Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Kincaid

theatre

Charles VII, Alexandre Dumas

15 Février 2015, 09:27am

Publié par Kincaid

Titre : Charles VII

Auteur : Alexandre Dumas

Genre : théâtre

Mon avis :

Une pièce de théâtre signée Alexandre Dumas que j'ai adoré^^

Vous l'ignorez peut-être mais depuis le lycée, je voue un amour inconditionnel aux pièces écrites en alexandrin : Racine reste évidemment mon auteur préféré mais quel plaisir de me replonger dans des textes aussi bien travaillé, je me suis notée des passages entiers sur mon petit calepin pour m'en souvenir (certaines tournures sont magnifiques^^). Bien sûr, il faut aimer les alexandrins, sinon ce serait vraiment indigeste !

En ce qui concerne l'histoire, je me suis également régalée ! On retrouve une touche d'Orient (que Dumas semble apprécier^^) avec la présence d'un esclave arabe Yaqoub qui a été sauvé par le comte. Il est dénigré par les autres autres habitants du château qui ne voit en lui qu'un sauvage inculte. Sauf Bérengère, la femme du comte... Mise à part ce côté réflexion sur les différentes religions, j'ai adoré le triangle amoureux entre les trois protagonistes qui n'est pas sans rappeler Andromaque de Racine (ma pièce préférée), du coup, j'ai lu tout ça très vite et je me suis régalée. Surtout que la fin reprenait mon passage préféré. Charles VII, le roi, est peu présent en comparaison : l'auteur apporte une critique non voilée de la velléité des rois et du peu d'intérêt qu'ils portent dans l'intérêt du royaume par rapport à leur intérêt personnel.

En bref, plusieurs thèmes sont abordés dans cette pièce : beaucoup de réflexion politique, religieuse et morale qui rendent la pièce unique et très intéressante à découvrir !

 

Note : 5/5

Voir les commentaires

La noce et l'enterrement, Alexandre Dumas

18 Janvier 2015, 16:20pm

Publié par Kincaid

Titre : La noce et l'enterrement

Auteur : Alexandre Dumas

Genre : Vaudeville

En novembre, première représentation à la Porte Saint-Martin de La Noce et l'Enterrement, vaudeville en 3 actes que Dumas a écrit en collaboration avec Lassagne et Gustave. Cette pièce connaît un certain succès.

Mon avis :

 

Une pièce de théâtre pour le moins surprenante quand on le replace dans le contexte historique vu qu'elle se déroule en Orient. L'auteur, Alexandre Dumas, base sa pièce sur les us et coutumes de ses peuples d'Orient où les époux doivent se donner la mort dès que leur conjoint meurt, ce qui a de quoi en refroidir plus d'un sur l'idée du mariage !

 

Une pièce qui m'a bien fait rire par ses rebondissements inattendus, son humour noir et sa fine description de la fourberie et de la cupidité humaine. Je ne reprendrai pas les noms des personnages de l'histoire car s'ils sont difficiles à lire ils sont encore plus difficile à se rappeler. Quoiqu'il en soit "La noce et l'enterrement" porte bien son titre et je retrouve avec plaisir l'écriture si particulière d'Alexandre Dumas dans cette pièce que j'ai lu en à peine une journée.

 

Une belle découverte !

 

Voir les commentaires

La chasse et l'amour, Alexandre Dumas

28 Décembre 2014, 16:23pm

Publié par Kincaid

Titre : La chasse et l'amour

Auteur : Alexandre Dumas

Edition : Epub libre de droit

Genre : Vaudeville en 1 acte

La chasse et l’amour est la première pièce de théâtre écrite par Alexandre Dumas père, auteur des trois mousquetaires, et jouée à l’Ambigu-Comique à partir du 22 septembre 1823.

Mon avis :

Ma première lecture pour le challenge Dumas pour tous, il était normal de commencer par le premier écrit d'Alexandre Dumas !

 

C’est un vaudeville en un acte, reprenant les ficelles du genre, tout en donnant aux hommes la caractéristique d’être des chasseurs.

 

La famille principale est composée du père, M. Delbœuf, qui ne chasse rien mais qui se met en valeur sur les grandes chasses qu’il a faite, sa femme Mme Delbœuf, amoureuse de romans et leur fille Angélina, qui est sur le point de se marier. Le voisin, M. Canard, est le faire valoir de M. Delbœuf. 

 

Parmi les prétendants à l’amour Angélina se trouvent M. Papillon, Hubert-Rigobert-Dagobert Papillon, parisien à la vue basse grand ami du père, et M. Ernest, homme à l’esprit vif et au bon coup de fusil, favori d’Angélina si on lui demandait, qui devient vite l’ami de la mère.

 

M. Guillaume, valet de M. Ernest, lui sert à éloigner M. Papillon un temps.

 

Le vaudeville présente la caractéristique d’être entrecoupé de chansons, plus précisément de paroles dites sur des airs différents (air des Comédiens, air du vaudeville Des Blouses…) airs qui sont oubliés de nos jours.

 

Ceci rend la pièce légère. Le vaudeville la rend prévisible, car l’on sait dès le début comment cela va finir. L'avantage c'est que la pièce est courte et qu'elle se lit très facilement !

 

Note : 3/5

Voir les commentaires

Roméo et Juliette, Shakespeare

12 Avril 2013, 02:08am

Publié par Kincaid

 

Résumé :

 

                                A Vérone, où les Montaigue et les Capulet se vouent une haine ancestrale, Roméo, fils de Montaigu, est amoureux de Rosaline, tandis que Capulet s’apprête à donner une grande fête pour permettre à Juliette, sa fille, de rencontrer le comte Pâris qui l’a demandée en mariage. Parce qu’il croit que Rosaline s’y trouvera, Roméo se rend au bal – et pour Juliette éprouve un coup de foudre aussitôt réciproque. Sous le balcon de la jeune fille, il lui déclare le soir même son amour puis, le lendemain, prie frère Laurent de les marier et de réconcilier leurs familles ennemies. Mais voici que, sur une place de Vérone, Tybalt, cousin de Juliette, provoque Roméo qui refuse de se battre. Mercutio, son ami, dégaine à sa place, mais lorsque Roméo voit Mercutio mortellement frappé par Tybalt, il décide de le venger : Tybalt tombe à son tour, et ce qui était une comédie vire à la tragédie.
Si, dans cette pièce que Shakespeare compose vers 1595, les amants de Vérone sont ainsi promis au tragique, c’est que le destin leur est hostile. Star-crossed lovers, Roméo et Juliette sont seulement nés sous une mauvaise étoile : ils ne sont victimes ni d’une faute ni de leur amour, mais d’une suite de circonstances malheureuses qui mettront à mort cet amour – et feront de leur histoire, pour plusieurs siècles, un mythe.

 

Mon avis :

 

                                Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas lu du Shakespeare et j'avais oublié à quel point son écriture est poétique, bon évidemment "Roméo et Juliette" s'y prête parfaitement : l’intrigue principale n’est plus à résumer, tout le monde connaît l'histoire des deux amants de Vérone.
                        Roméo Montaigue, un jeune noble venant d'essuyer une peine de coeur se retrouve à une soirée organisée par une famille ennemie de la sienne, les Capulet. Lors de cette soirée, ses yeux se posent sur Juliette dont il tombe éperdument amoureux, mais hélàs la belle est une fille Capulet, dès lors comment les deux tourtereaux peuvent s'aimer alors que leur deux familles se vouent une haine si farouche ?

                        Cette trame de l'histoire est connue de tous, mais j'avoue que l'écriture de Shakespeare lui donne une autre dimension. De plus, il y a beaucoup de scènes que je ne connaissais pas comme celles mettant en scène les domestiques ou certaines trames de l'intrigue principale : maintenant je sais pourquoi Roméo et Juliette en sont arrivés à une fin si funeste. Comme quoi un classique peut aussi cacher un soupçon de suspense.
                         Le début de la pièce est assez ennuyante mais elle permet de bien cerner l'inimitié entre les deux familles et une fois l'intrigue en place, la lecture devient plus intéressante !

                         Au niveau des personnages, Roméo m'a beaucoup énervé : il est l'exagération incarnée, toutes les émotions qu'il ressent semble décuplée à tel point que s'en en est presque grotesque, Juliette est, de ce point de vue, bien plus modérée !!

                         Une lecture que j'ai beaucoup apprécié et que je recommande à tout le monde !!

 

Note :

http://imageshack.us/a/img96/1695/classiquebadge.png2996558679 2 7 T4z2MaCD

Voir les commentaires

Antigone, Jean Anouilh

19 Mars 2013, 06:10am

Publié par Kincaid

      Couverture Antigone

 

 

Résumé :

"L' Antigone de Sophocle, lue et relue et que je connaissais par coeur depuis toujours, a été un choc soudain pour moi pendant la guerre, le jour des petites affiches rouges. Je l'ai réécrite à ma façon, avec la résonance de la tragédie que nous étions alors en train de vivre."

 

Antigone est la fille d'Œdipe et de Jocaste, souverains de Thèbes. Après le suicide de Jocaste et l'exil d'Œdipe, les deux frères d'Antigone, Étéocle et Polynice se sont entretués pour le trône de Thèbes. Créon, frère de Jocaste et – à ce titre – nouveau roi, a décidé de n'offrir de sépulture qu'à Étéocle et non à Polynice, qualifié de voyou et de traître. Il avertit par un édit que quiconque osera enterrer le corps du renégat sera puni de mort. Personne n'ose braver l'interdit et le cadavre de Polynice est abandonné à la chaleur et aux charognards.

 

Seule Antigone refuse cette situation. Malgré l'interdiction de son oncle, elle se rend plusieurs fois auprès du corps de son frère et tente de le recouvrir avec de la terre. Ismène, sa sœur, informée de sa décision, refuse de la suivre, craignant sa propre mort.

 

Très vite, Antigone est prise sur le fait par les gardes du roi. Créon est obligé d'appliquer la sentence de mort à Antigone

 

Mon avis :

          J'ai découvert ce livre pour la première fois quand j'étais en troisième. On était à la fin de l'année et les cours prenaient un agréable goût de vacances alors plutôt que de jouer aux cartes, la prof avait voulu nous faire découvrir cette œuvre : elle nous a fait la lecture pendant près d'une heure ! j'en garde encore un très bon souvenir et j'avais hâte de me replonger dans cette tragédie qui avait su me marquer une dizaine d'années auparavant !

 

                  Cet été, j'ai lu "Antigone" de Sophocle et je n'ai pas été emballée par l'histoire : malgré la gravité du thème abordée, je n'ai pas su m'identifier à cette Antigone. Ce ne fut pas le cas avec celle d'Anouilh : il l'humanise, la rend proche de nous, nous fait partager ses peurs et ses interrogations.

 

                  Pour un petit rappel de l'histoire : Antigone, fille d'Oedipe, est condamnée par son oncle Créon à mourir pour avoir désobéi aux décrets qu'il avait énoncé. Suite à la bataille qui a sévi à Thèbes, Antigone a vu mourir ses deux frères : Etéocle, qui s'est battu pour la cité a été enterré avec tous les honneurs dus à son rang mais Polynice pour avoir pris les armes contre la cité est condamné à pourrir devant les murailles de la ville sans sépulture.

 

                   Or malgré le danger, Antigone ne peut se résoudre à laisser un de ses frères sans sépulture. C'est donc au mépris des lois et de sa propre vie qu'elle va déposer de la terre sur son cadavre jusqu'à ce qu'elle soit prise en flagrant délit : elle sait qu'elle va mourir pourtant elle ne peut pas se résigner à abandonner son frère même si pour cela elle doit abandonner Hémon son amoureux et le petit garçon qu'ils ont eu en rêve.

 

                   Tragédie en un seul acte qui a su encore une fois m'envoûter : c'est très bien écrit, la justesse des sentiments, le phrasé…. Difficile de rester insensible à cette histoire qui montre le courage de cette jeune fille.

 

Note : 6b45701f

 

2996558679 2 7 T4z2MaCD

 

Quelques mots sur l'auteur : Jean Anouilh

 

 

Il est fils d'un tailleur et d'une professeur de piano.

                    C'est au lycée que nait sa passion pour le théâtre. Après son bac il entreprend des études de droit qu'il abandonne au bout d'un an et demi.En 1928 il rencontre Cocteau et Giraudoux. En 1929, sa première pièce est un échec. En 1932, il devient le secrétaire de Louis Jouvet et travaille parallèlement dans une agence de publicité.En 1937, il connait son premier succès public avec Le bal des voleurs.

                     Durant la guerre, il ne prend pas parti dans ses textes ce qui lui sera reproché. Mais héberge la femme d'un de ses collègues juif. En 1949, il s'engage pour essayer de sauver l'écrivain collaborateur Robert Brasillach de la peine de mort; en vain. Cette exécution le marque profondément. En1961, après l'échec de La Grotte, il se tourne vers la mise en scène.En 1980, il reçoit le grand prix du théâtre de l'Académie Française. Il restera actif jusqu'à la fin de sa vie.

 

Voir les commentaires

Antigone, Sophocle

8 Septembre 2011, 19:35pm

Publié par Kincaid


Couverture Antigone

 

 

 

Résumé :

 

                             La pièce Antigone commence au moment où les deux filles d'OEdipe, Antigone et Ismène, apprennent que Créon, roi de Thèbes, vient d'interdire l'enterrement de Polynice, leur frère, pour le punir d'avoir combattu contre sa patrie. Mais Antigone transgresse ce décret. Créon et Antigone incarnent deux idées de la communauté, deux conceptions de la loi, deux versions du sacré. Au coeur du conflit tragique, la vérité humaine et politique de la communauté est liée au sens que les vivants donnent à la mort.


Mon avis :

                            

                               Une tragédie saisissante dont la lecture ne m'a pas laissé indifférente !

J'avais un peu peur de m'attaquer à cette pièce, pas étonnant quand on est face à une oeuvre écrite dans l'Antiquité et qui a traversé les âges ! Néanmoins mes peurs initiales se sont vites envolés, le texte s'est révélé accessible et très plaisant à lire !

                               Je connaissais déjà l'histoire d'Antigone pour avoir lu la version d'Anouilh quand j'étais au lycée et j'ai été ravie de me replonger dans le destin hors du commun de cette jeune fille. Pour ceux qui ne connaissent pas, un petit rappel de l'histoire : une bataille vient de s'achever à Thèbes, Antigone pleure ses deux frères Eteocle et Polynice morts au combat mais hélàs Créon le roi, a énoncé une loi interdisant à Antigone d'enterrer un de ses frères : en effet, Eteocle qui s'est battu pour la cité sera enterré en héros mais Polynice qui a combattu contre Thèbes est interdit de sépulture, ne sanction très grave quand on sait  que dans les moeurs grecques, priver un mort de sépulture c'était le condamner à errer cent ans sur les bords du Styx en proie au pire tourment ! Antigone ne peut se résoudre à cela et part seule, sa propre soeur l'ayant abandonné, enterré Polynice mais la garde royale la surprend en train d'accomplir son forfait. Antigone est amenée devant Créon, qui rend une décision implacable : Antigone est condamnée à mourir alors même qu'elle devait épouser le fis de Créon, Hémon.

                              Une belle histoire qui parle d'amour fraternel, du destin ... les sentiments des personnages sont magnifiquements décrits et très émouvants : le lecteur se laisse facilement entraîner !

                              La pièce se lit très rapidement ce que je déplore, on n'a pas vraiment le temps de s'attacher au personnage, hors la version d'Anouilh m'avait vraiment marqué, je me souvenais même du nom des personnages ! Du coup, je pense que la relecture de l'Antigone d'Anouilh s'impose pour pouvoir faire une comparaison convenable !

                             Un classique du théâtre !

 

Note :

 

mod article4936025 1

 

6/20

Voir les commentaires

La cantatrice chauve, Eugène Ionesco

10 Août 2011, 11:09am

Publié par Kincaid

 

Résumé :

 

Mme SMITH : Tiens, il est neuf heures. Nous avons mangé de la soupe, du poisson, des pommes de terre au lard, de la salade anglaise. Les enfants ont bu de l'eau anglaise. Nous avons bien mangé, ce soir. C'est parce que nous habitons dans les environs de Londres et que notre nom est Smith...


Mon avis :

 

                               C'est la première fois que je lisais une pièce de théâtre de ce genre et je n'ai pas apprécié plus que ça !

                               L'inrigue principale est difficile à résumer : deux couples les Smith et les Martin se rencontrent pour dîner, entre dialogue incompréhensible, des personnages qui prennent la parole un peu n'importe quand et n'importe comment (cf la bonne) difficile de suivre ! Surtout que les échanges de paroles n'ont ni queue ni tête : c'est souvent des discussions assez banales décrites par des phrases simples...

                               La lecture de la pièce est assez rapide vu que le livre ne compte qu'une centaine de page mais après je ne pense pas apprécié plus que ça le théâtre de l'absurde, j'ai eu beaucoup de mal à voir où l'auteur voulait en venir : un passage m'a montré qu'on ne faisait pas vraiment attention aux gens qui vivent à nos côtés, comm la scène des Martins, où les 2 époux semblent faire connaissance pour la première fois, ou la superficialité des personnages qui les rend interchangeables car à la fin de la pièce les Martin prennent la place des Smith !

                              Je n'ai pas compris le titre de la pièce : la cantatrice chauve n'est mentionné qu'à un seul moment par les couples, elle semble leur faire peur et on apprend qu'elle se coiffe toujours de la même manière (mais vu qu'elle est chauve ???).

                              Une pièce très étrange, pas du tout mon style de lecture !

 

Note :

 

Voir les commentaires

Le malade imaginaire de Molière

21 Juillet 2011, 17:03pm

Publié par Kincaid

Couverture Le malade imaginaire

 

Résumé :

 

                             Argan, malade imaginaire veut marier sa fille Angélique à un médecin pour s'assurer ses soins. Mais c'est compter sans la fulgurance et la vigilance de sa dévouée servante Toinette qui saura tromper son maître pour le bonheur d'Angélique et de Cléante. Les Purgons et les Diafoirus se verront à nouveau ridiculisés sous la plume de Molière qui ici encore réfute la cupidité, l'égoïsme, la bêtise et nous montre simplement les travers des hommes.

 

Mon avis :

 

                               Encore une pièce de théâtre classique que je n'avais jamais lu et que j'ai beaucoup aimé !

Une satire sur la médecine de l'époque et une véritable comédie qui dépeint les extravagances d'un bourgeois obsédé par la maladie : notre "malade imaginaire" s'appelle Argan et ne jure que par les médecins, veuf, il s'est remarié avec  Béline qui simule des soins attentifs, mais n'attend en réalité que sa mort pour pouvoir hériter.

                               Toute la journée d'Argan est rythmée par les prescriptions médicales : saignées, purges, lavements et toutes sortes d'autres remèdes prescrits par des médecins pédants et soucieux de plaire en tout point à leur patient quitte à lui inventer des maux imaginaires et des remèdes tout aussi inutiles.

                               Toinette, la servante, est la seule à avoir la tête sur les épaules et se rendre compte de la supercherie des médecins ou de la femme. Angélique, sa fille, aime Cléante au grand dépit d'Argan. Il préférerait voir sa fille mariée à Thomas Diafoirus lui-même médecin.

                               Pour les tirer d'affaire, Toinette recommande à Argan de faire le mort. Sa femme est appelée par Toinette, et manifeste sa joie d'être débarrassée de son mari devant celui-ci, qu'elle croit mort. Toinette appelle ensuite Angélique, qui manifeste un chagrin sincère de la mort de son père : celui-ci arrête aussitôt son jeu et accepte l'union de sa fille avec Cléante, à la condition que ce dernier devienne médecin. Son frère, Béralde, lui conseille de devenir médecin lui-même, ce qu'il accepte.

                               Une pièce qui prête à rire de part la bouffonnerie des personnages et le comique des situations !

 

Note :

 

2996558679 2 7 T4z2MaCD

Voir les commentaires

Le Cid de Corneille

19 Juillet 2011, 15:41pm

Publié par Kincaid

Couverture Le Cid

 

Résumé :

                            

                             "Rodrigue, as-tu du coeur ? Tout autre que mon père l'éprouverait sur l'heure..." Qui de nous n'a pas été bercé par l'épopée du Cid ? Noble, vaillant, sans égal, sans rival. Amoureux de Chimène, aimé en retour, accablé par le sort, car pour sauver l'honneur de sa famille il lui faut perdre une maîtresse. L'affront est rude. Un soufflet ! Homme de coeur, Rodrigue ne peut que venger son père d'un tel outrage. A son tour, Chimène demande justice. "Tu t'es, en m'offensant, montré digne de moi, je me dois, par ta mort, montrer digne de toi." Cruel conflit entre devoir et passion qui pousse les deux amants à s'opposer. A tant de grandeur d'âme, le Ciel ne peut être insensible...


Mon avis :

 

                                J'ai découvert pour la première fois ce grand classique de la littérature et j'ai adoré ! Outre l'écriture en Alexandrin que j'affectionne tout particulièrement, j'ai beaucoup aimé les personnages, qui contrairement à d'autres pièces du même style, sont maîtres de leurs actions et les assument : ainsi on voit Rodrigue, pendant une bonne partie de la pièce, qui cherche à se racheter sans jamais se défaire de sa passion pour Chimène et celle-ci agit de même : elle pleure son père, demande réparation sans jamais laisser de côté ses sentiments pour Rodrigue !

 

C'est peu dire d'aimer, Elvire, je l'adore

Ma passion s'oppose à mon ressentiment

Dedans mon ennemi, je trouve mon amant

 

                                 En revanche, je n'ai guère apprécié le personnage de l'infante et celui du comte : trop versatile à mon goût : celui du Comte parait odieux dans la scène avec Don Diègue et devient plus sympathique en reconnaissant qu'il est allé trop loin dans la scène d'après. L'Infante est amoureuse de Rodrigue et fait tout pour qu'il épouse Chimène :

 

Si l'amour vit d'espoir, il périt avec lui

 

L'Infante agit à la fois dans l'intérêt des tourtereaux mais n'hésite pas à essayer de détruire leur hymen, ce qui rend le personnage ambiguë et déplaisant !

                                   L'histoire en elle-même tout le monde la connait donc je ne dirais rien de plus !!

 

 

Note :

 

2996558679 2 7 T4z2MaCD

Voir les commentaires

Dom Juan de Molière

14 Juillet 2011, 16:31pm

Publié par Kincaid

Couverture Dom Juan

 

Résumé :

                              Terrible et intrépide séducteur, Dom Juan, récemment marié à Elvire, fuit cette dernière en compagnie du fidèle Sganarelle. Mais bientôt, reparaît le spectre du Commandeur qu'il a tué en duel. Dom Juan se retrouve face à lui-même.

Mon avis :

 

                                J'ai (re)découvert avec plaisir ce classique de la littérature française ! ça faisait bien longtemps que je n'avais pas lu de pièce de théâtre et je dois dire que dans ce domaine, la plume de Molière est inimitable : des personnages entiers, une écriture fluide et dynamique... bref un chef d'oeuvre !!

                                 Pour les personnages, on a bien évidemment Dom Juan, jeune noble vivant en Sicile accumule les conquêtes amoureuses, séduisant les jeunes filles nobles et les servantes avec le même succès. Seule la séduction l'intéresse et les jeunes femmes sont bafouées et déshonorées après que le beau seigneur en a décidé ! Il est libertin et blasphémateur faisant fi des lois de la société ou des recommandations de son père, Dom Luis !! Dans la pièce, Dom Juan vient juste d'abandonner Done Elvire qu'il avait dernièrement épousé et la belle le poursuit pour savoir de quoi il retourne mais l'intérêt de Dom Juan se prote désormais ailleurs au grand malheur de son père, Dom Luis, que les frasques de son fils accable ou de Sganarelle, son serviteur, que les actions de son maître révolte et il ne se gêne pas pour le dire avec beaucoup d'humour ce qui rattrape le caractère tragique de la pièce par le côté hypocrite de Dom Juan.

                                 J'ai beaucoup aimé l'histoire même si certains passages étaient difficiles à lire comme le dialogue entre les deux paysans ! Je reste toujours étonné face au dénouement de la pièce, Molière nous habitue à des fins comiques alors que celle -ci est tragique ! Seul Dom Juan reste fidèle à lui-même jusqu'au bout !!!!

 

 

Note :

 

2996558679 2 7 T4z2MaCD

 

Voir les commentaires

1 2 > >>