Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Kincaid

L'âme du mal, Maxime Chattam

31 Mars 2013, 05:55am

Publié par Kincaid

Couverture La Trilogie du mal, tome 1 : L'Âme du mal

 

Résumé :

Pas plus que sa jeune acolyte, le profileur Brolin ne pense que les serial killers reviennent d'outre-tombe. Fût-il le bourreau de Portland qui étouffait et vitriolait ses victimes avant de les découper. Mais le bourreau est mort et le carnage se poursuit. Le nouveau tueur agit-il seul ou fait-il partie d'une secte? Pure sauvagerie ou magie noire?

Brolin a peur. Cette affaire dépasse tout ce qu'on lui a enseigné. S'immerger complètement dans la psychologie d'un monstre, le comprendre afin de prévoir ses crimes, devenir son double, tels sont les moindres risques de son métier. Peut-on impunément prêter son âme au mal?

 

Mon avis :

 

Lecture commune du 31 Mars 2013 avec : Julianany, Olympe16, Randall

 

       Mon premier Maxime Chattam et je vous le dis tout de suite c'est loin d'être le dernier ! Vous l'aurez sans doute remarquer, je suis loin d'être une lectrice assidue de polar, thriller ou autre. Pourquoi ? Absolument aucune idée, parce qu'à chaque fois que j'en lis c'est toujours une bonne surprise : donc cette année, j'ai décidé de me secouer les puces et de partir à la découverte de ces genres grâce à divers challenge (Baby challenge, challenge Au-delà de la peur…).

 

   Je commence donc avec le petit chouchou français du polar, à savoir Maxime Chattam ! Ayant lu le résumé,

je m'attendais à du glauque et de l'horreur, j'ai donc été extrêmement surprise  de voir que la première partie du livre, bien qu'effrayante, aboutissait à la résolution de l'enquête (ce qui a tendance à rassurer  !) mais c'était sans compter les 400 pages qui restaient !

 

              J'ai trouvé que le récit avait une très bonne dynamique malgré le déséquilibre entre les parties : la première est très courte et fait penser à une nouvelle vu qu'elle possède sa propre fin. Bien qu'elle soit nécessaire pour la suite du roman, j'ai trouvé que ça faisait une cassure dans le roman.  Après, niveau meurtres sanglants et psychopathes terrifiants, on est servi : l'ambiance angoissante crée par l'auteur contribue à mystifier le tueur.

 

              Parmi les personnages principaux : j'ai adoré Juliette, une jeune femme forte et courageuse . L'inspecteur Brolin est pas mal non plus, dans son genre, mais j'ai trouvé que le côté héros qu'il avait au début du roman est terni par la suite et que Juliette s'approprie ce rôle. J'ai trouvé que l'histoire perdait un peu de sa dynamique au cours de ma lecture, la faute sans doute à certaines longueurs et quelques explications en trop notamment au niveau  du jargon policier et médical : l'auteur nous explique tout dans les moindres détails alors que la plupart des termes abordés se retrouvent dans toutes les séries policières que l'on peut être amené à voir.

 

             Je ne dévoilerai rien de l'intrigue vu que c'est le cœur du polar mais je ne peux que vous conseiller cette lecture !

 

Note : 

http://nsa34.casimages.com/img/2013/03/01/mini_130301045122616775.jpgSans titrehttp://imageshack.us/a/img6/7897/thrillerbadge.png

 

Quelques mots sur l'auteur : Maxime Chattam

Maxime Chattam, nom d'auteur de Maxime Drouot, est un romancier français, spécialisé dans le roman policier.

 

Il suit le Cours Simon, devient figurant dans un spectacle de Robert Hossein, et joue dans plusieurs téléfilms. Au cours de son enfance, le jeune Maxime fait de fréquents séjours aux États-Unis: sa première destination en 1987 est Portland dans l'Oregon, ville qui lui inspirera son premier thriller (Le 5ème règne, 1999).

 

Il fait plusieurs petits boulots et reprend ses études de Lettres modernes. Pour se faire connaître du milieu du livre, il devient libraire. 

 

Il suit une formation de criminologie pendant un an où il étudie la psychiatrie criminelle, la police technique et scientifique et la médecine légale. Il assiste même à des autopsies et rencontre des spécialistes pour préparer son roman.

 

Toujours libraire, il consacre ses week-ends à son projet de thriller. Il rédige L'âme du mal en 2001.

 

Maxime Chattam est membre du collectif d'artistes La Ligue de l'Imaginaire. Il est marié à l'animatrice Faustine Bollaert depuis le 31 août 2012 

Voir les commentaires

L'étrange pouvoir de Finley Jayne, Kady Cross

30 Mars 2013, 20:42pm

Publié par Kincaid

Couverture Steampunk Chronicles, tome 1 : L'étrange pouvoir de Finley Jayne

 

Résumé :

Londres 1897, âge des automates pensants et du Dr Jekyll…

Finley Jayne, 16 ans, a un sacré problème : depuis quelques mois, deux personnalités opposées cohabitent à l’intérieur d’elle ! Et son côté sombre tout à la fois l’effraie et lui joue des tours. Que lui arrive-t-il ? A qui peut-elle en parler ? Et d’où lui viennent soudain cette force et ces colères extraordinaires ? Une nuit, alors qu’elle vient d’administrer une correction à un jeune lord qui tentait d’abuser d’elle, elle fuit à toute vitesse sur son vélo et… percute de plein fouet Griffin, Duc de Greythorne, qui la ramène à son manoir pour la soigner. Cette rencontre va bouleverser sa vie et la lancer dans de folles péripéties : Griffin et son petit groupe d’amis aux pouvoirs prodigieux sont en effet à la recherche du dangereux Machiniste, un inventeur mégalo assisté d’une armée d’automates, qui brigue la couronne d’Angleterre…

 

Mon avis :

 

Lecture commune du 30 Mars 2013 avec Flo-tous les livres, Ivy read, Sokitty, Les chroniques d'Arwen

 

                  Me voilà en plein dans l'univers Steampunk au côté d'une héroïne pour le moins atypique ! Après lecture du préquelle, je m'attendais à en savoir plus sur les étranges pouvoirs de Finley mais certainement pas à une adaptation du Dr Jekyll et Mr Hyde à la sauce steampunk : et pourtant le mélange est bon et a su attirer mon attention.

 

                   La dualité des personnalités de Finley en fond tour à tour une héroïne courageuse qui n'hésite pas à protéger ses amis mais également une personne douce et aimante qui souffre de sa solitude. J'ai trouvé l'univers inventé par Kady Cross vraiment surprenant, notamment les Organiens qui sont à l'origine de nombreuses inventions et autres bizarreries !

 

                   Bien que l'univers crée par l'auteur m'est enchanté, en particulier le côté steampunk avec touts ces machines et autres découvertes futuristes, j'ai trouvé que le récit avait tendans à perdre sa dynamique : des longueurs, une intrigue qui part un peu dans tous les sens... heureusement les personnages Griff, Sam et Emily sont très attachants et apportent chacun de par leur personnalité respective une bonne ambiance car ils se complètent les uns les autres.

 

                   Par rapport à la nouvelle que j'avais vraiment beaucoup aimé, je suis un peu plus partagée face à ce second tome qui bien qu'explorant plus en profondeur l'univers de Finley Jayne laisse l'intrigue partir en vrille : j'ai beau me dire que la collection Darkiss est avant tout réservée à des ados et qu'ils trouveront leur compte avec cette histoire, je m'attendais quand même à un récit plus travaillé. 

 

Note :

 

 

Quelques mots sur l'auteur : Kady Cross

Kady Cross

Kady Cross est le pseudonyme de l'auteure de best-sellers classés sur la liste du New York Times, Kathryn Smith.

 

Après avoir travaillé comme journaliste, elle s'inscrit à l'Université pour étudier la littérature et commence a travaillé sur son premier romance historique Elusive Passion, publié en 2001. 

 

Elle est l'auteur de plus de 20 ouvrages parues sous son nom, dont la série Brotherhood of Blood. Elle a également publié sous le pseudonyme Kate Locke.

 

Elle vit dans le Connecticut avec sa famille.

 

site:  http://www.kadycross.com/about/

 

page Facebookhttps://www.facebook.com/AuthorKateCross 

Voir les commentaires

L'étrange secret de Finley Jayne, Kady Cross

30 Mars 2013, 20:31pm

Publié par Kincaid

Couverture Steampunk Chronicles, tome 0.5 : L'étrange secret de Finley Jayne

 

 

Résumé :

                Finley Jayne voudrait bien n’être qu’une jeune fille comme les autres. Mais, depuis quelque temps, elle sent se développer en elle une part sombre qui lui donne d’étonnants pouvoirs. Des pouvoirs qu’elle va bientôt mettre à l’épreuve d’une terrifiante machination…

 

Mon avis :

            Avant de commencer la série "Steampunk Chronicles", je n'avais que de vagues connaissances sur ce nouveau genre qu'est le Steampunk... mais après lecture de ce préquelle, je me rends compte de la richesse qu'offre ce mouvement en alliant des technologies modernes à une époque victorienne !

 

            Ce préquelle est une mise en bouche savoureuse qui met en place l'univers dans lequel gravite Finley Jayne et aborde sans rentrer dans les détails certaines particularités qui font de cette jeune fille un être totalement à part. Je ne vous cache pas que cette nouvelle se lit très (trop) vite et qu'une fois refermée, on n'a qu'une envie : se jeter sur le premier tome pour en savoir plus !

 

            Cette nouvelle est bien construite et offrira au lecteur un agréable moment de lecture. 

 

Note : 

 

Quelques mots sur l'auteur : Kady Cross

Kady Cross

Kady Cross est le pseudonyme de l'auteure de best-sellers classés sur la liste du New York Times, Kathryn Smith.

 

Après avoir travaillé comme journaliste, elle s'inscrit à l'Université pour étudier la littérature et commence a travaillé sur son premier romance historique Elusive Passion, publié en 2001. 

 

Elle est l'auteur de plus de 20 ouvrages parues sous son nom, dont la série Brotherhood of Blood. Elle a également publié sous le pseudonyme Kate Locke.

 

Elle vit dans le Connecticut avec sa famille.

 

site:  http://www.kadycross.com/about/

 

page Facebookhttps://www.facebook.com/AuthorKateCross 

Voir les commentaires

Cette nuit-là, Linwood Barclay

29 Mars 2013, 09:53am

Publié par Kincaid

Couverture Cette nuit-là

 

 

Résumé :

Vous vous réveillez un matin, la maison est vide, votre famille a disparu...

 

Cynthia a 14 ans lorsqu'elle se réveille un matin dans une maison vide, ses parents et son frère disparus, sans un mot alors que sa mère ne quitte jamais le domicile sans une petite note pour sa fille. 25 ans plus tard, Cynthia ignore toujours ce qu'il s'est passé cette nuit-là. L'ont-ils abandonnée? Ont-ils été assassinés? Cynthia, aujourd'hui mariée et mère de famille, doit savoir. Très vite, des incidents étranges remettent l'enquête au goût du jour. Cynthia s'approche-t-elle de la vérité? Ou bien est-elle en train de perdre la tête?

 

Mon avis :

Lecture commune du 29 Mars 2013 avec C'era una volta, clédesol, Ingrid59, Flo-tous-les-livres, Litchiandcie, Belledenuit, Lizouzou, Stéphanie plaisir de lire, Soundandfury, Elsinka, Dawn, Chloé

 

                 Quel livre ! Une fois commencé, je n'ai pas pu le refermer tant l'histoire est prenante ! Je ne connaissais pas Linwood Barclay mais ce qui est sûr, après lecture de ce livre, c'est que c'est le premier d'une longue série car je compte bien découvrir les autres romans de cet auteur !

 

                 Rien qu'en lisant le résumé, je me suis dit que j'allais me régaler et la suite n'a fait que me donner raison. L'auteur, Linwood Barclay, prend le temps de metre en place l'histoire : les souvenirs de Cynthia, les lieux, la nouvelle vie du personnage : on découvre tout cela peu à peu ce qui nous permet d'en un premier temps de mieux appréhender le choc émotionnel qu'a vécu Cynthia lors de la disparition de sa famille. Le fait que l'auteur choisisse son mari comme narrateur, nous permet d'avoir un point de vue plus externe de la situation puisqu'il n'a pas vécu directement le traumatisme mais il est quand même concerné car c'est sa famille qui se retrouve écartelée par cette situation.

 

                  Comme je vous le disais plus haut, une fois que l'on commence à lire c'est difficile à s'arrêter surtout quand les évènements commencent à devenir inquiétant vers les pages 150-200 : coups de fils anonymes, apparition de chapeau ayant appartenu au père de Cynthia... c'est difficile de cerner avec précision ce qu'il se passe réellement : comme la jeune femme, on ne se fait guère d'illusion lors de la diffusion de l'émission TV : on pense que sa famille est morte mais comment ? mystère et boule de gomme ! Alors quand les premiers évènements bizarres arrivent, on se demande vraiment ce qui se passe : quel intérêt aurait le tueur à remettre cette affaire au goût du jour ???

 

                  A partir de là, je ne dirai rien de plus mais c'est juste incroyable ! On passe de découverte en rebondissement pour le moins inattendu et on savoure chaque page jusqu'à la fin ! L'intrigue est magnifiquement menée et l'intérêt du lecteur est conservé jusqu'à la fin et quelle fin !!!!

 

                  Bref, un livre à lire absolument !

 

Note :6b45701f

 

 

Sans titre http://imageshack.us/a/img6/7897/thrillerbadge.png

 

Quelques mots sur l'auteur : Linwood Barclay

Linwood Barclay

 

                  Linwood Barclay est né en 1955 dans le Connecticut (U.S.A), sa famille émigre au Canada alors qu'il est tout juste âgé de quatre ans.

 

                  Tout en suivant ses études, il fait divers petits boulots avant d'entamer une carrière de journaliste en 1977, aussitôt son diplôme de littérature anglaise (BA) obtenu à l'Université Trent de Peterborough (Ontario). Il commence dans un petit journal local "The Peterborough Examiner", passe ensuite quelque temps au "Oakville Journal Record" et finit par entrer en 1981 au "Toronto Star", le journal le plus distribué au Canada.

 

                   Il passe par tous les postes, gravit tous les échelons de l'édition avant de devenir, en 1993, le plus populaire des chroniqueurs de la page "Vie quotidienne". 

 

                    Après le succès de Cette nuit-là (No time for goodbye) (2007), Les Voisins d'à côté (Too close to home) (2008), couronné au Canada par le Arthur Ellis Award, est son deuxième roman. Ne la quitte pas des yeux est son troisième roman paru chez Belfond en 2011 en France.

 

                    Régulièrement en tête des ventes en Angleterre, traduit dans une dizaine de langues, Linwood Barclay s'affirme comme un auteur majeur du polar.

 

                    Il vit à Burlington avec son épouse Neetha dont il a eu deux enfants.

Voir les commentaires

Lundi 25 Mars 2013

25 Mars 2013, 05:38am

Publié par Kincaid

cest-lundi

 

 

Ce que j'ai lu la semaine dernière :

Couverture Cette nuit-là Couverture Steampunk Chronicles, tome 0.5 : L'étrange secret de Finley Jayne Couverture Vivants Couverture À tout jamais

 

 

Ce que lis :

Couverture Steampunk Chronicles, tome 1 : L'étrange pouvoir de Finley Jayne

 

Ce que je vais lire ensuite :

Couverture L'Écume des jours Couverture Repas éternel Couverture Chair de poule, tome 02 : La Nuit des pantins Couverture Waynest, tome 1 : Traquée

 

Et vous, que lisez-vous ?

Voir les commentaires

Je l'aimais, Anna Gavalda

24 Mars 2013, 08:00am

Publié par Kincaid

Couverture Je l'aimais

 

 

Résumé :

On biaise, on s'arrange, on a notre petite lâcheté dans les pattes comme un animal familier.

On la caresse, on la dresse, on s'y attache. C'est la vie. II y a les courageux et puis ceux qui s'accommodent. C'est tellement moins fatigant de s'accommoder... " A-t-on le droit de tout quitter, femme et enfants, simplement parce que l'on se rend compte - un peu tard - que l'on s'est peut-être trompé ? Adrien est parti. Chloé et leurs deux filles sont sous le choc. Le père d'Adrien apporte à la jeune femme son réconfort.

À sa manière : plutôt que d'accabler son fils, il semble lui porter une certaine admiration. Son geste est égoïste, certes, mais courageux. Lui n'en a pas été capable. Tout au long d'une émouvante confidence, il raconte à sa belle-fille comment, jadis, en voulant lâchement préserver sa vie, il a tout gâché.

 

 

Mon avis :

                  Encore une fois, encore une auteure très connue que je ne connaissais pas du tout ! Et bien ce roman ne m'a pas vraiment donné envie de creuser plus avant dans sa bibliographie.

 

                   Bien que le style d'écriture soit plaisant, la façon dont le récit est organisé est assez déconcertant : au départ, je ne comprenais strictement rien et il faut de nombreuses pages avant d'arriver à établir les liens qui unissent les différents protagonistes de l'intrigue. Pour bien tout comprendre, je crois qu'il m'a fallu la moitié du roman et après on est parti dans les souvenirs du grand père sans savoir ce que ça apporté à l'histoire. Je ne suis pas du tout rentrée dans le livre, les personnages ne m'ont pas ému au contraire je les trouvé fade et sans intérêt ce qui a énormément contribué à ma déception.

 

                   J'ai terminé le livre en me disant "ben oui, et alors ?" : on est pas plus avancé que quand on a commencé le livre, en tout cas, c'est ce que j'ai ressenti. Une grosse déception !

 

 

Note :

Sans titre

 

Quelques mots sur l'auteur : Anna Gavalda

Anna Gavalda

Après avoir grandi en Eure-et-Loir dans une atmosphère folklorique, Anna Gavalda est envoyée en pension, à l'âge de quatorze ans, à la suite de la séparation de ses parents. Un parcours scolaire littéraire classique : hypokhâgne suivie d’une maîtrise de lettres modernes à la Sorbonne. Anna lit beaucoup et aime écrire.

 

Elle exerce divers petits boulots (serveuse, caissière...) avant de décider d’envoyer sa candidature à Madame Figaro. Elle y témoigne pour un dossier sur les enfants de parents divorcés. Profitant du calme de la Seine-et-Marne, elle cumule les métiers de chroniqueuse pour le Journal du Dimanche, de professeur de français et d'assistante-vétérinaire. Elle est également mère de deux enfants.

 

L’aventure littéraire commence réellement en 1992, année où elle devient lauréate France Inter pour "La Plus Belle Lettre d’amour". Dans la foulée, elle rafle la mise à de nombreux concours de nouvelles et essaie de se faire publier sans succès. Finalement, Le Dilettante lui offre sa chance. 

 

"Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part", son premier recueil, obtient le Grand Prix RTL-Lire en 2000. Il sera réimprimé douze fois (200 000 exemplaires écoulés en France) et traduit dans 27 pays. En 2002 paraîtra son premier roman, "Je l'aimais", adapté au cinéma par Zabou Breitman en 2009. Suivront un roman pour adolescents en 2002 et son grand succès, "Ensemble, c'est tout" en 2004, adapté au cinéma par Claude Berri.

 

Aujourd'hui, divorcée avec deux enfants, Anna Gavalda vit à Melun, où elle est documentaliste à mi-temps dans un collège. Elle est également chroniqueuse pour le magazine Elle. 

Voir les commentaires

Miroirs de sang, Dean Koontz

22 Mars 2013, 09:39am

Publié par Kincaid

Couverture Miroirs de sang

 

 

Résumé :

Mary Bergn a le don de clairvoyance : elle peut voir de ses yeux des meurtres qui se commettent ou vont se commettre loin d'elle. Son pouvoir lui a déjà permis d'élucider ou même d'empêcher bien des crimes, mais elle le paie très cher : elle est poursuivie par la vision de belles jeunes femmes sauvagement mutilées et ses nerfs sont mis à rude épreuve.

Pourquoi ne voit-elle pas le visage du sadique ? Chaque fois qu'elle croit y parvenir, elle entend ces bruissements d'ailes de chauve-souris et tout bascule. Mais l'assassin, lui, semble tout savoir d'elle…

 

Mon avis :

      Mon premier Dean Koontz ! Quelle déception !

      Je m'explique : j'ai entendu parler de cet auteur comme d'un grand maître de l'horreur et je m'attendais vraiment à quelquechose d'effrayant mais seule la fin répond à ce critère. J'ai trouvé que l'histoire traînait en longueur plus d'une fois, l'intrigue peine à démarrer et s'embourbe plus d'une fois dans des scènes mélodramatique où Mary nous fait part de ses peurs/doutes/incertitudes et c'est très lassant vu le nombre de fois où ça se présente.

 

       Mary est une clairvoyante qui aide la police à attraper des tueurs en série grâce à ses dons : elle est épaulée de son mari Max et de son frère Allan. Au niveau des personnages, le seul que j'ai apprécié c'est Max car malgré son côté fleur bleue pas très normal chez un homme de son gabarit, on se laisse attendrir par ce gros nounours. Par contre Allan, je ne l'ai pas senti depuis le début et le livre me donnera raison ce qui m'amène à la conclusion que l'intrigue est mal travaillé puisque dès le début on le soupçonne d'être louche !

       Bref, une grosse déception car je me suis ennuyée pendant une grande partie du roman, seule la fin relève un peu le tout mais pas assez pour me laisser un bon souvenir de cette lecture !

 

 

Note :

 

Sans titrehttp://www.passionlitteraire.be/images/Challenges/2013.jpg

 

 

Voir les commentaires

A tout jamais, Nicholas Sparks

21 Mars 2013, 00:29am

Publié par Kincaid

Couverture À tout jamais

 

 

Résumé :

Chaque mois d’avril, Landon Carter est assailli par les souvenirs de sa dernière année de lycée. C’était en 1958, dans la petite ville de Beaufort, en Caroline du Nord. Fils de bonne famille, il aimait retrouver ses amis en classe, inviter ses jolies camarades, faire le mur de temps en temps, et se moquer de la fille du pasteur : avec sa bible, son éternel chignon et son dévouement sans faille qui plaisait tant aux grandes personnes , Jamie Sullivan avait le don de l’agacer. Pour le bal du lycée, Landon, qui se retrouve sans cavalière, est contraint de l’inviter. Elle le prévient : « D’accord, mais promets-moi de ne pas tomber amoureux de moi. » La vie en décide autrement : entre les deux jeunes gens, c’est le coup de foudre. Mais Jamie apprend à Landon qu’elle n’a plus que quelques mois à vivre.

 


Mon avis :

                 Tout d'abord, je tiens à dire que c'est vraiment dommage que le résumé révèle la maladie de Jamie car c'est un rebondissement énorme dans l'histoire et l'effet s'en trouve amoindrie : dès le début, on sait ce qui va nous tomber sur le coin du nez ! Je trouve que c'est vraiment dommage car l'histoire s'en trouve dévoilée avant le bon moment !

                  Bien évidemment, j'étais en larmes dès la moitié du roman (maudit résumé !!!) : j'ai un vrai coeur d'artichaut et je suis bon public alors évidemment l'histoire m'a plu car elle m'a profondément ému. C'est très bie écrit, Nicholas Sparks arrive en peu de temps à rendre ses personnages principaux attachants et on a envie de les voir poursuire leur idylle mais j'ai trouvé que bien des fois, le récit était un peu trop plat et ne reflétait pas la vie réelle ! Autres points : le récit s'achève brusquement : j'aurais aimé savoir ce qu'il advient de Landon, ce qu'il décide de faire de sa vie, est ce qu'il est pris à la fac... et bien pouf,  tout s'arrête et on n'en sait pas plus !

                  Jamie est attachante : un peu trop parfaite pour être réelle mais ça fait partie de la beauté de l'histoire ! c'est toujours les meilleurs qui partent en premier !

                  En bref, un bon moment de lecture malgré quelques petits couacs !

 

Note :

 

http://imageshack.us/a/img405/9923/romancebadge.png

Voir les commentaires

Soie, Alessandro Baricco

20 Mars 2013, 10:34am

Publié par Kincaid

Couverture Soie

 

Résumé :

Vers 1860, pour sauver les élevages de vers à soie contaminés par une épidémie, Hervé Joncour entreprend quatre expéditions au Japon pour acheter des oeufs sains.

Entre les monts du Vivarais et le Japon, c'est le choc de deux mondes, une histoire d'amour et de guerre, une alchimie merveilleuse qui tisse le roman de fils impalpables. Des voyages longs et dangereux, des amours impossibles qui se poursuivent sans jamais avoir commencé, des personnages de désirs et de passions, le velours d'une voix, la sacralisation d'un tissu magnifique et sensuel, et la lenteur, la lenteur des saisons et du temps immuable. 

 

Mon avis :

                  Encore une étonnante découverte réalisée grâce à un challenge ! Je n'avais jamais entendu parler de ce livre et je ne savais même pas à quoi m'attendre avant de commencer. Et pourtant…. Un vrai coup de cœur !

 

                    Toute la force de ce roman ne réside pas dans son sujet : l'amour mais dans l'écriture d'Alessandro Barrico, si simple et pourtant si poétique : une écriture qui vous emmène au-delà des chemins de la banalité pour une expérience livresque unique.

 

                    Comme je vous le disais précédemment, le sujet est, en  lui-même assez banal : Hervé Joncour élève des vers à soie afin d'en récupérer le précieux fil mais devant de graves épidémies qui dévastent les séricicultures, il n'a d'autres choix que d'aller acheter ses œufs de plus en plus loin : c'est ainsi qu'il se retrouve aux portes du Japon qui commence doucement à ouvrir ses frontières. Là-bas, il fait la rencontre d'une jeune femme appartenant à l'un des hommes les plus puissants de l'île et c'est un véritable coup de foudre ! Chaque année, même pendant la guerre, il fera le voyage jusqu'au Japon afin de la revoir, même quelques instants. Hervé Joncour se retrouve confronté entre sa passion dévorante pour une inconnue japonaise et l'amour sincère qu'il voue à sa femme Hélène.

 

                 Un roman court et poignant qui revisite magnifiquement un des plus beaux sentiments humains : l'amour !

Note : 6b45701f

CRC

 

Quelques mots sur l'auteur : Alessandro Baricco

Alessandro Baricco

 

Alessandro Baricco (né le 28 janvier 1958 à Turin, Piémont - ) est un écrivain, musicologue et homme de théâtre italien contemporain.

 

Après des études de philosophie et de musique, Alessandro Baricco s'oriente vers le monde des médias en devenant tout d'abord rédacteur dans une agence de publicité, puis journaliste et critique pour des magazines italiens. Il a également présenté des émissions à la télévision italienne (RAI) sur l'art lyrique et la littérature. Il est un des collaborateurs du journal La Repubblica où il a publié en 2006 un feuilleton, intitulé I Barbari (Les Barbares).

 

En 1991, il publie, à 33 ans, son premier roman « Châteaux de la colère », pour lequel il obtient, en France, le Prix Médicis étranger en 1995. Il a également écrit un ouvrage sur l'art de la fugue chez Gioacchino Rossini et un essai, L'Âme de Hegel et les Vaches du Wisconsin où il fustige l'anti-modernité de la musique atonale.

 

En 1994, avec quelques amis, il fonde et il dirige à Turin une école de narration, la Scuola Holden - ainsi nommée en hommage à un personnage de J. D. Salinger - une école sur les techniques de la narration, où l'on peut « apprendre à écrire » dans un premier temps ; à « écrire comme lui » dans un second temps.

 

Passionné et diplômé en musique, Alessandro Baricco invente un style qui mélange la littérature, la déconstruction narrative et une présence musicale qui rythme le texte comme une partition. Sa traductrice, Françoise Brun, écrit, à propos de son style : « Mais ce qui n'appartient qu'à lui, c'est l'étonnant mariage entre la jubilation de l'écriture, la joie d'être au monde et de le chanter, et le sentiment prégnant d'une fatalité, d'un destin. »

 

Désireux de méler ses textes à la musique pour les enrichir (puisqu'il les construit dans cet esprit), il demande au groupe musical français Air de composer une musique pour City (2001). Il s'en suit un concert dans lequel Air joue la musique en live et Baricco lit ses textes en public. 

Voir les commentaires

Antigone, Jean Anouilh

19 Mars 2013, 06:10am

Publié par Kincaid

      Couverture Antigone

 

 

Résumé :

"L' Antigone de Sophocle, lue et relue et que je connaissais par coeur depuis toujours, a été un choc soudain pour moi pendant la guerre, le jour des petites affiches rouges. Je l'ai réécrite à ma façon, avec la résonance de la tragédie que nous étions alors en train de vivre."

 

Antigone est la fille d'Œdipe et de Jocaste, souverains de Thèbes. Après le suicide de Jocaste et l'exil d'Œdipe, les deux frères d'Antigone, Étéocle et Polynice se sont entretués pour le trône de Thèbes. Créon, frère de Jocaste et – à ce titre – nouveau roi, a décidé de n'offrir de sépulture qu'à Étéocle et non à Polynice, qualifié de voyou et de traître. Il avertit par un édit que quiconque osera enterrer le corps du renégat sera puni de mort. Personne n'ose braver l'interdit et le cadavre de Polynice est abandonné à la chaleur et aux charognards.

 

Seule Antigone refuse cette situation. Malgré l'interdiction de son oncle, elle se rend plusieurs fois auprès du corps de son frère et tente de le recouvrir avec de la terre. Ismène, sa sœur, informée de sa décision, refuse de la suivre, craignant sa propre mort.

 

Très vite, Antigone est prise sur le fait par les gardes du roi. Créon est obligé d'appliquer la sentence de mort à Antigone

 

Mon avis :

          J'ai découvert ce livre pour la première fois quand j'étais en troisième. On était à la fin de l'année et les cours prenaient un agréable goût de vacances alors plutôt que de jouer aux cartes, la prof avait voulu nous faire découvrir cette œuvre : elle nous a fait la lecture pendant près d'une heure ! j'en garde encore un très bon souvenir et j'avais hâte de me replonger dans cette tragédie qui avait su me marquer une dizaine d'années auparavant !

 

                  Cet été, j'ai lu "Antigone" de Sophocle et je n'ai pas été emballée par l'histoire : malgré la gravité du thème abordée, je n'ai pas su m'identifier à cette Antigone. Ce ne fut pas le cas avec celle d'Anouilh : il l'humanise, la rend proche de nous, nous fait partager ses peurs et ses interrogations.

 

                  Pour un petit rappel de l'histoire : Antigone, fille d'Oedipe, est condamnée par son oncle Créon à mourir pour avoir désobéi aux décrets qu'il avait énoncé. Suite à la bataille qui a sévi à Thèbes, Antigone a vu mourir ses deux frères : Etéocle, qui s'est battu pour la cité a été enterré avec tous les honneurs dus à son rang mais Polynice pour avoir pris les armes contre la cité est condamné à pourrir devant les murailles de la ville sans sépulture.

 

                   Or malgré le danger, Antigone ne peut se résoudre à laisser un de ses frères sans sépulture. C'est donc au mépris des lois et de sa propre vie qu'elle va déposer de la terre sur son cadavre jusqu'à ce qu'elle soit prise en flagrant délit : elle sait qu'elle va mourir pourtant elle ne peut pas se résigner à abandonner son frère même si pour cela elle doit abandonner Hémon son amoureux et le petit garçon qu'ils ont eu en rêve.

 

                   Tragédie en un seul acte qui a su encore une fois m'envoûter : c'est très bien écrit, la justesse des sentiments, le phrasé…. Difficile de rester insensible à cette histoire qui montre le courage de cette jeune fille.

 

Note : 6b45701f

 

2996558679 2 7 T4z2MaCD

 

Quelques mots sur l'auteur : Jean Anouilh

 

 

Il est fils d'un tailleur et d'une professeur de piano.

                    C'est au lycée que nait sa passion pour le théâtre. Après son bac il entreprend des études de droit qu'il abandonne au bout d'un an et demi.En 1928 il rencontre Cocteau et Giraudoux. En 1929, sa première pièce est un échec. En 1932, il devient le secrétaire de Louis Jouvet et travaille parallèlement dans une agence de publicité.En 1937, il connait son premier succès public avec Le bal des voleurs.

                     Durant la guerre, il ne prend pas parti dans ses textes ce qui lui sera reproché. Mais héberge la femme d'un de ses collègues juif. En 1949, il s'engage pour essayer de sauver l'écrivain collaborateur Robert Brasillach de la peine de mort; en vain. Cette exécution le marque profondément. En1961, après l'échec de La Grotte, il se tourne vers la mise en scène.En 1980, il reçoit le grand prix du théâtre de l'Académie Française. Il restera actif jusqu'à la fin de sa vie.

 

Voir les commentaires

1 2 3 > >>