et fluide. Difficile de s'éterniser dans le roman, l'auteur ne nous laisse pas le temps de nous reposer grâce à un récit mené d'une main de maître et parfaitement rythmé.

Ce qui m'a le plus déçu au final est la déchéance d'Ezra, une des victimes. Sachant ce qu'elle avait vécu et la fin de Jon, j'aurais imaginé un quelconque lien entre les deux mais non ! La fin du roman est surprenante puisque l'auteur prend les lecteurs en apparté et leur explique le rôle qu'ils ont joué dans cette histoire : une petite nouveauté assez étrange qui ne m'a pas vraiment convaincu !

 

Note : 3/5

 

Lecture commune du 15 Avril 2014 avec ...

 

Quelques mots sur l'auteur : Maxime Chattam

Maxime Chattam, nom d'auteur de Maxime Drouot, est un romancier français, spécialisé dans le roman policier.

Au cours de son enfance, le jeune Maxime fait de fréquents séjours aux États-Unis: sa première destination en 1987 est Portland dans l'Oregon, ville qui lui inspirera son premier thriller ("Le 5ème règne", 1999). Rêvant d'abord d'être comédien, il suit le Cours Simon, devient figurant dans un spectacle de Robert Hossein et joue dans plusieurs téléfilms.

Il fait plusieurs petits boulots et reprend ses études de Lettres modernes. Pour se faire connaître du milieu du livre, il devient vendeur de romans policiers à la FNAC. 

Il suit une formation de criminologie pendant un an où il étudie la psychiatrie criminelle, la police technique et scientifique et la médecine légale. Il assiste même à des autopsies et rencontre des spécialistes pour préparer son roman.

Toujours libraire, il consacre ses week-ends à son projet de thriller. Il rédige "L'âme du mal" en 2001, qui est publié l'année suivante chez Michel Lafon. Ce roman devient le premier volet de la "Trilogie du mal", suivi de "In Tenebris" et "Maléfices". 

Maxime Chattam est membre du collectif d'artistes La Ligue de l'Imaginaire. 

Il est marié à l'animatrice Faustine Bollaert depuis le 31 août 2012 et papa d'une petite fille. 

Voir les commentaires

1 2 > >>