Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Kincaid

Mygale, Thierry Jonquet

18 Avril 2013, 06:07am

Publié par Kincaid

 

 

Résumé : 

C’est un des huis - clos les plus effrayants de l’histoire du roman policier et le chef-d’oeuvre de l’auteur. Le récit de la vengeance machiavélique de Richard Lafargue, un chirurgien dont la fille Viviane a été violée et en a perdu la raison, contre le coupable sur lequel il s’acharne en mobilisant toutes les ressources de son savoir médical. Comme toujours chez Thierry Jonquet, le suspense s’incarne dans une dimension physique qui donne au livre une tension extraordinaire. La violence n’est pas une notion abstraite, elle s’inscrit dans la chair même des personnages. Le milieu médical que l’auteur connaît bien pour y avoir exercé à ses débuts devient une métaphore de la société tout entière vouée à la violence. Récit inoubliable et dérangeant qui met en évidence l’existence de pulsions morbides, sous le couvert des apparences de la normalité la plus ordinaire.

 

Mon avis :


             Il y a des livres qui ressemblent à des boulets de canons, détruisant toutes les certitudes du lecteur sans aucune pitié : "Mygale" est de ceux-là !

 

             Je ne connaissais pas Thierry Jonquet et sans le baby challenge Policier, je n'aurais probablement jamais lu ce livre : grossière erreur ! Il est relativement court et le suspense omniprésent rend la lecture encore plus rapide mais quelle lecture !

 

             La mise en place des lieux et des personnages commencent doucement : on suit plusieurs histoires qui semblent n'avoir aucun lien entre elles. D'abord, Richard et Eve : j'ai cru qu'ils étaient mariés, que la belle lui avait été infidèle et qu'ils se vengeaient en la maltraitant moralement mais ça c'était avant que les faits et gestes des personnages ne m'orientent vers une autre piste. Puis, il y a Alex : il a fait un hold up, qui s'est mal passé et attend que les fuites viennent le cueillir, il en veut à son pote Vincent de l'avoir abandonné à cette vie pourrie. On apprendra par la suite que Vincent est porté disparu depuis un certain temps.... Des histoires qui ne semblent avoir aucun lien entre elles et pourtant...l'auteur arrive à force d'indice, de rapprochements à orienter le lecteur vers le dénouement de cette histoire en nous montrant la vengeance sadique et retorse d'un père face au viol de sa fille.

 

             Un roman magnifique qui met en avant les pulsions malsaines qui résident en chacun de nous mais c'est tellemnt bien écrit et si justement dosé que même le principal protagoniste devient proche de nous alors qu'au vu de ses faits et gestes ! Je ne m'attendais pas du tout à une telle histoire  : j'ai été bluffée/époustouflée par la puissance du récit.

 

 

Note :6b45701f

http://imageshack.us/a/img41/3175/policierbadge.png

 

Quelques mots sur l'auteur : Thierry Jonquet

Thierry Jonquet

Thierry Jonquet a une enfance marquée par le cinéma. Il fait ses études secondaires au lycée Charlemagne à Paris, puis étudie la philosophie à l’université de Créteil et plus tard l’ergothérapie. Il travaille ainsi en gériatrie.

Devant le spectacle de la mort omniprésente, il commence à écrire pour raconter l’horreur et pour rendre hommage à un pensionnaire avec qui il s’était lié d’amitié. Lassé de l’environnement hospitalier, il brigue un poste d’instituteur. Il se voit affecté à un centre de neuropsychiatrie infantile. Puis il est nommé par l’Éducation nationale dans les cités de banlieue nord-parisienne où il a en charge une classe de section d’éducation spécialisée.

Tous ces métiers l’ont mis en contact avec les « éclopés de la vie ». Lorsque Thierry Jonquet découvre assez tardivement les romans de la Série Noire, il peut faire le lien entre la violence du réel et la violence littéraire. Il publie son premier roman, Mémoire en cage, en 1982. Si les romans sont de pures fictions où il réinvente la réalité, il puise dans les faits divers, en revendiquant une totale liberté. Son roman Moloch lui a ainsi valu un procès. Bien que ses romans mettent en scène une société malade qui engendre la violence, la haine, le désir de vengeance, Thierry Jonquet refuse de porter l’étiquette d’auteur engagé. Même s’il ne cache pas qu’il est un homme de gauche, ses convictions ne s’expriment que très discrètement dans son œuvre. Thierry Jonquet mène de front deux activités distinctes celle de scénariste et celle de romancier. Les personnages de son roman Les Orpailleurs ont donné naissance à une série télévisée, Boulevard du Palais. Il est aujourd’hui reconnu comme l’un des grands auteurs de romans noirs et ses livres sont autant de merveilles de construction, d’angoisse et d’intelligence narrative.

Il a raconté son engagement militant à Lutte ouvrière, puis à la Ligue communiste révolutionnaire et Ras l’Front dans Rouge c’est la vie, où il disait de lui : « J’écris des romans noirs. Des intrigues où la haine, le désespoir se taillent la part du lion et n’en finissent plus de broyer de pauvres personnages auxquels je n’accorde aucune chance de salut. Chacun s’amuse comme il peut. » Lors de ses obsèques, un certain nombre d’anciens militants de la LC/LCR étaient présents dont Romain Goupil.

Commenter cet article
J
Ce livre m'avait déjà intriguée. Ton avis me conforte dans l'idée de le lire un jour :)
Répondre
K


Fonce, il est super !



M
eh ben... encore une fois je ne connais pas et j'avoue qu'avec cette couverture et titre je ne serais pas allée plus loin si je n'avais pas vu ton merveilleux avis.
Répondre
K


Si tu aimes les thrillers, fonce !!! Il est très court mais super bien écrit !