Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Kincaid

The Vampire Diaries bande annonce pilote

5 Août 2009, 14:18pm

Publié par Kincaid




résumé :
Dès l’arrivée de Stefan Salvatore à Fell’s Church, Elena, la reine du lycée, se jure de le séduire. D’abord distant, le garçon aux allures d’ange rebelle finit par céder à sa passion dévorante… et à lui révéler son terrible secret. Quelques siècles plus tôt, la femme qu’il aimait l’a transformé en vampire, avant de le trahir avec son frère ennemi, Damon. Des événements tragiques se succèdent bientôt dans la région. Tout accuse Stefan mais Elena est convaincue de son innocence. Et si Damon, vampire cruel et assoiffé de sang, était derrière tout cela ? L’histoire est-elle amenée à se répéter ?

Mon avis :
j'ai lu ce livre juste après le dernier tome de Twilight pour rester dans l'ambiance vampiresque du moment.
C'est assez différent de twilight même si on retrouve le schéma du triangle amoureux sauf que cette fois deux vampires, des frères, se disputent la belle Elena.
Beaucoup d'action et de péripéties se déroulent trop vite. Le personnage d'Elena apparait faible et superficiel surtout au début du livre, après elle prend plus de risques pour sauver les gens qu'elle aime mais elle n'arrive pas à tenir tête à Damon alors qu'elle se dit amoureuse de Stephan (mon préféré  ). Elena la narratrice ponctue le récit de sa vie par des passages de son journal intime, ce que j'ai trouvé assez intéressant mais ce qui m'a plu le plus c'est l'histoire qui lie les trois personnages : elle est touchante et sensuelle alliant amour et mort (Eros et Thanatos).
La fin m'a déçu et le tome 2 manquait cruellement pour expliquer certaines choses, vu qu'il est désormais en librairie, je vous en dirais plus une fois que je l'aurais lu !!!


A savoir, une série TV a été adapté de cette série de roman.

 Mise en scènes par le réalisateur de Dawson, pour vous donner une idée, la bande annonce de la série ( en anglais désolé! )






Malgré quelques différences avec le livre notamment en ce qui concerne les caractéristiques physiques des personnages, la série promet beaucoup d'actions et a l'air vraiment bien. Hélàs, il faudra encore attendre un long moment, car la série sort au mois de septembre sur les écrans américains, si elle fait ses preuves peut-être auront nous la chance de la voir attérir sur nos écrans, croisons les doigts !!
pour finir une petite photo du beau gosse : Stephan évidemment !!!

Voir les commentaires

Plaisir de lire

5 Août 2009, 10:29am

Publié par Kincaid



Un petit tour de mes citations préférées concernant la lecture, élément indispensable à la vie d'une Lectrice Compulsive Anonyme (LCA) telle que moi !!!








Un livre n'est rien qu'un tas de feuilles sèches, ou alors une grande forme en mouvement : la lecture.
Jean-Paul Sartre
Les Mots
Je trouve que Jean-Paul Sartre a bien résumé dans cette situation l'essence même de la lecture à savoir qu'elle peut tout à la fois nous faire voyager dans des contrées inexplorées et en même temps servir à véhiculer des idées.

Chacune de nos lectures laissent une graine qui germe.
Jules Renard
Extrait de son journal 1894-1904
C'est généralement ce qui m'arrive à la fin d'un livre, je ne epux m'empêcher d'imaginer la suite ou alors une aventure qui mettrait en scène les personnages que j'ai découvert dans ce livre : ça m'arrive surtout avec les livres que j'ai adoré !!


Le temps de lire, comme le temps d'aimer, dilate le temps de vivre.
Daniel Pennac
Comme un roman
Considérer le fait de lire comme une extension de la vie, ça parait surréaliste mais c'est tellement vrai, quand on est plongé pendant une heure dans un roman, on ne se dit pas qu'on a perdu du temps car pendant cette heure on peut avoir survécu à un nauffrage, combattu des vampires ....

Ecrire : la seule façon d'émouvoir autrui sans être gêné par un visage.
Jean Rostand
Parce qu'il est parfois difficile d'exprimer ses émotions en face d'une personne qui nous regarde, le livre est une agréable alternative.

Un bon livre est celui que l'on retrouve toujours plein après l'avoir vidé.
Jacques Deval
Afin de vivre bel et bien
Un bon livre est un livre que l'on ne se lasse jamais de relire : les livres qui correspondent à ce descriptif sont nombreux dans ma bibliothèque. En lisant et relisant un livre, on découvre de nouvelles choses qui nous avait échappé à la première lecture : Parfois c'est une phrase qui nous marque, d'autre fois un sous-entendu qu'on avait pas saisi...


Un livre a toujours deux auteurs : celui qui l'écrit et celui qui le lit.
Jacques Salomé
Si je m'écoutais, je m'entendrais
Parce que parfois j'aimerais être l'auteur des livres que je lis !!!

Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous possédez tous qu'il vous faut.
Cicéron
cela suffit à mon bonheur, j'adore lire dans mon hamac, à l'ombre des arbres en été : c'est le paradis !!!
En Hiver, c'est plutôt lecture au coin de la cheminée !!

Un bon livre est un bon ami.
Jacques Henry Bernardin de Saint Pierre
Paul et Virginie
je ne contredirais pas cette situation puisque les livres sont une composante essentielle de ma vie.

La véritable université de nos jours est une collection de livres.
Thomas Carlyle
Héros et culte des héros
Parce que les livres nous ouvrent un univers de connaissance auquel l'école ne nous a pas préparé.


Lire et être curieux; c'est la même chose.
Pascal Quignard
quand on choisit un livre, c'est bien par curiosité, pour savoir ce qu'il renferme et si ça nous plaira.



Si vous juger le livre, le livre vous juge aussi.
Stephen King
Danse Macabre
Aucun commentaire sur cette citation du roi de l'horreur qui nous fait frémir en une seule phrase.

Le secret de la liberté, c'est la librairie.
Bernard Weber
Les Thanatonautes
C'est surement pour ça que je suis toujours à la librairie ou que j'en ressort les mains pleines de bouquins, j'emporte un peu de liberté chez moi !!!


Ce qui se passe dans les livres est tellement plus beau, plus grand, plus juste, plus désintéressé que se qui se passe dans la vie.
Catherine Cusset
La haine de la Famille


Voir les commentaires

Merlin

4 Août 2009, 09:02am

Publié par Kincaid

La série:
L'aventure de Merlin l'enchanteur, jeune adulte, qui se rend à Camelot pour rencontrer Gaius, le grand médecin (qui connait aussi la magie) de la cité de Camelot. Immédiatement il découvre que Merlin possède un réel don pour la magie mais lui défend de l'utiliser. Effectivement la magie est banni du royaume de camelot, et que toutes les personnes qui l'utilisent, seront excutées. Merlin découvre que son destin sera de veiller sur le futur roi de la cité, Arthur.

Le casting :
Merlin (Colin Morgan)



Arthur (Bradley James)



Gaius (Richard Wilson)



Uther (Anthony Head)



Morgana (Kathie McGrath)



Gwen ou Guinevere (Angel Coulby)



The Great Dragon (voix de John Hurt)



Lancelot (Santiago Cabrera)


Les épisodes :

Une série pleine de magie que j'aime bien regardé. Elle est actuellement diffusé sur Canal+ le dimanche à 18 heures. La première saison ne compte que treize épisodes et la saison deux est en cours de tournage.
Pour infos Anthony Head qui joue Uther Pendragon était déjà connu du petit écran pour son rôle de Giles dans la série Buffy contre les vampires.

Episode 1: The Dragon's Call (20.09.08)

Merlin, jeune adulte, se rend à Camelot où il espère vivre de belles aventures et enfin pouvoir utiliser son talent caché: la magie. Toutefois, dans la cité mythique, il découvre que tout n'est pas comme il l'avait imaginé. La magie à été banni par le roi, Uther, lui même. Mais heuresement, il recoit un accueil chaleureux de Gaius, le médecin de la cité, qui lui fournit un lit et un toit.

Episode 2: Valiant (27.09.08)

Camelot organise chaque année, un tournoi à l'épée, ou tous les chevaliers du domaine viennent disputer ce titre tant convoité. Parmis eux, un chevalier se disctingue particulièrement, le chevalier Valiant. Equipé d'un bouclier magique, il ne recule devient rien pour gagner ce titre, qui est detenu par le jeune chevalier Athur

Episode 3: The Mark of Nimueh (04.10.08)

Une épidemie mortelle se propage dans Camelot. Très vite; la seul explication possible, semble être la sorcellerie. Gaius et Merlin tente de trouver un remêde tandis que Gwen est arrèté et condamné à mort pour sorcellerie. Le mal semble venir des profondeurs de Camelot, Merlin, Morgane et Arthur s'y rendent pour démasquer le vrai coupable

Episode 4: The Poisoned Chalice (11.10.08)

Avec des intentions ferme d'en finir avec Merlin, la sorcière Nimueh échaffaude un plan, elle arrive à lui faire boire dans une coupe empoisonnée. Merlin tombe gravement malade. Pour sauvé son écuyer, Arthur se rend au plus profond de la forêt de Balor pour trouver l'antidote.

Episode 5: Lancelot (18.10.08)

Merlin est sauvé, in extremis, d'un monstre volant, par un héro étrangé, Lancelot. Ayant une dette envers lui, Merlin aide Lancelot à devenir un chevalier de Camelot. Le seul inconvéniant, pour être chevalier, il doit être de sang noble.

Episode 6: A Remedy to Cure all Ills (25.10.08)

Lorsque Dame Morgana est frappée d'une mystérieuse maladie, Gaius semble être dépassé. Heuresement un jeune médecin, Edwin Muirden, propose son aide...

Episode 7: The Gates Of Avalon (01.11.08)

Athur vient à la rescousse d'une jeune demoiselle se nommant Sophia ainsi que de son père, Aulfric. Merlin à des doutes sur Sophia, quand elle use de ses charmes féminin pour conquerir le coeur d'Arthur.

Episode 8: The Beginning of the End (08.11.08)

Arthur et Morgana s'allie pour aider un jeune fugitif qui possède des pouvoirs magique. Mais cet acte s'avère dangereux quand le roi Uther déclare que toutes personnes aidant cet enfant sera exécutées

Episode 9: Excalibur (15.11.08)

Le passé de Uher vient le hanter . Un mystérieux chevalier noir, lance un défie à mort à tous les chevalier de Camelot. Les 2 premiers chevaliers à relever le défie, meurent après lui avoir porté un coup mortelle. Gaius découvre que le chevalier noir n'est pas humain, car il est mort il y a 20 ans par la main de Uther lui même.

Episode 10: The Moment of Truth (22.11.08)

Quand le village natal de Merlin est attaqué par un redoutable voleur, il se précipe pour aider sa mère. Il découvre qu' Arthur, Gwen et Morgana insistent pour se rendre dans le village pour l'aider. Merlin sera t'il alors obligé de montrer ses talents cachés à Arthur et les autres pour sauver la cité?

Episode 11: The labyrinth of Gedref (29.11.08)

Arthur tue une licorne, ce qui porte une malédiction à toute la cité de Camelot. La ville est rapidement à court de nourriture et d'eau, il est désespéré pour son peuple. Mais pour aider son peuple, une seule solution: il doit écouter le mystérieux Anhora , et réussir les epreuves

Episode 12:To Kill the King (03.12.08)

Le père de Gwen est emprisonné pour trahison, après avoir travaillé avec Tauren, un grand sorcier. Uther demande son execution et Morgana cherche a venger cette injustice... Merlin découvre le complot qu'elle est prête à mettre en oeuvre pour arriver a ses fins

Episode 13: Le Morte d'Arthur (10.12.08) Final

L'amitié, la loyauté et l'amour sont tous testés à leurs limites dans l'épisode final de la série. Merlin est forcé de choisir entre ceux qu'il aime le plus au monde. Qui va t'il sacrifier pour protéger son destin?

Voir les commentaires

La légende de Pyrame et Thisbé

3 Août 2009, 11:09am

Publié par Kincaid

Dans les métamorphoses, Ovide  raconte que Pyrame et Thisbé habitaent non loin de l'autre à Babylone; ils se lièrent d'amitié, s'aimèrent mais leurs parents s'opposèrent à leur mariage et ils durent se voir secrètement.



Dans le mur qui séparait leur maison, il y avait une fente que seuls les amoureux connaissaient et à travers laquelle ils chuchotaient, échangeaient des baisers et des soupirs.



 Puis ils décidérent de se donner rendez-vous une nuit, au tombeau de Ninos, en dehors de la ville.Thisbé, le visage voilé, arriva la première mais, à ce moment, survint une lionne, les crocs encore sanglants de sa récente proie, qui venait boire à la source voisine. La jeune fille s'enfuit en courant pour se réfugier dans une grotte, non loin de là.  Dans sa fuite, elle perdit son voile que la lionne déchiqueta et macula de sang.



Lorsque Pyrame arriva, il aperçut le voile sanglant et les traces laissées par l'animal ; imaginant sa bien aimée morte, il se transperça de son épée près d'un mûrier. Le sang qui coula de sa blessure teinta en rouge les fruits de l'arbre qui jusque-là étaient blancs. Peu après, Thisbé trouva Pyrame mort et se frappa de l'épée à son tour.


Une magnifique histoire d'amour à la fin tragique qui eut droit à de nombreuses adaptations:

Littérature
Shakespeare s'inspire de ce récit pour la trame de Roméo et Juliette (1595) et en livre un pastiche dans le Songe d’une nuit d’été (1595).

Luis de Góngora y Argote créa la Fabula de Piramo y Tisbe, (1618) et Théophile de Viau, Amours tragiques de Pyrame et Thisbé (1621).

Peinture

Thisbé et Pyrame
attribué à Abraham Hondius (v.1625-v.1695) au Museum Boymans-Ban Beuningen, Rotterdam.

Thisbé écoute d'après John William Warehouse (Grande-Bretagne, 1849-1917) (première image du haut)

Paysage orageux avec Pyrame et Thisbé (1651), Nicolas Poussin, Städelsches Kunstinstitut und Städtische Galerie, Francfort.
Pyrame et Thisbé, Sébastien Leclerc l'Ancien (1637-1714). Musée Bonnat, Bayonne.

La découverte des corps de Pyrame et de Thisbé, Leonaert Bramer (1596 -1674), Musée du Louvre.


Opéra
Pyrame et Thisbé, livret de Jean Louis de la Serre, musique de François Rebel et François Francoeur (1726).

Consulter: Françoise Rubellin, Pyrame et Thisbé. Un opéra au miroir de ses parodies 1726-1779, Montpellier, Éditions Espaces, 2007.

Parodies
Riccoboni et Romagnesi, Pyrame et Thisbé, 1726.
Anonyme,
Parodie de Pyrame et de Thisbé.
Favart, Pyrame et Thisbé, 1740.
Valois d'Orville, Le Quipropuo ou Polichinelle Pyrame, 1740.
Riccoboni, Pyrame et Thisbé, 1759.

Voir les commentaires

La première leçon du sorcier de Terry Goodkind

3 Août 2009, 08:50am

Publié par Kincaid

»
 
Résumé :

Jusqu’à ce que Richard Cypher sauve cette belle inconnue des griffes de ses poursuivants, il vivait paisiblement dans la forêt. Elle ne consent à lui dire que son nom : Kahlan. Mais lui sait déjà, au premier regard, qu’il ne pourra plus la quitter. Car désormais, le danger rôde en Hartland. Des créatures monstrueuses suivent les pas de l’étrangère. Seul Zedd, son ami le vieil ermite, peut lui venir en aide… en bouleversant son destin. Richard devra porter l’Épée de Vérité et s’opposer aux forces de Darken Rahl, le mage dictateur. Ainsi commence une extraordinaire quête à travers les ténèbres. Au nom de l’amour. A n’importe quel prix.

« Ce roman va tout balayer sur son passage, comme le firent ceux de Tolkien dans les années 60. » Marion Zimmer Bradley

Mon Avis :
Un véritable best seller dont tout mes amis me vantaient les mérites, j'ai finalement suivi leur conseil et je l'ai lu. Terminé la semaine dernière, j'ai littéralement adoré. Après des débuts quelque peu hésitant, l'histoire prend vie et on se laisse emporter par le tourbillon des aventures  de Richard et Kahlan. Le roman gagne en profondeur au fil des passages jusqu'à devenir vraiment sombre quand Richard est capturé par une Mord Sith qui va le torturer et le briser psychologiquement. C'est une véritable quête qui est décrite pour lutter contre Darken Rahl dont le passé semble étroitement lié à celui de Richard.
Un bon roman qui se lit d'une traite et qui donne à la littérature fantastique un nouveau tournant.

Note :



Un petit extrait :

La Première leçon du sorcier, (extrait)
Terry Goodkind

 

CHAPITRE 1

 

Une étrange variété de plante grimpante...

Des feuilles panachées brunâtres s'enroulaient autour de la liane qui étranglait lentement le tronc lisse d'un sapin baumier. De la sève suintant de son écorce blessée, ses branches dessé­chées inclinées vers le sol, l'arbre semblait appeler au secours dans l'air frais et humide de la matinée. Sur toute la longueur de la liane, à intervalles irréguliers, des cosses scrutaient les alentours comme si elles redou­taient que des témoins surprennent cet assassinat végétal.

 Evoquant une créature déjà immonde de son vivant, l'odeur de décomposition avait attiré l'attention de Richard. Il passa une main dans ses cheveux épais pendant que son esprit émergeait des brumes du désespoir, ramené à la réalité par la découverte de la plante tueuse. Puis il regarda autour de lui pour voir s'il y en avait d'autres. Rien. Tout semblait normal. Caressés par la brise, les érables du haut plateau de la forêt de Ven arboraient fièrement leur nouveau manteau cramoisi. Avec les nuits plus froides, leurs cousins des Bois de Hartland, dans les plaines, se mettraient bientôt à l'unisson. Derniers à succomber aux assauts de l'automne, les chênes conservaient stoïquement leur feuillage vert sombre.

Pour avoir passé la plus grande partie de sa vie dans les bois, Richard connaissait toutes les plantes, même si leurs noms lui échappaient parfois. Depuis sa petite enfance, son ami Zedd l'associait à son incessante quête d'herbes « spé­cial­es ». Expliquant pourquoi elles poussaient à certains endroits et pas ailleurs, il lui avait montré lesquelles chercher et profité de leurs longues promenades pour lui apprendre le nom de tout ce qu'ils voyaient. Souvent, ils s'abandonnaient simplement au plaisir de longues conversa­tions. Le vieil homme, qui traitait Richard comme un égal, posait autant de questions qu'il fournis­sait de réponses. Ainsi, il avait stimulé la soif de connais­sances de son protégé.

Malgré cette formation exhaustive, Richard n'avait vu cette variété de liane qu'une fois... et ce n'était pas au cœur de la nature. Dans la maison paternelle, au fond du vase en argile bleu fabriqué quand il était enfant, il avait trouvé un petit morceau de la plante... Marchand de son métier, son père voyageait beaucoup pour se procurer des objets rares ou exoti­ques. Les puissants de leur communauté lui rendaient de fréquen­tes visites, intéressés par ce qu'il avait déniché. Amoureux de la recherche davantage que de la découverte – et surtout de la posses­sion – il se séparait sans rechigner de sa dernière trouvaille, trop heureux de se mettre en quête de la suivante.

 Depuis sa plus tendre enfance, Richard aimait rester près de Zedd pendant que son père était au loin. Michael, son frère aîné, se désinté­ressait de la nature, ne supportait pas les bavarda­ges décousus du vieil homme et préférait de loin la compagnie des gens importants. Cinq ans plus tôt, Richard avait quitté la maison familiale pour vivre seul. Au contraire de son frère, toujours trop occupé, il allait souvent voir leur père. En cas d'absence, un message déposé dans le vase bleu l'infor­mait des dernières nouvelles, résumait les rumeurs intéressantes ou décrivait la plus récente merveille vue par son géniteur.

Trois semaines plus tôt, quand Michael lui avait annoncé qu'on venait d'assassiner leur père, Richard avait aussitôt couru jusqu'à sa maison. Tant pis si son frère avait insisté pour qu'il n'en fasse rien, convaincu que c'était inutile ! N'avait-il pas depuis longtemps dépassé l'âge où on obéit à son aîné ?

Pour lui épargner un choc, on ne lui avait pas laissé voir le cadavre. Mais les flaques de sang noir et sec, sur le plancher, parlaient d'elles-mêmes. A son approche, les gens s'étaient tus – sauf pour lui manifester une compassion qui attisa son chagrin. Mais plus tard, il avait capté des bribes de conversa­tion au sujet des... créatures... qui franchissaient la frontiè­re. Un mélange d'histoires plausibles et de rumeurs délirantes.

La sorcellerie !

La petite maison de son père était ravagée comme par une tornade. Parmi les rares objets intacts, le vase bleu reposait toujours sur une étagère. Au fond, il avait découvert un petit morceau de la plante tueuse – encore dans sa poche aujourd'hui. Mais le sens de cet ultime message lui échappait...

Richard sombra dans le chagrin, puis dans la dépression, et se sentit abandonné bien qu'il eût encore son frère. Avoir atteint l'âge d'homme ne le protégea pas du sentiment d'être orphelin et seul au monde. Un désespoir qu'il avait déjà connu lors du décès de sa mère, des années plus tôt. Même si son père voyageait par monts et par vaux – souvent des semaines entiè­res –, Richard savait qu'il était quelque part et qu'il revien­drait.

A présent, il ne reviendrait plus.

Et Michael ne le laisserait pas participer à la traque du meurtrier ! Les meilleurs pisteurs de l'armée s'en char­geaient. Pour son propre bien, Richard – prétendait-il ! – ne devait pas s'en mêler. Dans ces conditions, le jeune homme n'avait pas jugé utile de lui montrer le dernier message de leur père.

Mais il était parti dans la forêt tous les jours, décidé à trouver la liane. Trois semaines durant, il avait arpenté les sentiers des Bois de Hartland, y compris ceux qu'il était seul à connaître. En vain !

Alors, malgré ce que lui dictait la logique, il céda aux voix qui murmuraient dans son esprit et monta sur le haut plateau de la forêt de Ven, près de la frontière. Les voix lui répétaient sans cesse qu'il savait quelque chose sur les raisons de la mort de son père. Elles le défiaient, lui faisaient entendre l'écho de pensées qui dansaient à la limite de son conscient et se moquaient de son aveuglement. Mais c'était sûrement son chagrin qui lui jouait des tours – rien de réel, en somme.

Persuadé que trouver la liane lui fournirait un début de réponse, il ne savait plus que penser. Les voix ne le harcelaient pas, elles... boudaient. Certain que tout venait de son esprit, il s'ordonna de cesser d'attribuer à ces murmures une vie propre. Zedd aurait été navré qu'il s'abandonne à ces fantai­sies.

Richard regarda le grand sapin baumier agonisant et repensa à la mort de son père. La liane était présente dans les deux cas, et elle assassinait cet arbre. Il n'y avait rien de bon dans tout ça. Et s'il ne pouvait plus sauver son père, rien ne l'obli­geait à laisser le végétal commettre un autre meurtre. Saisis­sant la tige, il tira, banda ses muscles et arracha de l'écorce les vrilles noueuses.

Alors, la plante l'attaqua !

Une cosse frappa le dos de sa main gauche, le forçant à reculer sous l'effet de la douleur et de la surprise. Quand il inspecta la blessure, il repéra une minuscule épine enchâssée dans sa chair. Maintenant, il n'y avait plus de doute. La liane était maléfique.

 Pour extraire l'épine, Richard voulut prendre son couteau, mais il ne le trouva pas à sa ceinture. D'abord étonné, il se maudit d'avoir laissé le chagrin lui faire oublier une précau­tion aussi élémentaire. Emporter son couteau dans la forêt allait pourtant de soi ! Du bout des ongles, il tenta de déloger l'épine. Comme si elle était vivante, elle s'enfonça encore. De plus en plus inquiet, il passa l'ongle de son pouce sur l'en­taille en appuyant très fort. Peine perdue ! Plus il insistait, plus le petit corps étranger s'enfonçait. En proie à une nausée aggravée par ses manœuvres inutiles, il renonça.

L'épine avait disparu dans un cloaque de sang...

Richard regarda autour de lui et avisa les feuilles d'automne mordorées d'un arbuste lesté de baies violet­tes. Au pied du végétal, nichée dans les replis d'une racine, il trouva ce qu'il cherchait : une fleur d'aum. Soulagé, il coupa la tige fragile à ras du sol et, la pressant doucement, fit couler sur sa blessure une sève épaisse claire comme de l'eau. Mentale­ment, il remercia Zedd de lui avoir enseigné que les fleurs d'aum favorisaient la guérison des plaies. Leurs feuilles dentelées lui rappelaient toujours son vieil ami...

La sève apaiserait la douleur, mais ne pas pouvoir retirer l'épine l'inquiétait. D'autant qu'il la sentait toujours se tortiller comme un ver dans sa chair.

Richard s'accroupit, creusa du bout des doigts un petit trou dans la terre, repiqua la fleur d'aum et entoura la tige de mousse pour qu'elle s'enracine plus facilement.

Soudain, un silence de mort tomba sur la forêt. Richard leva la tête et cligna des yeux quand une ombre noire, au‑dessus de lui, rasa la cime des arbres en émettant un étrange sifflement. La taille de cette ombre était effrayante. Les oiseaux s'envolè­rent des branches dans un concert de piaillements et s'éparpillè­rent dans toutes les directions. Richard plissa les yeux pour mieux voir à travers les trouées de la frondaison verte et rousse et aperçut une énorme créature rouge. Bien qu'il fût incapable de l'identifier, les rumeurs – et les histoires vraies – sur les monstres qui franchissaient la frontière lui revinrent à l'esprit et il se sentit glacé de terreur jusqu'aux os.

La liane était maléfique, pensa-t-il de nouveau. Et la bête volante n'avait rien à lui envier. Il se souvint soudain d'un vieux dicton : « Le mal engendre toujours trois enfants. » Inutile de réfléchir des heures pour conclure qu'il n'avait aucune envie de connaître le troisième !

Ignorant sa peur, il se mit à courir.

Des radotages de gens superstitieux, voilà pour les dictons ! Mieux valait tenter d'en savoir plus sur le monstre. Quelle créature rouge pouvait être aussi grosse ? Rien d'aussi imposant n'était capable de voler. Ce devait être un nuage, ou un jeu de lumière...

Non, inutile de se leurrer. Ce n'était pas un nuage...

Richard leva la tête sans ralentir et ne vit rien de plus. Il courait vers le chemin qui serpentait autour de la colline, offrant une vue dégagée sur le ciel. Tandis qu'il sautait au-dessus des troncs d'arbres morts et des ruisseaux, des branches encore lourdes des pluies de la veille lui flanquaient de formidables gifles. Les buissons d'épineux déchiquetaient les jambes de son pantalon. Des flaques irrégulières de lumière l'incitaient à lever les yeux, puis l'éblouissaient pour mieux l'empêcher de voir. Haletant, le front couvert d'une sueur froide, il sentait son cœur s'affoler, poussé aux limites de sa résistance par la vitesse à laquelle il dévalait la pente. Manquant de peu s'étaler, il émergea enfin du couvert des arbres et déboucha sur le sentier.

Il repéra aussitôt la créature, beaucoup trop loin de lui pour qu'il puisse l'identifier. Il aurait pourtant juré qu'elle avait des ailes. Afin de s'en assurer, il plissa les yeux et mit une main en visière. Mais le monstre disparut derrière une colline, trop vite pour qu'il voie s'il était vraiment rouge.

A bout de souffle, Richard s'assit sur un rocher, au bord du sentier. Cassant machinalement les brindilles mortes d'un arbris­seau, près de lui, il baissa les yeux sur le lac Trunt, dont les eaux miroitaient au pied de la colline. Devait-il tout raconter à Michael ? La liane tueuse et la créature rouge dans le ciel ? Son frère éclaterait de rire en l'entendant parler du « monstre ». Comme il s'était lui-même esclaffé de ce genre de fables...

Mieux valait ne rien dire. Sinon, Michael serait furieux qu'il se soit aventuré près de la frontière. Et qu'il ait désobéi à l'ordre de ne pas poursuivre le meurtrier. Pour le couver comme ça – ce n'était pas très loin du harcèlement – son frère devait beaucoup l'aimer, il en avait conscience. Devenu adulte, il avait le droit de se moquer des diktats fraternels. Mais ça ne l'empêche­rait pas de devoir supporter les regards désapproba­teurs...

Richard cassa une autre brindille. Pour se défouler, il la jeta sur un rocher plat. Puis il décida de ne pas se sentir persécuté. Michael passait son temps à dire aux gens ce qu'ils devaient faire. Même leur père n'y avait pas échappé.

Etait-ce vraiment le moment de critiquer son frère ? Alors qu'un grand jour s'annonçait pour lui ? Dans quelques heures, il accepterait la charge de Premier Conseiller. Désor­mais, il serait responsable de tout. Pas seulement de la cité de Hartland, mais de toutes les agglomérations, villes ou villages, de Terre d'Ouest. Sans oublier les gens des campagnes ! Oui, responsa­ble de tout et de tous. Michael méritait le soutien de Richard. Et il en avait besoin. Après tout, lui aussi avait perdu son père...

L'après-midi, il y aurait chez Michael une cérémonie puis une grande fête. Des gens importants venus des quatre coins de Terre d'Ouest y assisteraient. Richard aussi était invité. Tant mieux, car le banquet serait à la hauteur de l'événement, et il avait une faim de loup !

En réfléchissant, Richard scrutait la berge opposée du lac Trunt, en contrebas. De cette hauteur, les eaux limpides lais­saient voir des alternances de fonds rocheux tapissés d'algues vertes autour de certains grands trous. Au bord du lac, la piste des Fauconniers serpentait entre les arbres, parfois en terrain découvert. Richard avait souvent emprunté cette partie du sentier. Au printemps, les eaux du lac, grossies par les pluies, la transformaient en bourbier. Si tard dans l'année, la terre serait sèche. Plus loin au nord et au sud, à travers la forêt de Ven, la piste s'approchait dangereusement de la frontière. Prudents, la plupart des gens lui préféraient les sentiers des bois de Hartland. Forestier accompli, Richard y avait accompagné plus d'un voyageur. En majorité des dignitaires en déplacement plus intéressés par le prestige d'avoir un guide local que par son sens de l'orientation.

Richard sursauta. Il venait de capter un mouvement. Intrigué, il fixa un point, sur la berge la plus éloignée du lac.

Une ombre passa derrière un mince écran de végétation. Plus de doute possible : un être humain suivait la piste. Son ami Chase ? Sans doute... A part un garde-frontière, qui s'aventure­rait par là ?

Richard sauta de son rocher, jeta au loin les brindilles et avança de quelques pas. La silhouette venait d'atteindre la berge du lac et marchait à découvert.

Ce n'était pas Chase, mais une femme. Et vêtue d'une robe, en plus de tout ! Comment pouvait-on être stupide au point d'errer ainsi accoutrée dans les profondeurs de la forêt de Ven ? Richard regarda l'inconsciente apparaître et disparaître à sa vue au gré des détours de la piste. Sans se précipiter, elle avançait d'un bon pas, comme l'eût fait un voyageur expérimenté. Ce qu'elle devait être, puisque personne ne vivait au bord du lac...

D'autres mouvements attirèrent l'attention de Richard. Sondant la piste, il constata que la femme était suivie. Trois hommes – non, quatre ! – habillés de manteaux à capuche de forestiers. Passant furtivement de rocher en arbre et d'arbre en rocher, ils restaient à bonne distance de la voyageuse – sans jamais la quitter des yeux.

Richard se tendit, tous les sens en alerte.

Ces hommes traquaient une proie.

De toute évidence, il venait de rencontrer le troisième enfant du mal.

 


Voir les commentaires

Le cercle Blanc de Nora Roberts

2 Août 2009, 16:27pm

Publié par Kincaid



Tome 1 : La croix de Morrigan
Résumé
Au Moyen Âge, en Irlande, le mage Hoyt Mac Cionaoith doit affronter la démoniaque Lilith qui s’est emparée de son frère Cian pour le transformer en vampire comme elle. Afin de le libérer,
il doit d’abord réunir cinq alliés qui se battront à ses côtés. Pour le protéger, la déesse Morrigan lui remet des croix en argent. Elle lui fait ensuite franchir un mystérieux portail qui le catapulte au XXIe siècle. Arrivé dans le New York d’aujourd’hui il retrouve son frère devenu un homme d’affaires prospère et fait la rencontre de Glenna, une sorcière des temps modernes. Tandis que se manifestent leurs ennemis venus des ombres et que les six personnages se préparent à la grande bataille contre Lilith, une passion qui n’a que faire du temps et de la magie embrase Hoyt et Glenna.
Pour la première fois, mais avec le talent qui la caractérise, Nora Roberts explore le domaine de la fantasy. Best-seller aux États-Unis, la trilogie du Cercle blanc a été saluée par les lecteurs qui y retrouvent la force des personnages et des émotions auxquels la romancière les a habitués, avec un ingrédient épique nouveau et admirablement maîtrisé. Nora Roberts est indiscutablement la plus reconnue et la plus aimée des auteurs de littérature féminine actuels
.
 

Tome 2 : La danse des dieux
Résumé
Sur l'injonction de la déesse Morrigan, s'est formé le Cercle blanc, constitué de six héros. Venus d'époques différentes, ils ont uni leurs forces et leurs pouvoirs afin de lutter contre un même ennemi : l'armée de vampires conduite par la reine Lilith. A l'issue d'un affrontement sanglant, les démons ont été repoussés mais la guerre continue et les six décident de contre-attaquer. Cette fois, la bataille aura lieu dans un univers peuplé de dragons qu'il faudra atteindre au moyen d'une porte magique. Au sein du groupe, Blair, l'intrépide amazone des temps modernes, se rapproche de Larkin, le Geallien capable des métamorphoses les plus incroyables. C'est côte à côte qu'ils iront au combat sauver le monde et rencontrer leur destinée.
 
 
Tome 3 : La vallée du silence
Résumé
Dans ce dernier tome de la trilogie, une bataille apocalyptique se prépare. Pour sauver l'humanité, les six compagnons du Cercle blanc doivent affronter la redoutable Lilith et son armée de vampires sur le territoire mythique de Geall. La sage Moïra, encore ébranlée par le meurtre de sa mère, est appelée à devenir la souveraine du royaume et à prendre la tête de cet ultime affrontement. Parmi ses alliés se trouve le sombre Cian, autrefois transformé en vampire par Lilith et vers lequel elle se sent irrésistiblement attirée. L'impossible passion des deux héros semble pourtant condamnée d'avance puisque, au terme de cette lutte, ils seront soit anéantis par Lilith, soit contraints de regagner chacun leur destinée, l'une à la tête de son peuple et l'autre dans son exil new-yorkais du XXIe siècle.


Mon avis :
Un très belle trilogie que j' ai découverte au mois de juin et que je tenais à partager avec vous.
C'est une histoire de vampire, bien entendu mais écrite par Nora Roberts.Pour ceux qui s'inquiètent, non elle n'a pas lâché l'écriture des histoires d'amours mais désormais celle-ci sont intégrés dans un contexte fantastique.
Elle reprend son cheminement habituelle : trois livres, trois histoires d'amours sauf que les six personnages doivent préparer une guerre contre les vampires dirigés par Lilith, une cruelle diablesse.
J'ai adoré cette trilogie mais j'ai un petit faible pour le troisième tome "la vallée du silence" car elle met en scène l'histoire d'amour entre Cian le vampire et Moïra l'érudite et puis aussi car j'ai adoré le dénouement qui nous montre que toute rédemption est possible.
Nora Roberts a réussi à créer six personnages très différents mais qui sont complémentaires dans l'histoire : une fois réunis, ils peuvent combiner leur pouvoir pour former un cercle : le cercle blanc, ce qui les rend plus fort face à leurs ennemis. Ce cercle se compose de Moïra L'érudite, Hoyt le mage, Cian Celui qui n'est plus, Glenna la Sorcière , Larkin Celui qui est plus d'un et Blair le Bras armé.
Une merveilleuse croisade contre les forces du mal, à lire absolument!!!

Note :

Voir les commentaires

La rivière des âmes de Mireille Calmel

2 Août 2009, 14:05pm

Publié par Kincaid



Résumé :

Un amour impossible peut-il se renouer au-delà du temps ?

À l’aube de ses 40 ans, Maud, romancière à succès, étouffe sous le poids d’un secret. Depuis quelques semaines, sa vie si pleine et riche lui semble se fissurer. Elle entend une voix, dans sa tête, une voix d’homme. Mais à qui en parler ? On la croira folle.

Dans un grand hôpital parisien, Vincent, brillant neurologue, tente de comprendre pourquoi il ne peut oublier une inconnue entraperçue dans un grand magasin.

À l’autre bout de Paris, la nuit, un homme tue des prostituées rousses, avec une sauvagerie inouïe.

Maud, Vincent et le tueur, trois chemins de vie qui convergent inexorablement. Trois destins dont la rencontre a déjà provoqué la passion et le drame, il y a longtemps, très longtemps, dans un château du Moyen Âge.

S’ils veulent conjurer ce passé, Maud et Vincent devront choisir d’affronter leurs peurs, de se battre contre leurs démons. Pour survivre, mais surtout pour gagner la confiance et l’amour de l’être qui, au-delà du temps, leur est destiné.


Mon Avis :
Un livre très différent de ce que Mireille Calmel a pu écrire jusqu'à présent... déjà l'histoire se passe de nos jours contrairement à ses autres romans qui sont des romans historiques. De plus, ce roman est plus sombre, il y est question de meurtres et de souffrance, certains passages m'ont rendu mal à l'aise face aux difficultés que rencontre Maud, l'un des personnages principaux. Maud qui ressemble étrangement à Mireille Calmel car comme elle, elle est écrivain.
Ce roman m'a donné l'impression d'une autobiographie romancée car même si on retrouve des éléments du lit d'Aliénor, on sent que l'auteur cherche à nous dire des choses plus personnelles la concernant.
Un roman que j'ai eu plaisir à lire même s'il n'a durée que deux jours!!!!!

Note :

Voir les commentaires

Poisons de Marie Cécile Picquet

1 Août 2009, 11:28am

Publié par Kincaid


Résumé du livre :

« Toute femme devrait être accablée de honte à la pensée qu'elle est une femme… »

Amiens, 1315.Saint-Jean de Chrysostome, Archevêque de Constantinople

 Lasse d'attendre que son époux pourtant si attentionné la désire, la jeune Margault décide de céder aux avances du sombre Arnoul. Auprès de lui, elle croit enfin se découvrir femme. Mais au plaisir succède l'infamie. Tandis que le scandale s'abat sur sa famille, Margault comprend qu'elle est la victime innocente d'un lourd complot orchestré par son père. Trahie, violentée, séquestrée, la jeune femme doit faire le deuil de son passé.

Sur le chemin parsemé d'embûches que Margault emprunte, elle croise la route de celles qui ont fait des sciences occultes leur unique moyen de survie. En devenant l'une d'elles, Margault est initiée à la sorcellerie… et acquiert les armes de sa vengeance.

Mon avis :

Une fresque grandiose qui nous dépeint les conditions de la femme à cette époque  où la religion règne en maîtresse absolue. l'Héroïne, Margault, va se retrouver victime d'un complot ourdi par  son père qui va l'entraîner dans la déchéance et la pauvreté. Pour survivre elle n'aura d'autres choix que de s'intégrer au petit peuple des laissers pour compte, elle va apprendre à quel point la femme est victime des lois de la société où elle vit, mais comment aurait-il pu en être autrement étant donné que le pouvoir et la liberté de s'exprimer est détenu par les hommes.
Un très beau roman, même si certains passages sont un peu longuet... ce n'est pas le meilleur roman historique que j'ai lu mais il est pas mal dans son genre et adopte un point de vue assez novateur.

Note :


Voir les commentaires

Morsure d'Hélène Bonafous Murat

1 Août 2009, 10:51am

Publié par Kincaid



Résumé du livre :

Absorbée par une mystérieuse gravure ancienne, Hortense, jeune femme sans histoires, met à profit ses compétences d'expert et toutes les ressources du marché de l'art, qu'elle fréquente pour en découvrir le sens. Ce faisant, elle révèle malgré elle les passions et les haines qui régissent les vies des collectionneurs et des marchands, jusqu'à ce qu'un meurtre soit commis.

Mon avis :
Un merveilleux voyage littéraire plein de poésie, voilà ce que vous réserve le premier roman de cette auteur qui j'en suis sûre, fera parler d'elle!!!!

Entre l’hôtel Drouot et la boutique de gravures où elle officie comme expert, Hortense vit entourée d’images, dans un monde sans âge.
Sa vie bascule lorsqu’un brocanteur lui apporte une estampe inconnue du graveur lorrain Bellange. La scène qu’elle représente – les adieux d’un homme et d’une femme de la Renaissance – devient pour elle un objet de fascination érotique et d’interrogation.
 Le meurtre du commissaire-priseur, puis la disparition, en pleine vente aux enchères, de cette oeuvre unique, achèvent de déstabiliser la jeune femme. La véritable enquête sera toutefois celle qu’elle mènera pour parvenir à identifier cette gravure, avec l’aide d’une pléiade de personnages du milieu de l’art hauts en couleur. Le dévoilement progressif des secrets de la gravure nous conduit à la cour de Lorraine à la fin du XVIe siècle où nous côtoyons le graveur Bellange, mais aussi le peintre Georges de La Tour, Henri IV, la famille de Guise… Hortense, au fur et à mesure qu’elle s’approprie l’histoire des personnages, perd de vue sa propre réalité, s’abandonne à une sensualité nouvelle, et croit à l’incarnation de ses fantasmes – jusqu’à la mort.
Une magnifique histoire autour de cette estampe qui nous fait découvrir le monde de l'art et de la brocante, ce livre nous raconte une aventure, une fascination mais surtout l'histoire d'une oeuvre... et quelle oeuvre ! Tant de destins bouleversés par le fait d'avoir posé les yeux sur cette estampe.
Un livre intense et envoutant dont la morsure n'est pas prête à disparaître.

Morsures a reçu le Prix Alain-Fournier 2006, le Prix du Premier Roman du Rotary Club international 2006, le Prix du Premier Roman du Salon du Livre de Sablet 2006, le Prix des bibliothèques du Vaucluse 2006
.
retrouver une interview de l'auteur sur le site :
http://www.lelitteraire.com/article2048.html

Note :









Voir les commentaires

1% challenge littéraire

1 Août 2009, 10:22am

Publié par Kincaid

Un nouveau défi pour la rentrée :


Le but est de lire au moins 1% des romans ou essais qui apparaitront dans nos librairies préférées lors de la rentrée littéraire 2009 (on a un an pour tenir le pari! Ouf!).



Je ne vous cache pas qu'un nombre conséquent de livre va attérir sur les étalages des librairies à la rentrée, pour ne pas me perdre dans les nouveautés et sombrer dans une crise livrophile au moment fatidique, j'ai sélectionné 7 romans (soit 1% ) parmi la cuvée 2009 :

 -  La lignée, Guillermo del Toro
 -  Conquistadors, Eric Vuillard
 -  L'ombre au tableau, Hélène Bonafous Murat
 -  Don Juan, une fois encore , Andrzef Bart
 -  Orgueil et préjugés et zombies, Seth Grahame-Smith
  -  D'amour et de sang frais, Christopher Moore
  -  Alypsios, Alexandre Glykine

N'hésitez pas à vous inscrire en allant sur le site de Levraoueg, je vous met l'adresse :
http://levraoueg.wordpress.com/2009/07/24/le-retour-du-challenge-du-1-litteraire/

Voir les commentaires