Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Kincaid

Wanted

31 Juillet 2009, 23:39pm

Publié par Kincaid

Wanted: Choisis Ton Destin

Thriller / Action

Date de sortie :
16 Juillet 2008
Réalisé par : Timur BEKMAMBETOV
Avec : James McAvoy , Angelina Jolie , Morgan FREEMAN ...
Durée : 1h50min

Pays de production : américain

Titre original : WANTED

Distributeur : Paramount Pictures France

Wes, 25ans, n'en fout pas une et sa vie lui fait horreur. Au boulot, son patron l'humilie devant ses collègues, chez lui, sa copine enflamme les sens de tous les hommes qui passent. Résultat : Wes est sous calmant. Heureusement, sa vie va changer. Fox, une bombe atomique, surgit dans son quotidien, et Wes intègre la Fraternité, une bande d'assassins qui existe depuis des siècles, et à laquelle appartenait son père. Bien sûr, après l'existence qu'il a menée, le transformer en prédateur vif comme l'éclair demande un peu d'entraînement... Mais Wes se sent revivre et il excelle dans sa nouvelle mission, jusqu'au jour où il découvre qu'on le manipule.


Mon avis :

Du grand n'importe quoi, 100% action, servi par un casting de choc : Angelina Jolie, Morgan Freeman...
des scènes surréalistes que le réalisateur espère nous faire gober avec une explication vaseuse. Dans l'ensemble, c'est très médiocre malgré de bons effets spéciaux, à regarder si vous voulez un film d'action sans prétention !!!
Mais c'est assez décevant, je ne comprends pas comment un acteur aussi prestigieux que morgan freeman a accepté de tourner dans un film comme ça... et deuxième point que je n'ai pas aimé : utiliser des rats pour véhiculer des explosifs!!!

Voir les commentaires

Gone baby gone

31 Juillet 2009, 09:47am

Publié par Kincaid



Réalisé par :
Ben Affleck
Avec : Casey Affleck , Michelle MONAGHAN , Morgan FREEMAN ...

=Durée : 1h55min
Pays de production : américain

Titre original : Gone Baby Gone

Distributeur : Walt Disney Motion Pictures France

Dans une banlieue ouvrière de Boston, Amanda, quatre ans, a disparu. Après l'échec des recherches menées par la police, sa tante et son oncle font appel à des détectives privés, Patrick Kenzie et Angie Gennaro. Patrick et Angie connaissent bien le quartier, au point de savoir, qu'Hélène, la mère d'Amanda, est une droguée. Plus ils enquêtent, plus ils découvrent l'envers de la ville dans ce qu'elle a de plus sombre. Ils s'enfoncent au-delà des mensonges et des faux-semblants vers les secrets les plus noirs de la ville, là où règnent les dealers, les criminels et les pédophiles...


Mon avis :
Un film qui nous plonge dans l'Amérique des laissers pour compte prenant pour toile de fonds une enquête policière traitant d'un enlèvement d'enfants. Le film commence avec la disparition de la jeune Amanda. Patrick et Angie sont engagés pour apporter leurs aides aux policiers. Ce qu'ils découvrent sur la mère, laisse à penser que la petite a été enlevée. Par la suite, les choses ne se passent pas comme prévu et alors que tout le monde croit la petite morte, Patrick commence à mettre en évidence l'effroyable vérité et il sera amené à faire des choix qui auront des répercussions importantes sur sa vie.
 Gone baby gone bénéficie d'une intrigue bien ficelée, d'une ambiance particulière et d'acteurs très convaincants, à commencer par l'acteur principal qui interprète le rôle de Patrick, toujours homme de la situation. Une très belle surprise, avec en prime une réflexion sur les choix que l'on est amené à faire et leurs répercussions.

Voir les commentaires

Les fiancés du crépuscule de Maggie Shayne

31 Juillet 2009, 08:42am

Publié par Kincaid

Livre lu dans le cadre des Harlequinades 2009 :




Résumé :

Les fiancés du crépuscule, Maggie Shayne Condamnés à la solitude éternelle, ils n'ont pas le droit d'aimer. Mais vont-ils être capables de résister à l'appel du crépuscule ? Un appel troublant, fascinant... irrésistible...

Eric, Roland et Damien, ne se sont jamais rebellés contre le sort qui, par une nuit fatidique, a fait d'eux des créatures de l'ombre, des vampires. Ils ont accepté ce destin tragique qui les condamne années après années, siècles après siècles, à une vie de solitude et de ténèbres. Un destin qui les expose également à la méfiance, au rejet et parfois même, à de terribles menaces.
Mais, alors qu'ils s'apprêtent une fois de plus à livrer bataille contre ceux qui ont juré leur perte, ils comprennent très vite que cette nouvelle lutte sera plus terrible encore que toutes les autres. Non seulement parce qu'ils vont devoir affronter des ennemis particulièrement redoutables, mais parce que, chacun à leur tour, ils vont devoir résister à l'appel d'une femme. Un appel tendre et vibrant auquel ils n'ont, hélas, pas le droit de répondre. Car, posséder une femme revient à la détruire...

A propos de l'auteur
Auteur de nombreux romans à succès, Maggie Shayne s'est surtout illustrée dans le domaine du suspense et du paranormal. Régulièrement classée sur les listes du New York Times et de USA Today, elle explore avec brio ses thèmes de prédilection : la passion, la folie, la culpabilité et la rédemption.



Mon avis :
Un livre Harlequin qui parle de Vampire, evidemment je n'ai pas pu résister !!!  Le livre contient trois histoires liées les une aux autres car les personnages se connaissent entre eux.

Comme pour le livre précédent, je ne parlerai que de la première :
Tamara est une jeune femme d'une vingtaine d'années, vivant avec son père adoptif mais depuis quelques temps, elle n'arrive plus à trouver le sommeil et fait d'horribles cauchemards : elle cherche celui qui peut l'aider sans se souvenir de son nom malgré le danger qui la menace. Elle et son père travaille pour une organisation qui s'occupe d'évènements ou de personnes spéciales, comme ce jeune garçon dont Tamara s'occupe et dont les présentiments véridiques peuvent être associés à des visions.
Un soir d'insomnie, elle décide d'aller à la patinoire, sans savoir qu'Eric, le vampire, qui est étrangement attirée par elle,la surveille, non loin de là. Elle finit par s'en apercevoir et loin d'être effrayée, elle se sent en sécurité à ces côtés, c'est comme si elle avait retrouvé une part d'elle même.
Ce qui est un peu le cas, car Eric et Tamara se connaissait déjà avant ça mais la jeune femme ne s'en souvient pas.
S'ensuit un chassé-croisé amoureux entre les deux personnages, dont l'union dérange, notamment son beau-père qui traque le vampire Eric depuis de nombreuses années avec son disciple.
Pour sauver celui qu'elle aime, Tamara devra apprendre l'effroyable vérité sur son passé et pardonner ou vivre dans la haine jusqu'à sa mort.
Un roman empreint d'une très grande sensibilité et qui traite du sujet des âmes soeurs avec beaucoup de douceur. Néanmoins certains passages sont d'une rare violence, il y a des meurtres, une tentative de viol, un Kidnapping... ce qui donne une dimension obscure à cette histoire d'amour atypique.
Un roman sans prétention, qui ne renouvelle pas le genre vampirique mais une belle histoire tout de même!!!

Note :

Voir les commentaires

The duchess

30 Juillet 2009, 19:52pm

Publié par Kincaid


Mon avis :
Un film que j'ai a-do-ré, éblouissant par ses personnages et ses costumes, une magnifique représentation de cette époque avec un brin de modernité qui nous montre le combat d'une femme pour s'imposer dans un univers essentiellement fait pour les hommes, une femme qui cherche à ré-acquérir la liberté qu'elle avait avant de se marier. Sous le joug d'un mari tyrannique qui lui fait subir tout les outrages, elle va trouver du réconfort auprès de ses enfants avant que sa relation avec Charles Grey ne deviennent plus intimes. Cette relation mise au grand jour, notre duchesse doit choisir entre Charles et ses enfants.
Un film à voir et à revoir !!!!
Si vous n'êtes toujours pas convaincu, un petit tour des critiques s'impose


Tour des critiques
Première
(Novembre 2008)
Saul Didd a fait un excellent travail d'adaptation du livre d'Amanda Foreman, en rendant compte aussi bien des signes extérieurs de la puissance britannique que du prix individuel à payer pour l'atteindre.

Cinélive (Novembre 2008)
Un film d'époque efficace au royaume des romances contrariées et de la perte des illusions.

Télérama - Aurélien Ferenczi (12 novembre 2008)
(.. .) Keira Knightley prouve que son jeu a gagné en puissance et en intériorité lui permettant d'être tour à tour amoureuse transie et libre-penseuse provocante. Mais (.. .) c'est cette seconde facette du personnage que le script se contente de développer, appuyant fortement sur la pédale du mélo (.. .) Cela n'empêche pas le savoir-faire british de rendre ce drame historico-romantique raisonnablement appréciable.

Le Figaroscope (12 novembre 2008)
De facture classique et d'un esthétisme étudié, un film d'époque dont l'étude de moeurs n'est pas sans rappeler le destin de la princesse Diana.

Le Monde - Jean-Luc Douin (12 novembre 2008)
Keira Knightley n'a pas (pas encore ?) le talent suffisant pour signer une composition marquante. Ce film brillant, décoratif, un rien académique, ne lésine pas sur une musique ronflante (que de violons !). L'histoire est passionnante, mais on peut la lire dans la biographie rédigée par Amanda Foreman...

Studio Magazine - Béatrice Toulon (Novembre 2008)
L'une des forces du film vient de ce qu'il échappe à la caricature (.. .) L'autre réussite du film vient de sa mise en scène (.. .) Saul Didd adopte un rythme de récit et des cadrages qui permettent au film d'échapper au piège de la reconstitution académique.

Libération - Sean James Rose (12 novembre 2008)
On pardonne l'ubiquité - plutôt charmante de Keira Knightley, qui a su cette fois éviter ses habituelles minauderies 'nature' (.. .) Ralph Fiennes (est) superbe de complexité. Hommage à '

Les Inrocks - Amélie Dubois (12 novembre 2008)
Le réalisateur britannique se complaît dans un académisme chichiteux, plastiquement laid et peu imaginatif, qui n'offre que des traductions littérales et crâneuses de la psychologie de son personnage (.. .) D'une prévisibilité assommante, la mise en scène n'est guère sauvée par le jeu affecté de la minaudante Keira Knightley.

Le Point - François-Guillaume Lorrain (12 novembre 2008)
(.. .) le film minimise l'aura de cette femme d'exception. La jolie Keira Knightley n'a pas le charisme d'une Cate Blanchett, qui aurait pu porter sur ses épaules un rôle aussi large (.. .) Au final, le tout fonctionne un peu comme une version trash et sadique d'un inédit de Jane Austen. De quoi réjouir les amateurs.

Le Figaro Magazine - Laurence Haloche (12 novembre 2008)
Dans le très beau 'The Duchess' (.. .) Keira Knightley réussit le tour de force de tenir tête à un Ralph Fiennes d'une totale goujaterie et à une Charlotte Rampling impressionnante en mère intransigeante (.. .) Son élégance séduit tout autant que la subtilité avec laquelle elle s'est emparée de l'ancêtre de Lady Di.

Voir les commentaires

La passagère du temps de Nora Roberts

30 Juillet 2009, 18:04pm

Publié par Kincaid

Lu dans le cadre des Harlequinades 2009 :



Résumé :

La passagère du temps, Nora Roberts
 Tandis qu'elle observe les étoiles par une claire nuit d'été, Libby Stone remarque un avion sur le point de s'écraser non loin de son chalet. Arrivée aussi rapidement que possible sur les lieux de l'accident, elle trouve là un blessé. Un homme à la beauté atypique, émouvante, qui, dès le premier regard, réveille au plus profond de son coeur un sentiment qu'elle croyait disparu à jamais. Aussi n'hésite-t-elle pas à l'amener chez elle pour le soigner. Mais quand il revient à lui, il semble si perturbé, si désorienté que Libby se demande un instant s'il ne vient pas d'une autre planète...

L'homme du futur, Nora Roberts
Alors qu'il vient de voyager dans le temps pour retrouver Caleb, son frère aîné, et le ramener avec lui au XXIIIe siècle, Jacob Hornblower est extrêmement contrarié de constater qu'il a fait une erreur de calcul et a atterri à la mauvaise date. A la place où il devait retrouver son frère, il tombe en effet sur une jeune femme étonnante, aux réactions qu'il ne comprend pas, et qui semble en retour le prendre pour un fou. Malgré l'attirance qu'il sent immédiatement naître en lui, Jacob va devoir s'appliquer à lui cacher son incroyable secret...

Mon avis :
Je vais essayer  de faire honneur à Hydromielle avec cette article !!!
 Pour les Harlequinades 2009, j'ai choisi un roman Black Rose de la collection Harlequin, cette catégorie se caractérise par le fait qu'elle contient deux romans un un, ce qui est bien plus économique!!!
Le livre que j'ai choisi est signé Nora Roberts et renferme deux histoires qui sont dans la continuité l'une de l'autre.

Allez je me lance !!!

Libby Stone, l'héroïne, se retire pour les vacances dans la maison de campagne où elle a grandi, située en pleine forêt. Cette maison, que son père a construit, est un endroit où elle se sent en sécurité et où elle peut s'évader et réfléchir en toute tranquilité sur la thèse d'anthropologie qu'elle doit écrire.
Par une nuit d'orage, elle  observe, depuis la terrasse, le crash d'un avion, faisant fi du danger, elle décide de voir si il ya des survivants. C'est cette nuit, qu'elle trouve Caleb, arrivant tout droit d'un futur qui dépasse notre imagination et que Libby va peu à peu découvrir.
Parmi ces objets venus du futur, je retiendrais les plus insolites comme le scooter volant, la fluo ( sorte de rayonnement qui remplace le dentifrice ) et la nourriture en sachet qui prend forme une fois chauffée...
Peu à peu Caleb, qui trouve le mode de vie de Libby assez vétuste et austère va finir par s'y habituer. Et dans cette maison perdue au milieu de nulle part, les deux protagonistes vont commencer à éprouver de tendres sentiments l'un vis à vis de l'autre pour aboutir à une relation plus charnelle.
Caleb va rester pendant un certain temps avec Libby, le temps de réparer son vaisseau: mais plus les travaux avancent et plus il se rend compte qu'il a eu beaucoup de chance d'arriver en un seul morceau et que le retour risque d'être très dangereux voir suicidaire, s'ajoutant à cela qu'il ne veut pas quitter Libby mais sa famille lui manque.
De son côté Libby sait parfaitement qu'il doit partir et même si ça lui déchire le coeur, elle est prête à le laisser partir car elle ne veut pas l'arracher à son époque et à sa famille.
Je ne dévoilerais pas la fin pour ne pas émousser le suspens, je dirais juste que ça se finit bien !!!!

La deuxième histoire met en scène la soeur de Libby, Sunbeam (rayon de soleil en anglais!!!), en vacance dans la maison familiale, qui va tomber amoureuse de Jacob, le frère de Caleb, venu du futur pour retrouver son frère.

Deux histoires plutôt bien écrites et qui se laisse agréablement lire, on passe un bon moment, surfant de surprise en découverte avec les nouveautés d'un futur virtuel qui contraste fortement par rapport à un paysage forestier où la nature règne en maîtresse absolue sur son environnement. La relation entre Libby et Caleb est bien construite et posséde une base que l'auteur a voulu solide. Une belle histoire, en fin de compte, j'ai passé un agréable moment même si j'ai un peu pleuré juste avant la fin... oui, je sais , je suis un coeur d'artichaut mais je n'y peux rien!!!
Une bonne pioche donc, j'espère que le prochain sera d'aussi bonne teneur et je ne m'ennuirais pas !

Note :

Voir les commentaires

Mon défi policier

30 Juillet 2009, 10:07am

Publié par Kincaid

J' adore lire, c'est un fait qui se vérifie rien qu'en regardant la grandeur de ma bibliothèque, néanmoins j'ai complètement laissé de côté le genre policier, sans raison valable en réalité
Pour réparer ça, j'ai décidé de me m'initier à ce genre très apprécié.
J'ai sélectionné quelques livres écrits par les maîtres du genre ou des romans ayant eu beaucoup de succès :








Voir les commentaires

Rebelles de Anna Godbersen

30 Juillet 2009, 09:48am

Publié par Kincaid




Résumé :
Découvrons un peu plus l’histoire américaine avec « Rebelles » où l'intrigue se déroule dans les riches quartiers de Manhattan en 1899.
Elizabeth s'apprête à y épouser Henry, le plus beau parti de la ville pour sauver sa famille de la ruine mais tout les deux se préparent à un mariage sans amour. Dans l'ombre, la rivale d'Elizabeth, Pénélope, la maîtresse éconduite d'henry prépare sa revanche. Car derrière les sourires trompeurs, dans des décors sublimes, parmi le luxe, rien n'est plus précieux qu'un secret et chacun redoute le scandale. Et des secrets, la trop sage Elizabeth en cache plus d’un…


Mon avis :
Rebelles ou le fruit du croisement entre Gossip girl et autant en emporte le vent !!!
Une sorte d'hybride sans intérêt, la majeure partie de l'histoire raconte le crêpage de chignons entre fille : secret, complot, manigance... pour nuir à ses amis/ennemies.
 On sait déjà comment le roman va se finir dès le début de l'histoire : aucun suspens, aucune histoire, bourré de cliché... un livre sans intérêt qui a pourtant eu droit à d'énormes moyens publicitaires pour le faire connaître au public français. Ce livre a eu un énorme succès aux Etats-Unis, en tout cas, moi, je n'ai pas été convaincu et je ne le conseille à personne. Pas de billets pour le second tome qui est fait du même bois que le premier!!!

Note :

Voir les commentaires

Les sang-bleu de Mélissa de la Cruz

30 Juillet 2009, 09:40am

Publié par Kincaid



Résumé :
Theodora Van Alen est persuadée que les meurtres sanglants de Duchesne, la prestigieuse école new-yorkaise des sang-bleu, sont liés à leurs ennemis de toujours : les sang-d’argent. Elle part donc à Venise rechercher son grand-père, qui croit lui aussi à cette hypothèse. En même temps se prépare le bal des Quatre-Cents, le grand événement chez les vampires organisé par Mimi Force, l’élève la plus populaire et la plus enviée du lycée. Mais c’est après le bal que se dissimulent, derrière les masques, les vrais dangers…

 L’Auteur : Melissa DE LA CRUZ est écrivain, chroniqueuse pour la presse et pour la télévision. Elle vit à Los Angeles. Depuis la série « Un été pour tout changer » (Wiz), elle est un écrivain à succès, comme Meg Cabot, à qui on la compare désormais.

Mon avis :
Maintenant que l'histoire est mise en place, l'auteur nous dépeint une lutte entre deux catégories de vampires : les sang-bleu qui se nourrissent des humains et les sang-d'argent, qui se nourrissent d'autres vampires.
Assez difficile à suivre car plusieurs histoires sont décrites simultanément suivant le personnage auquel on s'intéresse.
Le livre se finit une nouvelle fois en queue de poisson mais cette fois le mystère concerne les origines de Bliss.
Le tome 3 est déjà sorti mais je n'ai pas encore réussi à y mettre la main dessus, ce sera donc pour une prochaine fois!!!

Note :

Voir les commentaires

Les vampires de Manhattan de Mélissa de la Cruz

30 Juillet 2009, 09:14am

Publié par Kincaid



Résumé :
La vie au sein du prestigieux Lycée Duchesne, où étudient les jeunes gens des plus riches familles de New-York est très mondaine. Deux groupes d’élèves s’y côtoient sans se mélanger, les branchés fous de mode et les gothiques à l’allure immuable. L’assassinat et la convocation à une réunion du Comité, instance mystérieuse pour les élèves, nous fait entrer de plain pied dans la communauté des vampires les plus chics du monde.

« Un aperçu savoureux sur les vies de riches New-Yorkais, qui se trouvent être des vampires… […] Délicieusement trash. », Kirkus Review

« En greffant sur un thème d’épouvante la sensibilité de la série Un été pour tout changer, Melissa de la Cruz associe un humour narquois avec des ornements plus légers : avoir des canines et la célébrité. […] Les ados vont apprécier la sensation excitante d’être initiés à une société secrète. », Booklist


Mon avis :
Une nouvelle trilogie qui traite des vampires... et bien évidemment je n'ai pas pu résister à l'envie de la lire. Un peu dans la même veine que la mode est au rouge sang et de Twilight pour l'ambiance, car ce sont les élèves d'un lycée huppé qui sont des vampires.
On suit les aventures de Théodora Van Alen, élève du lycée qui semble souffrir de symptômes assez particulier, chose plus bizarre encore, ce n'est pas la seule  personne atteinte et  dans son entourage personne ne semble s'en inquiéter. Avec son meilleur ami Oliver, elle va découvrir un monde fascinant et dangereux où les vampires ne sont pas aussi gentils qu'ils veulent le faire croire !
Ce premier tome met en place les bases de l'histoire et la découverte de Théodora, à savoir qu'elle même est un vampire. Une nouvelle mythologie du vampire est dépeinte dans ces romans, l'existence du vampire est éternelle mais son corps est voué à disparaître ce qui le pousse à évoluer par cycle : découvrir qu'on est vampire, c'est retrouver les souvenirs de ces existences passées.
J'ai bien aimé car le concept du vampire est nouveau dans ces romans, ils apparaissent plus fragiles car d'autres créatures peuvent les tuer et se nourrissent d'eux : ce sont les méchants de l'histoire.
Seul point négatif, la fin n'est pas vraiment une fin, c'est plutôt une passerelle vers le tome 2, et heureusement j'étais en possession du tome 2 sinon je crois que j'aurais été très déçu !!

Note:

Voir les commentaires

Les Fleurs du mal de Baudelaire

29 Juillet 2009, 17:18pm

Publié par Kincaid

Impossible pour moi de parler de poésie sans mentionner Baudelaire,


et notamment son oeuvre phare Les Fleurs du Mal  qui est l'un de mes recueils préférés de poésie.
J'ai donc décidé de faire une mini anthologie Baudelairienne de mes poêmes préférés:



L'albatros:

Souvent pour s'amuser, les hommes d'équipage
    Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
    Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
    Le navire glissant sur les gouffres amers.
   
    À peine les ont-ils déposés sur les planches,
    Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
    Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
    Comme des avirons traîner à côté d'eux.
   
    Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule!
    Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid!
    L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
    L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait!
   
    Le poète est semblable au prince des nuées
    Qui hante la tempête et se rit de l'archer;
    Exilé sur le sol au milieu des huées,
    Ses ailes de géant l'empêchent de marcher. 
    


La fontaine de sang :

Il me semble parfois que mon sang coule à flots,
Ainsi qu'une fontaine aux rhythmiques sanglots.
Je l'entends bien qui coule avec un long murmure,
Mais je me tâte en vain pour trouver la blessure.

À travers la cité, comme dans un champ clos,
Il s'en va, transformant les pavés en îlots,
Désaltérant la soif de chaque créature,
Et partout colorant en rouge la nature.

J'ai demandé souvent à des vins captieux
D'endormir pour un jour la terreur qui me mine;
Le vin rend l'oeil plus clair et l'oreille plus fine!

J'ai cherché dans l'amour un sommeil oublieux;
Mais l'amour n'est pour moi qu'un matelas d'aiguilles
Fait pour donner à boire à ces cruelles filles!


Don juan aux enfers :

Quand Don Juan descendit vers l'onde souterraine
    Et quand il eut donné son obole à Charon,
    Un sombre mendiant, œil fier comme Antisthène,
    D'un bras vengeur et fort saisit chaque aviron.
   
    Montrant leurs seins pendants et leurs robes ouvertes,
    Des femmes se tordaient sous le noir firmament,
    Et, comme un grand troupeau de victimes offertes,
    Derrière lui traînaient un long mugissement.
   
    Sganarelle en riant lui réclamait ses gages,
    Tandis que Don Luis avec un doigt tremblant
    Montrait à tous les morts errant sur les rivages
    Le fils audacieux qui railla son front blanc.
   
    Frissonnant sous son deuil, la chaste et maigre Elvire,
    Près de l'époux perfide et qui fut son amant,
    Semblait lui réclamer un suprême sourire
    Où brillât la douceur de son premier serment. 


Le chat :

Viens, mon beau chat, sur mon cœur amoureux ;
    Retiens les griffes de ta patte,
    Et laisse-moi plonger dans tes beaux yeux,
    Mêlés de métal et d'agate.
   
    Lorsque mes doigts caressent à loisir
    Ta tête et ton dos élastique,
    Et que ma main s'enivre du plaisir
    De palper ton corps électrique,
   
    Je vois ma femme en esprit. Son regard,
    Comme le tien, aimable bête,
    Profond et froid, coupe et fend comme un dard,
   
    Et, des pieds jusques à la tête,
    Un air subtil, un dangereux parfum,
    Nagent autour de son corps brun.
    
    Tout droit dans son armure, un grand homme de pierre
    Se tenait à la barre et coupait le flot noir ;
    Mais le calme héros, courbé sur sa rapière,
    Regardait le sillage et ne daignait rien voir.

Voici une sélection de mes plus beaux poèmes, ce que je connais par coeur.J'aime également beaucoup, Le vampire mais j'ai déjà publié ce poème sur mon blog.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 > >>