Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Kincaid

Ni d'Eve ni d'Adam, Amélie Nothomb

14 Avril 2015, 08:04am

Publié par Kincaid

Titre : Ni d'Eve ni d'Adam

Auteur : Amélie Nothomb

Genre : Roman contemporain

Edition : Livre de poche 

Nb de pages : 182p

Stupeur et tremblements pourrait donner l'impression qu'au Japon, à l'âge adulte, j'ai seulement été la plus désastreuse des employés.
Ni d'Eve ni d'Adam révélera qu'à la même époque et dans le même lieu, j'ai aussi été la fiancée d'un Tokyoïte très singulier.

Mon avis :

Je lis les livres d'Amélie Nothomb dans un désordre complet alors pourquoi ce livre me direz-vous ? Tout simplement parce que l'auteur nous parle  de ce roman dans une autre de ses oeuvres "La nostalgie de l'ange". Et puis, j'avais hâte de découvrir Amélie amoureuse.

 

Un roman simple et sublime qui nous parle de l'amour comme il devrait toujours être : tendre et vrai, sans faux semblant, ni quiproquo ou passion dévorante qui anéantit les protagonistes. Juste l'amour partagé entre deux êtres ! Dès les premières pages, j'ai été conquise par l'histoire que l'auteur nous racontait : son désir de renouer avec le Japon de son enfance est si poignant que l'on sent l'émotion à chaque phrase. Un japon qui se révèle très différent sous le regard de l'adulte qu'il était sous celui de l'enfant. Pourtant ce qu'on retient surtout, c'est qu'Amélie Nothomb ne désirait rien de moins qu'être japonaise pour de vrai comme elle est dans son coeur. La première étape est donc, de devenir une vraie tokyoïte et pour ce faire, il faut commencer par parler la langue de son pays d'adoption. C'est ainsi qu'elle rencontre Rinri dont elle va devenir le professeur de français et qui va l'aider avec son japonais.

 

Le rapprochement des deux personnages se fait tout en douceur : certains épisodes comme celui de la fondue et très surprenant mais c'est ce qui fait toutes la beauté de leur histoire. J'ai bien aimé les références de la littérature japonaise que l'auteur introduit même si je vous avoue que je ne m'y connais guère^^. Une autre beauté de ce roman, les paysages japonais qui y sont décrits ! C'est définitivement le roman le plus dépaysant de Nothomb que j'ai pu lire. La description du mont Fuji est à couper le souffle, on sent bien que c'est une expérience qui l'a profondément marqué.

 

Un excellent roman^^

 

Note : 5/5

Quelques mots sur l'auteur : Amélie Nothomb

Née en 1967 à Kobe, au Japon, Amélie Nothomb est fille de l'ambassadeur de Belgique à Rome, petite-nièce de l'homme politique Charles-Ferdinand Nothomb. 

Amélie Nothomb passe ses cinq premières années au Japon, dont elle restera profondément marquée, allant jusqu'à parler couramment japonais et à devenir interprète. Mais son expérience ne s'arrête pas là puisqu'elle vivra successivement en Chine, à New York, au Bengladesh, en Birmanie et au Laos, avant de débarquer à dix-sept ans sur le sol de Belgique, berceau de sa famille où elle entame une licence en philologie romane à l'Université Libre de Bruxelles. 

Elle écrit depuis ses dix-sept ans. Elle avoue avoir déjà écrit trente-sept romans. L'écrivain garde rangés dans un carton vingt manuscrits qu'elle se refuse à publier les estimant trop personnels. 

C'est en 1992, alors âgée de vingt-cinq ans, qu'elle fait son entrée fracassante dans le monde des lettres avec son roman "Hygiène de l'assassin." Elle enchaîne depuis les succès avec plus d'une vingtaine de publications.

Amélie Nothomb est également l'auteur de: "L'hygiène de l'assassin" (1992), "Le sabotage amoureux" (1993), "Les combustibles" (1994), "Mercure", "Péplum", "Les Catalinaires" (1995), "Métaphysique des tubes" (2000), "Cosmétique de l'ennemi" (2001), "Robert des noms propres" (2002).

Amélie Nothomb a été définitivement consacrée en 1999 alors que "Stupeur et Tremblements" a été couronné du Grand Prix de l'Académie Française et s'est vendu à 385 000 exemplaires. Ses romans sont depuis traduits en 23 langues.

Elle a également obtenu par deux fois le prix du jury Jean Giono, le prix Alain Fournier et, très connue en Italie, il premio Chianciano.

Elle est encore actuellement domiciliée à Bruxelles mais voyage beaucoup de ville en ville afin de rencontrer ses lecteurs. 

Auteur extrêmement prolifique, Amélie Nothomb publie traditionnellement un livre par an depuis 18 ans, que la critique et le public attendent chaque année au mois de septembre. 

Voir les commentaires

Lundi 13 Avril 2015

13 Avril 2015, 07:42am

Publié par Kincaid

 

Ce que j'ai lu la semaine dernière :

 

Ce que je lis :

 

Ce que je compte lire ensuite :

 

Voir les commentaires

Le livre de perle, Timothée de Fombelle

9 Avril 2015, 08:38am

Publié par Kincaid

Titre : Le livre de Perle

Auteur : Timothée de Fombelle

Edition Gallimard jeunesse

Genre : Littérature jeunesse / Contes / littérature fantastique

Nb de pages : 297p

Tombé dans notre monde une nuit d’orage, un homme emprunte le nom de Joshua Perle et commence une vie d’exilé. Cette nouvelle vie fugitive, déchirée par un chagrin d’amour, est aussi une quête mystérieuse. Au fil du siècle, Perle rassemble un trésor pour défaire le sort qui l’a conduit loin de chez lui. Mais ceux qui l’ont banni et le traquent le laisseront-ils trouver le chemin du retour? Perle a-t-il raison de penser que la fille qu’il aime l’attend toujours là-bas?

Mon avis :

Depuis le temps que je voyais les coups de coeur se succédait sur la blogo au sujet de ce livre, je me suis laissée tenter par cette aventure féerique hors du commun pour le moins surprenante. C'est le premier livre que je lis de cet auteur et j'ai été agréablement surprise par son style d'écriture empreint de poésie et de magie : les pages se tournent toutes seules sans que l'on s'en rende compte.

Néanmoins, mon avis sera plus nuancé que mes copinautes car si j'ai apprécié l'écriture de l'auteur, j'ai eu plus de mal avec les chapitres décousus qui nous offrent des morceaux d'histoires dans le désordre : un choix particulier qui fait la beauté du roman pourtant je n'ai pas su accrocher. Car ajouter à ce melting pot se mêle une histoire sur fond de seconde guerre mondiale (partie que j'ai adoré) à une histoire de fée qui m'a paru d'un coup déplacé par rapport au merveilleux témoignage de ce garçon recueilli dans un magasin de guimauve et qui va partir dans les affres de la guerre alors que ses parents adoptifs seront déportés.

Je pense que j'ai pas su apprécié ce mélange des genres car l'histoire des fées m'a laissé de marbre. J'ai même eu beaucoup de mal à comprendre où l'auteur voulait nous emmener et je n'ai pas trouvé l'histoire d'amour si transcendentale que ça.

 

Note : 3/5

 

 

Quelques mots sur l'auteur : Timothée de Fombelle

Timothée de Fombelle est auteur et dramaturge. Il a également été professeur de lettres, dans une autre vie...

A 17 ans il monte une troupe de théâtre pour laquelle il écrit et met en scène. Sa pièce "Le phare", écrite l'année suivante, est traduite et jouée en Russie, Lituanie, Pologne et au Canada et reçoit le prix du Souffleur en 2002. Depuis, il n’a cessé d’écrire pour le théâtre. Son texte "Je danse toujours" (Actes Sud) a été lu à l’ouverture du festival d’Avignon, en 2002. 

Tobie Lolness, son premier roman, paru en 2006, rencontre un succès mondial. Il est traduit en 28 langues, il reçoit une vingtaine de prix français (Le prix St Exupéry, Tam Tam, Sorcières...) et internationaux parmi lesquels le prix anglais Marsh Award, le prix italien Andersen. Les droits d'adaptation au cinéma ont été acquis par Amber Entertainment (Grande-Bretagne, États-Unis). 

Voir les commentaires

Into the woods #leFilmDeLaSemaine

8 Avril 2015, 08:44am

Publié par Kincaid

Into the woods

 

Date de sortie  (2h5min
Réalisé par
Avec  plus
Genre Fantastique , Comédie musicale , Aventure
Nationalité Américain , britannique , canadien
Presse   2,9 30 critiques

 

Mon avis :

Et le Nanar de la semaine est décerné à .... (roulement de tambour!!!) Into the woods !

Quelle déception ! J'ai fait des pieds et des mains pour réussir à voir la dernière session du film à mon cinéma et je suis ressortie du film complètement dépitée... tant d'efforts pour ça !

Qu'est ce que je n'ai pas aimé ? Je commencerai par les chansons, tout les personnages chantent en même temps et ça devient une véritable cacophonie qui m'a donné mal à la tête dès le départ. Ajouter à cela que les airs ne sont pas entraînant du tout et ne donne absolument pas envie de les écouter en boucle. Donc je met une mauvaise note sur la musique !

Ensuite, j'ai dû assister aux massacres de mes classiques disney préférés : plusieurs des contes sont mélangés et tournés en dérision de tels sortes que l'on n'arrive à ne plus reconnaître les personnages que l'on a tant aimé : le chaperon rouge m'a énervé au plus haut point avec sa voix de crécelles, elle aurait mieux fait de rester dans l'estomac de Johnny Depp (qui joue le Loup), le prince de Cendrillon joue les infidèles avec la femme du boulanger, Cendrillon ne sait pas quoi faire de sa vie et s'échappe du château non pas une mais trois fois (on y croit^^).

Bref, une série d'idiotie qui prend le spectateur pour un imbécile. Seul Méryl streep offre une performance à couper le souffle dans son rôle de sorcière sournoise. Le seul bémol, elle disparaît sans qu'on comprenne pourquoi, c'est d'ailleurs le cas de plusieurs personnages.

Le plus dur à avaler, c'est que le film de par ses effets spéciaux, ses chorégraphies et ses chansons a dû coûter une véritable fortune mais personnellement je n'ai pas du tout été convaincue et je ne pense pas que je le regarderai à nouveau !

 

Note : 1/5

Voir les commentaires

Hygiène de l'assassin, Amélie Nothomb

7 Avril 2015, 08:30am

Publié par Kincaid

Titre : Hygiène de l'assassin

Auteur : Amélie Nothomb

Genre : Roman contemporain

Editeur : Livre de poche 

Nb de pages : 221p

Prétextat Tach, prix Nobel de littérature, n'a plus que deux mois à vivre.
Des journalistes du monde entier sollicitent des interviews de l'écrivain que sa misanthropie tient reclus depuis des années. Quatre seulement vont le rencontrer, dont il se jouera selon une dialectique où la mauvaise foi et la logique se télescopent. La cinquième lui tiendra tête, il se prendra au jeu. Si ce roman est presque entièrement dialogué, c'est qu'aucune forme ne s'apparente autant à la torture.
Les échanges, de simples interviews, virent peu à peu à l'interrogatoire, à un duel sans merci où se dessine alors un homme différent, en proie aux secrets les plus sombres. Premier roman d'une extraordinaire intensité, où Amélie Nothomb, 25 ans, manie la cruauté, le cynisme et l'ambiguïté avec un talent accompli.

Mon avis :

Hygiène de l'assassin est le premier roman d'Amélie Nothomb : un roman étrange, fascinant, écoeurant et pourtant on ne peut s'empêcher de le lire. C'est à peu près ce que j'ai ressenti durant cette lecture.

 

Le roman paraît court pourtant j'ai mis la semaine à le lire, principalement parce que je n'ai plus le temps de lire autant qu'avant car sinon l'histoire est essentiellement basé sur des dialogues ce qui rend le récit fluide et tèrs addictif. En ce qui concerne le style d'écriture, on retrouve le style si étrange d'Amélie Nothomb mais ce n'est pas celui qui m'a le plus marqué : trop de néologisme et de tirades dithyrambiques qui m'ont parfois ennuyé. Bon, en même temps, quand on se retrouve face à un personnage qui se nomme Prétextat Tach, auteur illustre, obèse, imbu de lui-même, misogyne, et à l'article de la mort... on sait que l'auteur nous réserve quelquechose de spécial mais je ne m'attendais pas du tout à cela de prime abord.

 

Comme je vous le disais, cet écrivain illustre qu'est Prétextat Tach va bientôt mourir et tout les journalistes se battent pour avoir une dernière entrevue avec lui. Cinq d'entre eux reçoivent le privilège d'interviewer l'auteur (ah les pauvres^^). Chaque journée voit se dérouler une nouvelle interview qui s'apparente à un battage verbale en bonne et due forme pour le pauvre journaliste qui ne fait pas le poids face à l'intellect et la sournoiserie de l'écrivain qui se joue de ses pauvres victimes venues se jetter entre ses griffes. Chaque journée voit donc la défaite d'un nouveau journaliste, qui après cet échec doit encore subir les moqueries de ses confrères. Beaucoup de thèmes de réflexion sont abordés au cours du roman mais je trouve que le cynisme des personnages est ce qui m'a le plus marqué.

 

Pas le meilleur Amélie Nothomb que j'ai pu lire mais il a l'excuse d'être son premier roman : on pardonne le trop plein de grandiloquent et les longueurs que ça amène, surtout quand on découvre que le dernier journaliste est une femme et que, contrairement à ses confrères, elle sait y faire avec le grincheux Prétextat. Je ne vous cache pas que la fin m'a laissé sur le cul, du Nothomb tout craché, quoi !

 

Note : 4/5

 

Quelques mots sur l'auteur : Amélie Nothomb

Née en 1967 à Kobe, au Japon, Amélie Nothomb est fille de l'ambassadeur de Belgique à Rome, petite-nièce de l'homme politique Charles-Ferdinand Nothomb. 

Amélie Nothomb passe ses cinq premières années au Japon, dont elle restera profondément marquée, allant jusqu'à parler couramment japonais et à devenir interprète. Mais son expérience ne s'arrête pas là puisqu'elle vivra successivement en Chine, à New York, au Bengladesh, en Birmanie et au Laos, avant de débarquer à dix-sept ans sur le sol de Belgique, berceau de sa famille où elle entame une licence en philologie romane à l'Université Libre de Bruxelles. 

Elle écrit depuis ses dix-sept ans. Elle avoue avoir déjà écrit trente-sept romans. L'écrivain garde rangés dans un carton vingt manuscrits qu'elle se refuse à publier les estimant trop personnels. 

C'est en 1992, alors âgée de vingt-cinq ans, qu'elle fait son entrée fracassante dans le monde des lettres avec son roman "Hygiène de l'assassin." Elle enchaîne depuis les succès avec plus d'une vingtaine de publications.

Amélie Nothomb est également l'auteur de: "L'hygiène de l'assassin" (1992), "Le sabotage amoureux" (1993), "Les combustibles" (1994), "Mercure", "Péplum", "Les Catalinaires" (1995), "Métaphysique des tubes" (2000), "Cosmétique de l'ennemi" (2001), "Robert des noms propres" (2002).

Amélie Nothomb a été définitivement consacrée en 1999 alors que "Stupeur et Tremblements" a été couronné du Grand Prix de l'Académie Française et s'est vendu à 385 000 exemplaires. Ses romans sont depuis traduits en 23 langues.

Elle a également obtenu par deux fois le prix du jury Jean Giono, le prix Alain Fournier et, très connue en Italie, il premio Chianciano.

Elle est encore actuellement domiciliée à Bruxelles mais voyage beaucoup de ville en ville afin de rencontrer ses lecteurs. 

Auteur extrêmement prolifique, Amélie Nothomb publie traditionnellement un livre par an depuis 18 ans, que la critique et le public attendent chaque année au mois de septembre. 

 

Voir les commentaires

Lundi 6 Avril 2015

6 Avril 2015, 07:29am

Publié par Kincaid

 

Ce que j'ai lu la semaine dernière :

Ce que je lis :

Ce que je compte lire ensuite :

Aucune idée ! ça sera au gré de mes envies !

Voir les commentaires

12 Coups pour rien, James Patterson

31 Mars 2015, 07:46am

Publié par Kincaid

Titre : 12 coups pour rien

Auteur : James Patterson

Saga : Le Women's murder club

Edition : JC Lattès

Genre : Policier/thriller

Nb de pages : 350 p

 

Le bébé de Lindsay Boxer est né ! Mais pendant que Lindsay et Joe nagent dans le bonheur avec leur petite fille, la ville de San Francisco va être le théâtre d’une série de meurtres aussi étranges qu’effroyables.
Un soir, un excentrique professeur de littérature fait un cauchemar sanglant. Convaincu qu’il s’agit d’un rêve prémonitoire, il s’empresse d’aller prévenir la police. C’est alors qu’une femme est sauvagement assassinée en plein jour, au beau milieu d’un supermarché. Tout s’est déroulé comme dans le rêve du professeur, au détail près...
Lorsqu’un corps disparaît mystérieusement de la morgue, Lindsay reçoit un coup de fil désespéré de son supérieur. Elle n’a d’autre choix que de reprendre du service, quelques semaines seulement après avoir accouché.
Mais pour Lindsay, tous ces crimes ne sont rien face à l’annonce d’une terrible nouvelle, qui risque de transformer son existence en cauchemar...

Mon avis :

Je ne savais pas quoi lire et je me suis dit "Pourquoi pas un James Patterson !". Un auteur que j'aime beaucoup mais je n'avais jamais eu l'occasion de lire une aventure du Women's murder club. J'avais découvert ce club grâce à la série Tv adapté des romans : série que j'avais beaucoup aimé malgré le fait qu'elle ait été arrêté au bout d'une saison seulement.

Seul bémol, je n'aurais peut être pas dû commencé par le dernier tome de la saga parce que du coup les liens entre les personnages ont été plus difficiles à appréhender. Mais j'avoue que c'est bien le seul point de reproche (qui est entièrement de ma faute) que je peux mettre en évidence.

Le livre est très bien rythmé alternant l'histoire du point de vue des quatres héroïnes. On suit également des parties de leurs vies en dehors du boulot ce qui montre la part de vulnérabilitéde chacunes d'entre elles. L'enquête policière m'a tenu en haleine jusqu'au bout et la fin m'a laissé sur les dents : j'ai hâte de connaître la suite.

Une enquête policière qui ne révolutionne pas le genre mais qui a le mérite de se lire vite et de faire passer aux lecteurs un excellent moment en compagnie de ses dames du crime que rien n'arrête. Je pense sérieusement lire cette série depuis le début tant ça m'a plu !

 

Note : 4/5 

Quelques mots sur l'auteur : James Patterson

James Patterson est un écrivain et scénariste de films américain né le 22 mars 1947. Le personnage principal de ses romans est l'inspecteur Alex Cross, dont le rôle fut interprété par Morgan Freeman dans les adaptations cinématographiques "Le Collectionneur" (Kiss the Girls) et "Le Masque de l'araignée" (Along Came a Spider).

James Patterson vit à Palm Beach, en Floride.

En août 2012, le magazine américain Forbes le classe comme "écrivain le mieux payé au monde" avec 94 millions de $ de revenu annuel

James Patterson fut le premier romancier à franchir la barre du million de livres numériques vendus, en juillet 2010, puis des deux millions fin octobre 2010 et finalement des trois millions en juin 2011. Il entre à ce titre au rang de premier best-seller numérique. "Avec de plus en plus de personnes qui lisent sur iPads, Kindles et Nooks, prendre le temps de créer une version ebook qui soit intéressante, conviviale et plus attrayante devient de plus en plus important.".

Voir les commentaires

Lundi 30 Mars 2015

30 Mars 2015, 11:49am

Publié par Kincaid

 

Ce que j'ai lu la semaine dernière :

 

Très peu de choses en réalité puisque je n'ai lu que "Ni d'Eve ni d'Adam" d'Amélie Nothomb, un roman qui m'a enchanté. Je l'ai lu le week-end dernier et je n'ai pas vraiment eu le temps de lire autres choses depuis.

 

 

Ce que je suis en train de lire :

Toujours du Nothomb avec "Hygiène de l'assassin" son premier roman que je n'ai encore jamais lu. J'ai hâte de voir ce que ça va donner. Parallèlement, je poursuis toujours mes lectures anglaises avec "The adventures of Sherlock Holmes" d' Arthur Conan Doyle.

Ce que je compte lire ensuite :

Je ne sais pas trop, j'ai bien envie de me lancer dans un milady : la couverture de celui-ci me fait trop envie.

Bonne semaine livresque

 

Voir les commentaires

Book and Study #1

27 Mars 2015, 20:11pm

Publié par Kincaid

 

Je reviens vers vous après une petite période d'absence durant laquelle l'envie de lire n'était pas vraiment au rendez-vous ! Il faut dire que cette année (la dernière à la fac^^) est très chargée entre le stage (et tout ce que j'apprends), le DU d'orthopédie et les cours que je révise pour ne pas me planter à l'exam final. Mais malgré mes bonnes résolutions, les semaines défilent sans que je les vois passer et je n'ai pas beaucoup l'impression d'avancer : je n'ai pas moins de 6 avis de retard sur mes lectures passées et cela se fait sentir sur le blog^^

Du coup, j'ai décidé de me faire un petit Book & Study ! Késako ? Lire le maximum de livres en alternant avec des révisions de cours : histoire d'avancer sur les deux tableaux pendant ce long week-end !

 

Je m'en étais plutôt pas mal sortie l'an dernier pour les révisions d'exam mais j'avais du renfort avec Gaby et Sissi. Vais-je y arriver en solo cette année ?

Samedi 28 Mars :

Bilan de cette journée plutôt positive même si je n'ai pas battu de record.

Niveau boulot : j'ai appris les posologies enfants, vu quelques cas cliniques notamment ceux sur les lombalgies, la maladie de Lyme et les mycoses et j'ai fini par me faire une fiche sur les anti-allergiques. Hier soir, j'ai commencé les posologies adultes...

Niveau lecture : j'ai lu "Ni d'Eve ni d'Adam" d'Amélie Nothomb que j'ai beaucoup aimé.

Dimanche 29 Mars :

 

Voir les commentaires

La patience du diable, Maxime Chattam

27 Mars 2015, 17:19pm

Publié par Kincaid

Titre : La patience du diable

Auteur : Maxime Chattam

Edition : Albin Michel

Genre : Thriller

Nb de pages : 496p

Le Mal peut-il contaminer ceux qui le traquent ? Un go-fast pris en flag qui transporte bien pire que de la drogue… Deux ados qui tirent sur les passagers d’un TGV lancé à pleine vitesse… Des gens ordinaires découverts morts… de terreur. Le Diable mène le bal, le monde est devenu fou. Lieutenant à la Section de Recherche de Paris, Ludivine Vancker comprend bientôt qu’un fil sanglant relie ces faits divers. Rien ne pourra l’empêcher de remonter la piste à sa source. Aux racines de la peur.
Après La Conjuration primitive, Maxime Chattam, dans ce thriller d’une maîtrise glaçante, sème plus que jamais le doute.

Mon avis :

Après l'excellence de "La conjuration primitive", j'attendais avec impatience ce nouvel opus qui reprenait Ludivine, notre gendarmette comme héroïne. Pourtant, le prix du livre m'a longtemps fait grimacer et j'ai attendu un bon moment avant de me lancer (enfin jusqu'à ce que quelqu'un me le prête^^).

Verdict ? un brin déçue par cette lecture ! Je ne dis pas qu'il était mauvais, j'ai beaucoup aimé ma lecture mais c'était un bon roman sans plus. Si le début de l'intrigue démarre sur les chapeaux de roues (tant qu'on a du mal à lacher le livre), j'ai eu du mal à reconnaître l'héroïne que j'avais laissé dans le dernier tome. Les personnages m'ont paru être abordé très superficiellement et les enquêtes sur les différents meurtres me semblaient partir un peu dans tout les sens. Du coup, j'ai eu beaucoup de mal à m'intéresser à ce "Diable" et ses disciples. J'ai eu l'impression plus d'une fois que l'auteur ne savait pas trop où nous amener et se raccrocher in extremis à des branches plus que fragiles.

Je ne vous cache pas que j'ai eu beaucoup de mal à finir ce roman et le grand méchant m'a laissé de glace. J'ai eu l'occasion de lire de nombreux avis sur ce roman et je crois que ma chronique plus que mitigée vient du fait de la hauteur de mes exigences par rapport à ce que j'attendais.

 

Note : 2/5

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>