Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Kincaid

roman d'horreur

Bird Box, Josh Malerman

24 Février 2015, 09:32am

Publié par Kincaid

Titre : Bird Box

Auteur : Josh Malerman

Edition : Calmann-Lévy

Genre : Horreur/Science-fiction

Nb de pages : 372p

Malorie élève ses enfants de la seule façon possible : barricadés chez eux. Dehors, il y a un danger terrible, sans nom. S’ils s’aventurent à l’extérieur, ce sera les yeux bandés pour rester en vie. S’ils ôtent leurs bandeaux, ils se donneront la mort avec une violence inouïe. Malorie a deux solutions : rester cachée avec ses enfants, isolée, ou bien entamer un terrifiant périple jusqu’au fleuve dans une tentative désespérée, presque vaine, pour rejoindre une hypothétique colonie de survivants. La maison est calme. Les portes sont verrouillées, les rideaux sont tirés, les matelas cloués aux fenêtres. Les enfants dorment dans la chambre de l’autre côté du couloir. Mais bientôt, elle devra les réveiller et leur bander les yeux. Aujourd’hui, ils doivent quitter la maison et jouer le tout pour le tout.

Mon avis :

 

Un livre que j'ai vu circulé un certain nombres de fois sur la blogo et j'ai décidé de me lancer à sa découverte. Et wahou ! Quel livre ! Une fois que l'on commence, c'est impossible de lâcher le livre avant la dernière page tant on veut savoir le fin mot de l'histoire.

 

Je dois vous avouer que les premières pages m'ont laissé un goût doux amer, c'était tellement étrange que j'ai hésité à continuer ma lecture. Mais une fois les premières pages passées, on commence à comprendre ce qui s'est réellement passé et à partir de là, c'est impossible de ne pas succomber à l'atmosphère étouffante et surnaturelle qui entoure le récit. On est, à chaque page, sur le qui-vive, incertain tant qu'à l'avenir de Mallory et de ses enfants.

 

Le récit alterne entre les flash back qui nous explique comment Mallory est arrivée dans cette maison avec les enfants et leur parcours sur la rivière pour une destination qui nous sera révèlée à la fin. On n'a pas les réponses à toutes nos questions mais le vrai point fort du roman est l'atmosphère hostile que l'auteur arrive à créer : on évolue dans un monde confiné où l'horreur nous entoure sans que jamais on ne la voit véritablement ce qui contribue à entretenir le mystère.

 

Je ne parle pas volontairement de l'histoire car c'est un livre qu'il faut absolument découvrir !

 

Note : 

 

Quelques mots sur l'auteur : Josh Mallerman

Originaire de Detroit et habitant désormais à Royal Oaks dans le Michigan, Josh Malerman est le chanteur et le parolier du groupe de rock The High Strung. 

"Bird Box" est son premier roman. 

Voir les commentaires

Le jour où les zombies ont dévoré le Père Noël, S. G. Browne

14 Décembre 2014, 09:46am

Publié par Kincaid

Titre : Le jour où les zombies ont dévoré le père Noël

Saga : Andy Warner #2

Auteur : S. G Browne

Edition : Miroboles

Genre : Horreur/ Humour

Nb de pages :222p

Pauvre Andy Warner. L ex-star contestataire des morts-vivants a passé une année entière soumis à des tests expérimentaux dans un laboratoire de recherches sur les zombies dans l Oregon. Heureusement, un miracle se produit : à quelques jours de Noël, il parvient à s échapper et fausse compagnie à ses poursuivants en enfilant un costume de Santa Claus. Le déguisement parfait... À deux réserves près : des collègues de décomposition le reconnaissent et exigent de lui qu il soit leur chef ; et une adorable fillette solitaire le suit partout, convaincue qu il est vraiment le père Noël... Une comédie horriblement délicieuse à lire sous le sapin.

 

 

 

Mon avis :

 

Après avoir adoré "Comment j'ai cuisiné mon père, ma mère et retrouvé l'amour" où l'on découvrait Andy Warner, un zombie pas comme les autres, j'avais hâte de lire la suite de ses aventures.

 

Bien que cela fasse un moment que j'ai lu le premier tome, j'en gardais un très bon souvenir pourtant le début du roman m'a un peu désarçonné : on retrouve Andy, enfermé dans un institut où il subit différentes expérimentations.  En effet, il est bien loin le temps où Andy prônait que les zombies étaient des personnes comme les autres : le mouvement zombie a été anéantie et les quelques survivants se retrouvent être les cobayes involontaires des humains. Un début plus sombre que le précédent mais j'ai retrouvé avec plaisir le ton décalé et plein d'humour dont l'auteur ponctue ses pages. L'action est omniprésente : la fuite d'Andy, sa volonté d'aider ses compatriotes prisonniers, la marche des pères Noël… plein de péripéties riches en rebondissements qui s'accompagnent de beaucoup de douceurs et de magie quand Andy retrouve sa fille et se fait passer pour le Père Noël venu, en personne, pour exaucer ses vœux. (la mise en garde pour la maman m'a fait hurler de rire^^)

 

Un second tome à la hauteur du premier ! Je pourrais même dire qu'on peut le lire indépendamment du premier tome puisque l'auteur fait quelques rappels astucieux (sans être trop long) des éléments importants qui ont marqué le premier tome et qui sont nécessaire à la compréhension de l'histoire.

 

Un roman qui sent bon la magie de Noël avec son lot de neige, de sapins et de chocolats et un peu de zombies pour pimenter le tout ^^

 

Je remercie Sophie et les éditions Miroboles pour cette découverte !

 

Note : 5/5

 

Mon avis sur le premier tome :

Quelques mots sur l'auteur : S.G Browne

S. G. Browne

S. G. Browne, diplômé de l’Université du Pacifique à Stockton, Californie, a travaillé plusieurs années à Hollywood. Il vit actuellement à San Francisco. Comment j’ai cuisiné mon père, ma mère et retrouvé l’amour est traduit en allemand, italien, japonais, russe et polonais ; les droits cinématographiques ont été vendus à la Fox.

Voir les commentaires

Cujo, Stephen King

9 Mai 2013, 10:32am

Publié par Kincaid

Couverture Cujo

 

Résumé :

                       A la suite d'une panne et de coïncidences exceptionnelles, Donna Trenton et son fils Tad se retrouve enfermée dans leur voiture à cause de la présence d'un chien enragé (Cujo) qui les empêche de sortir de l'automobile afin d'appeler de l'aide. En effet, son mari - Vic Trenton - est en voyage d'affaires et ne peut par conséquent pas savoir la situation de son épouse. Quant à la famille propriétaire du chien, la mère et son enfant (Charity et Brett Camber) sont en vacances chez sa soeur alors que le père (Joe Camber) n'a pu échapper à la violence aveugle que son chien entraîne derrière lui.

 

Mon avis :


                            Ma librairie m'avait offert ce livre il y a bien longtemps et j'ai eu l'occasion de le sortir de ma PAL après le plantage miraculeux de mon reader suite à une nouvelle mise à jour du logiciel (j'ai pu constater avec effroi combien mon petit livre électronique avait pris de la place dans ma vie !).

 

                           Petite déception vis-à-vis du résumé qui promettait le plus terrifiant des Stephen King : j'ai quelques doutes à émettre là-dessus car j'en ai lu certains qui m'ont laissé un sacré souvenir, à tel point que celui-ci paraît gentillet malgré quelques passages d'une brutalité bestiale.

 

                           Le roman se met en place lentement, très lentement ce qui apporte un certain contraste avec les évènements qui vont suivre mais là encore, rien de bien terrifiant : cela vient peut être du fait que le lecteur s'attend à ce qui va se passer … une voiture qui tombe en panne, le chien enragé qui tourne autour ! Je n'ai pas eu d'appréhension, ni ressenti un quelconque suspense d'où mon sentiment  mitigé.

                          La plume de Stephen King ravira le lecteur : pour ma part, j'ai eu du mal à décrocher de l'histoire avant la fin malgré le fait que je m'attendais à quelque chose de plus terrifiant !

 

Note : 

http://www.passionlitteraire.be/images/Challenges/2013.jpg

Sans titre

 

Quelques mots sur l'auteur : Stephen King

 

Stephen King

 

Stephen Edwin King, plus connu sous le nom de Stephen King, est un écrivain américain né le 21 septembre 1947 à Portland, dans le Maine (États-Unis).

 

Il a écrit plus de 50 romans dans la thématique horreur et fantastique, plus de 100 nouvelles, et plus de 400 essais. Il reçoit en 2003 la médaille de la National Book Foundation pour sa remarquable contribution à la littérature américaine et, en 2007, l'association des auteurs de romans policiers américains Mystery Writers of America lui décerne le titre de « grand master ».

 

King possède une grande connaissance de la littérature d'horreur, comme on peut le voir dans son essai Anatomie de l'horreur qui retrace plusieurs décennies d'un intérêt prononcé pour l'épouvante à travers la littérature, le cinéma, la télévision et la radio. Il a aussi écrit des ouvrages appartenant à d'autres genres comme les recueils de nouvelles Différentes Saisons, ou Cœurs perdus en Atlantide, et les romans La Ligne verte, Les Yeux du dragon, et son chef-d'oeuvre, la série La Tour sombre. Dans le passé, Stephen King a écrit sous les noms de Richard Bachman et John Swithen (une seule fois sous ce dernier pseudonyme).

 

Il vit actuellement à Bangor (dans le Maine), dans une maison victorienne avec sa femme Tabitha, elle aussi écrivain. Ils ont trois enfants : Naomi, Joe et Owen. 

 

Son dernier roman paru en France, est "22/11/63", disponible depuis le 28 février 2013 chez Albin Michel.

 

Les prochains romans de l'auteur à paraitre en version originale, sont JOYLAND (juin 2013) et DOCTOR SLEEP (séquelle de SHINING, en septembre 2013). 

Voir les commentaires

L'attaque des mutants, R.L Stine

1 Mai 2013, 08:27am

Publié par Kincaid

Couverture Chair de poule, tome 15 : L'Attaque du mutant

 

Résumé :

Le dernier magazine que Jim a reçu est passionnant ! Il y découvre pour la première fois l'immeuble du Mutant Masqué, un stiper-héros qui agit sur ses molécules pour prendre l'apparence de n'importe quoi. Quel choc pour Jim quand il aperçoit le bâtiment dans sa ville ! Et si le Mutant Masqué existait vraiment ?

 

Mon avis :

                  Les livres de la collection "Chair de poule", une véritable classique de mes années collèges : on a eu droit aux livres, à la série TV (mais si, souvenez-vous le matin sur France 2 avec les autres émissions jeunesse !). Autant vous dire que c'est la tête remplie de souvenirs que j'ai ouvert "L'attaque des mutants" de R.L Stine et ce fut une (re)découverte car je ne me souvenais plus du tout de mes lectures collégiennes (bon, faut dire que ça commence à dater !).

 

                 C'est donc sans a priori que j'ai débuté ce livre, et j'ai été agréablement surprise : je ne me souvenais pas que c'était aussi bien écrit : les idées sont claires et bien construites,  le récit est bien rythmé (on ne s'ennuie pas une seconde) et les rebondissements sont plaisants. Bien évidemment, le ton du livre et sa forme sont adaptés à un public jeune, mais j'ai adoré ! Comme quoi y a pas que les plus jeunes qui ont le droit aux Chairs de poule !!!

 

                  Dans cette histoire, Jim Matteurs, jeune garçon passionné de BD, va vivre une aventure qui va complètement changé sa vie! Lui qui ne vivait que pour lire une nouveau numéro du Mutant masqué, va faire une très étrange découverte dans sa propre ville : le repaire du Mutant masqué comme il est décrit dans sa BD préféré. La curiosité du garçon ne saura y résister : il lui faudra rentrer dans le bâtiment et découvrir ce qui s'y cache !

 

                 J'ai passé un très agréable moment avec cette lecture et ça m'a rappelé à quel point j'étais fan de R.L Stine dans mes jeunes années et je pense qu'en souvenir du bon vieux temps, je vais relire mes autres romans de cet auteur : d'effrayantes heures de lectures en perspectives !

 

Note : 

http://nsa34.casimages.com/img/2013/03/01/mini_130301045122616775.jpg

 

Quelques mots sur l'auteur : Robert Lawrence Stine

Robert Lawrence Stine, aussi connu sous le nom de R. L. Stine, est un écrivain américain. Il est l'auteur de nombreuses histoires d'horreur « grand public », notamment à travers la collection Chair de Poule.

 

Diplômé de l'université de l'Ohio en 1965, il part pour New York en 1967 dans l'espoir de devenir écrivain. Dans un premier temps, il écrit plusieurs livres humoristiques pour enfants, sous le nom de Jovial Bob Stine et crée le magazine humoristique pour la jeunesse Bananas dont il sera le rédacteur en chef durant dix ans.

 

En 1968, il rencontre sa femme, Jane Waldhorn, avec qui il aura un fils, Matt, en 1980. Il change alors de voie et décide d'écrire des livres d'épouvante pour les enfants. Son succès est énorme. Il écrit sa première histoire d'horreur pour adolescents, Blind Date, en 1986. Bien d'autres suivent ensuite. 

Voir les commentaires

Repas éternel, Gudule

14 Avril 2013, 02:58am

Publié par Kincaid

Couverture Repas éternel

 

Résumé :

Oyez, bonnes gens, le club des petites filles mortes ouvre ses portes. Au menu: sang frais, frissons, peurs bleues et nuits blanches à gogo. Avis aux amateurs ! Car ces gamines, elles en ont, de belles et terribles choses à vous raconter... Des contes modernes, effrayants et bouleversants, où elles se vengent des adultes avec une cruelle innocence. Avec un humour qui arrache le sourire et un style incisif unique en son genre, teinté de poésie et d'émotion. Bienvenue dans l'horreur des contes de fées qui ont mal tourné, au pays des enfances brisées dont les rescapées sont d'autant plus attachantes qu'elles peuvent devenir très, très méchantes...

 

Mon avis :

      Âmes sensibles s'abstenir !

                 J'ai découvert Gudule avec "La petite fille aux araignées" que j'avais énormément aimé (mon avis ici) et j'ai été extrêmement surprise de voir que "Repas éternel" était dans un style totalement différent.

Le début est assez difficile à comprendre : on suit plusieurs personnages évoluant dans des cadres différents : on pense que le monde dans lequel ils vivent est proche du nôtre jusqu'à ce que de petits indices nous indiquent le contraire et dirigent le lecteur vers l'effroyable vérité.

 

                Dans un monde apocalyptique où l'homme a épuisé toutes les réserves naturelles de la Terre, que lui reste-t-il pour se nourrir… à part ses congénères ?

 

                L'auteur arrive en à peine une centaine de pages, à créer un climat d'horreur grandissant autour du cannibalisme mais le lecteur ne s'en aperçoit pas tout de suite ce qui rend l'horreur d'autant plus grande quand on découvre le fin mot de l'histoire.

 

               C'est un roman fascinant avec des scènes chocs qui marquent le lecteur : personnellement, je ne regarderai plus les œufs à la coque de la même manière : avis aux amateurs de romans d'horreur !

 

 

 

Note :6b45701f

 

      http://www.passionlitteraire.be/images/Challenges/2013.jpg

 

Quelques mots sur l'auteur : Gudule

 Gudule

Anne Duguël, pseudonyme de Anne Liger-Belair, connue sous le nom de Gudule, est un écrivain belge francophone. 

 

C'est près de la capitale belge qu'elle vit jusqu'à l'âge de 19 ans, plus précisément à Ixelles. Déjà toute petite Anne se passionne pour la lecture et l'écriture. Plus tard, vers 12 ans, elle apprend à connaître des poètes célèbres tels que Victor Hugo, Rimbaud et des tas d'autres. Ceci a sans doute provoqué chez elle une sorte d'épanouissement car entre 1950 et 1965, elle rédige plus de 400 poèmes ainsi qu'une bonne dizaine de romans, dont, en 1957, le premier, "Le couvent maudit", en référence à son établissement scolaire.

 

Après avoir fait ses études dans l'art décoratif et crée des costumes durant un séjour au Liban, elle rentre en France, se consacre à la presse ("Ça Magazine" et "Le jour") et participe a des émissions de radio. 

 

Ce n'est qu'en 1987 que sera enfin présenté au public son premier ouvrage, "Prince charmant, poil aux dents". Depuis, elle écrit des romans pour la jeunesse mais est également auteur de scénarios pour la bande dessinée.

 

A la ville, elle est l'épouse du dessinateur Paul Karali (Carali), lui-même frère du dessinateur culte Édouard Karali (Édika).

 

Carali et Gudule sont les parents d'Olivier Ka et Mélaka, tous deux également auteurs de bandes-dessinées. 

 

Voir les commentaires

La petite fille aux araignées, Gudule

13 Avril 2013, 09:10am

Publié par Kincaid

Couverture La petite fille aux araignées

 

Résumé :

            Miquette refuse de communiquer avec autrui, mais elle parle dans sa tête, se raconte... Elle raconte pourquoi elle élève des araignées, les nourrit de mouches qu'elle attrape en compagnie de Gogol, son « pote » mongolien, à l'hôpital où elle a fini par échouer... Elle raconte comment, un jour, sa mère a commencé à vieillir à toute allure pendant que sa tante rajeunissait. Elle raconte comment la première se retrouve finalement dans la tombe où devrait reposer la seconde... Comment son chien Titus, qu'on lui a enlevé, avait compris bien des choses, tout chien qu'il est... Elle nous confie le secret du contenu de cette poupée dont elle ne s'est jamais séparée... L'histoire de Miquette n'est-elle que la fabulation d'une petite fille traumatisée, ou a-t-elle pénétré dans un territoire où la magie vaudou se moque bien de la psychanalyse ?

 

Mon avis :

                                 Depuis le temps que j'entends parler de cette mystérieuse auteur, je me suis enfin lancée dans la lecture d'un de ses romans.  J'ai donc porté mon choix sur "La petite fille aux araignées" : une histoire qui m'a conquise, je l'ai dévoré en une petite heure.

 

                  "La petite fille aux araignées" nous raconte l'histoire de Miquette, petite fille placée en institution à la suite de la mort de sa mère et de sa grande tante. La petite fille va, petit à petit, nous raconter son histoire d'avant le drame et sa vie depuis, qui consiste essentiellement à l'élevage d'araignées.

 

                    C'est un roman vraiment très émouvant qui nous montre d'une part une petite fille tout à fait normal puis comment un drame en vient à modifier sa personnalité. L'intrigue est rondement menée, le récit bien rythmé, le suspense entretenu : le lecteur reçoit peu à peu les réponses à ses questions et on comprend les machinations de la Grande tante et de l'acupuncteur. Je n'ai pas compris comment la mère pouvait  être aveugle à ce point sur les changements qui s'effectuaient en elle au fur et à mesure de ses séances.

 

                    L'auteur aborde avec beaucoup de tact et de délicatesse, un sujet délicat pour les jeunes enfants : le deuil ! Difficile pour un adulte de comprendre ce qui se passe dans la tête d'un enfant, ce qui explique la bêtise du thérapeute : comment imaginer une telle histoire ?

 

                    Au final, j'ai été triste pour Miquette : après tout ce qu'elle a traversé, tout ce quelle a entrepris pour ramener sa mère et ne pas arriver au bout de son projet… Je n'ai pas trouvé cette histoire si épouvantable que ça, certes, il y a des araignées, des cadavres et une ambiance glauque mais j'ai trouvé que la présence de la fillette apportée une certaine touche d'innocence vue que l'histoire nous est racontée selon son point de vue.

 

                    Une très bonne histoire qui m'a permis de découvrir l'univers lugubre de Gudule et vous savez quoi, ça y est je suis fan ! Je pense d'ailleurs lire une autre de ses histoires très bientôt !

 

Note :

      http://nsa34.casimages.com/img/2013/03/01/mini_130301045122616775.jpg

Quelques mots sur l'auteur : Gudule

 Gudule

Anne Duguël, pseudonyme de Anne Liger-Belair, connue sous le nom de Gudule, est un écrivain belge francophone. 

 

C'est près de la capitale belge qu'elle vit jusqu'à l'âge de 19 ans, plus précisément à Ixelles. Déjà toute petite Anne se passionne pour la lecture et l'écriture. Plus tard, vers 12 ans, elle apprend à connaître des poètes célèbres tels que Victor Hugo, Rimbaud et des tas d'autres. Ceci a sans doute provoqué chez elle une sorte d'épanouissement car entre 1950 et 1965, elle rédige plus de 400 poèmes ainsi qu'une bonne dizaine de romans, dont, en 1957, le premier, "Le couvent maudit", en référence à son établissement scolaire.

 

Après avoir fait ses études dans l'art décoratif et crée des costumes durant un séjour au Liban, elle rentre en France, se consacre à la presse ("Ça Magazine" et "Le jour") et participe a des émissions de radio. 

 

Ce n'est qu'en 1987 que sera enfin présenté au public son premier ouvrage, "Prince charmant, poil aux dents". Depuis, elle écrit des romans pour la jeunesse mais est également auteur de scénarios pour la bande dessinée.

 

A la ville, elle est l'épouse du dessinateur Paul Karali (Carali), lui-même frère du dessinateur culte Édouard Karali (Édika).

 

Carali et Gudule sont les parents d'Olivier Ka et Mélaka, tous deux également auteurs de bandes-dessinées. 

 

Voir les commentaires

Danse Macabre de Stephen King

23 Juillet 2009, 16:43pm

Publié par Kincaid



Résumé
:
Diable ! Il arrive que nos pas nous mènent en des lieux d'apparence anodine, mais qui cachent des secrets qu'il vaudrait mieux laisser enfouis. Maudit soit Jerusalem's Lot et son église impie, profanée par le Ver ! Vampires, croque-mitaines ou fils du cosmos, dieu Pan obscène ou dieu du Maïs sénile et jaloux.... Ces êtres d'autres époques ou d'autres dimensions frappent sans scrupules et tuent. Mais n'est-ce pas dans l'ordre des choses ? Et si les objets familiers qui accompagnent notre quotidien se mettaient à nous vouloir du mal ? Soldats de plomb, camions roulant à tombeau ouvert, bulldozers ou repasseuses... A coup sûr, le Malin est à l'oeuvre ! Reste l'irrationnel à l'état pur. La bière avariée qui vous transforme en matière grise, ou ce mystérieux printemps des baies qui souffle un vent de folie sur les campus... Chacune de ces nouvelles est un reflet troublant de l'imaginaire de King...

Mon avis :
Frisson garanti pour ce recueil de nouvelles ! Parmi les plus horribles, je cite "celui qui garde le ver",(j'ai fait l'erreur de le lire le soir, toute seule.... s'en est suivi une bonne crise de paranoïa!!!),

Desintox Inc
, ou comment arrêter radicalement de fumer et ne pas prendre de poids après ;
les enfants du maïs : bonne leçon à retenir, éviter d'emprunter les petites routes de campagnes désertiques : on sait jamais sur qui on peut tomber !!
Lisez-le et non seulement vous ne pourrez pas le refermer avant d'avoir lu chacune des histoires mais celle-ci resteront ancrées dans vos esprits pendant longtemps... très longtemps.

Note :

Voir les commentaires