Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Kincaid

Lolita, Vladimir Nabokov

2 Septembre 2012, 08:47am

Publié par Kincaid

 

Couverture Lolita

L'auteur : Vladimir Nabokov

 

date de naissance : 23 Avril 1899

date de décès : 2 Juillet 1977

 

"Il faut à mon avis écrire pour plaire à un seul lecteur : soi-même"

                               Issu d'une famille aristocratique, cultivée et libérale, Vladimir Nabokov apprend de ses gouvernantes et de ses précepteurs les langues étrangères. Le jeune homme étudie à Tenichev, un lycée d'avant-garde. Son père, opposant au régime tsariste, meurt assassiné. Mais, protégé par sa mère, Nabokov mène une enfance heureuse et se découvre une passion pour la littérature.

                               Pourtant, la révolution russe met un terme à son adolescence dorée et sa famille doit quitter Saint-Pétersbourg et se réfugier à Londres. Vladimir commence alors des études de Lettres. Il publie des critiques littéraires, des poèmes et un premier roman, 'Machenka', qui lui vaut une petite renommée, parmi la communauté russe de Londres : on voit en lui le plus grand espoir de sa génération. 'Roi, Dame, Valet', parut en 1928, accroît sa réputation.

                                Lorsque l'URSS l'invite à retourner dans son pays natal, il refuse et part enseigner la littérature russe dans les meilleures universités des États-Unis. Naturalisé américain en 1945, il n'obtient la reconnaissance du milieu littéraire américain qu'en 1951, lorsqu'il publie 'Parle', le récit de ses souvenirs d'enfance. Sa notoriété devient mondiale en 1958 avec la publication de 'Lolita', qui provoque un scandale, mais où la critique s'accorde à reconnaître un chef-d' oeuvre. En 1959, il s'installe à Montreux, où il écrit son chef-d' oeuvre, 'Ada' (1969). C'est dans ce lieu qu'il terminera sa vie.

 

 

 

Résumé :

                              Humbert Humbert est en prison pour meurtre. Il raconte tout ce qui l'a conduit jusqu'ici, de son enfance avec son premier amour à sa rencontre des dizaines d'années plus tard avec Dolorès Haze une "nymphette" de 12 ans. Humbert est subjugué par la jeune fille et accepte même d'épouser la mère de Dolorès pour rester d'elle. Jusqu'au jour où la "Grosse Haze" comme la surnomme Humbert découvre la vérité et meurt accidentellement. Commence alors un long voyage en tête à tête entre Humbert et l'adolescence.

 

Mon avis :

                                 Difficile de se lancer dans ce livre en sachant qu'on va lire l'histoire d'un pédophile et je crois que c'est en grande partie pour cela que je l'ai laissé si longtemps dans ma PAL : je n'avais jamais envie de le découvrir malgré le fait que ce livre fait partie des "classiques".

 

                                 Publié en 1960, ce livre a fait un véritable scandale, non sans raison, je crois bien que Vladimir Nabokov est le seul auteur que je connaisse à s'être frotter à ce sujet et cela se comprend : quel personne pourrait approuver un livre où le narrateur pédophile raconte sa vie ? impossible à envisager ... et pourtant Nabokov l'a fait et signe avec ce livre un énorme succès et sa renommée mondiale.

 

                                 Je serai franche, je reste partagée sur ce livre. Humbert Humbert est le personnage principal et le narrateur du récit donc tout est décrit à la première personne du singulier et on se retrouve sans le vouloir dans la tête du pédophile à l'écouter nous raconter ses désirs, ses souvenirs, ses fantasmes sur Dolores... je n'ai vraiment pas aimé me retrouver à cette place car vu la façon dont s'est raconté on pourrait presque croire que ce n'est pas grave et qu'il ne se passe rien de répréhensible. Or, Humbert est quand même un prédateur sexuel et j'ai trouvé cela vraiment malsain. J'ai beaucoup à comprendre comment on peut considérer ce livre comme un classique, je ne pense pas que les plus jeunes puissent comprendre toute l'étendue des crimes du narrateur car l'écriture de Vladimir Nabokov est si belle, si poétique qu'on se laisse prendre au piège et les pages défilent sans qu'on s'en rendent compte.

 

                                 J'ai été séduite par l'écriture de Vladimir Nabokov (je lirai sûrement d'autres romans de cet auteur) et, à ce titre, je comprends le succès qu'à eu ce livre mais malgré cela je gardais toujours à l'esprit ce qu'était Humbert et j'éprouvais toujours de la répulsion : on ne peut pas pardonner ou même comprendre ce genre de chose, c'est juste abominable !

 

                                  Bien évidemment, ceci reste mon avis personnel et n'engage que moi le mieux pour ce faire une idée sur ce livre et de le lire soi-même....

 

Note :

2996558679 2 7 T4z2MaCD

CRC

Commenter cet article

Karine 08/09/2012 11:53

Ce livre est dans ma wish list depuis longtemps !!!

Kincaid 08/09/2012 18:36



A lire au moins une fois !



Tigger Lilly 02/09/2012 21:27

Tu te déconseilles de lire La mort est mon métier alors. Ou American Psycho (mais ça c'est vraiment trash de chez trash).

J'ai eu du mal avec ce livre non pas à cause du sujet mais à cause du côté tiré en longueur du bouquin. Après, c'est sûr, c'est super bien écrit.

Kincaid 03/09/2012 13:47



oh non, je crois que ma soeur a acheté American psycho  !! Faut que je vérifie! merci de l'info !



piplo 01/09/2012 19:53

Je n'en avais pas entendu parler mais je comprends ce que tu veux dire. C'est aussi ça la magie de l'écriture de nous faire aller loin dans le changement de point de vue, très loin. Selon le
contexte, notre histoire ou notre humeur, les limites de ce que l'on supporte sont différentes, et il arrive que le mal-être prenne le pas sur le message ou parfois même sur le style!

Kincaid 02/09/2012 16:26



C'est exactement ça, j'ai essayé de faire passer ce message du mieux que j'ai pu parce qu'il est vrai que l'écriture de Nabokov est tout simplement sublime mais je n'arrivais jamais à occulter ce
qu'était le personnage principal. C'est pour cela que je pense que chaque lecteur aura un ressenti différent vis à vis de ce livre et il faut le lire pour se faire une idée.